Sadomasochisme.com

Un blog propulsé par

11 Février 2017 - Nuit Elastique

Nuit Elastique 168
11/02/2017 - 21h00 au 12/02/2017 - 05h30

L’Anamorphose
87 rue Saint-Honoré
75001 PARIS
FRANCE

http://www.nuitelastique.com/

Francis Dedobbeleer

Portable : 06 46 12 63 23

La Nuit Élastique est devenue depuis logtemps l’incontournable rendez-vous mensuel de toutes les amoureuses et de tous les amoureux de tenues, des plus flambloyantes aux plus simples, en vinyle, en latex, en wetlook et au cuir.
Elle vient de fêter cette année son 18ème anniversaire et a prouvé, une fois de plus qu’elle est la plus authentique des rares soirées de ce genre mais surtout qu’elle est la plus sulfureuse.

STRICT FETISH DRESS CODE (tenue minimale obligatoire pour TOUTES et TOUS) :
- une jupe, une robe ou un pantalon en latex, vinyle, cuir, simili-cuir ou wetlook
(vous pouvez évidemment vous changer sur place)

11 Février 2017 - L Antichambre du Kommandant

samedi 11 février à 21:00 - 3:00


Châtillon - Montrouge
92320 Châtillon

Soirée BDSM sans concession où se méle le beau , le trash, les performances extrémes et le jeu sous toutes ses formes.
En partenariat amical avec Marquis de Lyon.

Soirée limitée à 40 places pour le confort de tous.
L’équilibre homme femme sera respecté.

Soirée ouverte aux Dominas , dominant, soumises, soumis et switch

- Un lieu avec trois espaces séparés (un espace bar , un espace jeux et un espace jeux medicaux frivolité)

- Complètement équipé BDSM (Croix de st André, banc à fessée, portique de suspension , banc à punition , chevalet , Dark box, cage, lit d’examen gynécologique,etc ...)

Préventes ◀◀◀

Boutique Dèmonia
22, avenue Jean Aicard
75011 Paris
http://boutique.demonia.com/

Boutique Martine Métamorph’Ose Phyléa
49 rue Quincampoix
75004 Paris
www.metamorphose.fr/

Mercredi 18 Janvier
People

Exhibitionnisme

Photo

Télévision

En vacances à Saint Barth Alessandra Sublet ne suis pas la mode de l épilation intégrale!

Soleil, plage, et bronzette... Alessandra Sublet a quitté le froid parisien pour Noël dernier pour se rendre à Saint Barthélémy. Des vacances qu’elle a partagé, en partie, avec ses fans, par l’intermédiaire de son compte Instagram.Mai aussi avec des paparazzis!

Alessandra Sublet semble allergique au froid. Il aurait été hors de question pour elle de passer les fêtes de fin d’années à Paris, et encore moins les pieds dans la neige.

L’animatrice de TF1 a préféré s’envoler au soleil. Pour Noël, elle était accompagnée de son époux Clément Miserez. Mais à Saint Barthélémy, où ses parents résident,elle n’a pas échappé aux photographes...

Et c’est ainsi qu’une photo très indiscrète indique que la belle Alessandra n’est pas pour l’épilation intégrale!

Mardi 17 Janvier
Sadomasochisme

Bondage

Sadisme

Bondage et sado-masochisme, comment débuter tout doux

Comment aborder le fantasme du BDSM (bondage, domination, sado-masochisme) quand on débute ? Quand on voudrait du hard, mais soft ? En laissant tomber tout le folklore, nous dit la chroniqueuse de La Matinale, Maïa Mazaurette.
Ce ne sont pas les angoisses qui manquent quand on pense au BDSM (bondage, domination, sado-masochisme) : la peur de la douleur mais aussi celle du ridicule, le côté élitiste, le tabou des sensations interdites, la question des violences conjugales, le folklore des harnais, l’idée qu’on puisse franchir un point de non-retour, l’impossible choix entre suicide social et passion secrète… en passant par la faute de goût consistant à suivre les goûts du troupeau (cela dit, la mode 50 Nuances de Grey a enfin reflué : allez en paix). Pour enfoncer le clou des réticences : cet acronyme BDSM, comme si « sado-maso » était devenu une expression de novice ayant oublié ses cordes lors de sa dernière rando dans les Alpes. BDSM comme si l’indicible devait être tassé, hygiénisé, onze syllabes dans quatre lettres (or on sait que quatre lettres font toujours mal – ANPE, SNCF, RATP, SIDA, SAMU).

Et pourtant. En 2011, un tiers des Françaises fantasmaient sur le fait d’être dominées, et un cinquième des hommes. Un quart des femmes voulaient être menottées ou ligotées, et 15 % des hommes (Harris Interactive/Marianne). En 2014, les deux tiers des Québécoises et plus de la moitié de leurs chums fantasmaient sur le fait d’être sexuellement dominés, le bondage intéressait presque la moitié des répondants, un quart des femmes et 43 % des hommes auraient volontiers fouetté leur partenaire. (Sur un sujet aussi sensible, les chiffres sont toujours à prendre avec des pincettes – à tétons.)

Bizarre, cette popularité ? Plutôt logique. Nos existences ultra-contrôlées génèrent la tentation du lâcher-prise, surtout avec quelqu’un de confiance (une séance de sexe musclée reste moins risquée qu’un compte bancaire commun). Pour résister au tout-sécuritaire, on joue à se faire peur. Et face à la routine, même un filloniste comprendrait l’intérêt d’explorer de nouveaux territoires. Le pire qui puisse arriver en testant le BDSM, c’est d’en rigoler encore dans trente ans. Le mieux ? Découvrir un nouveau conjoint : se rappeler qu’on ne possède jamais personne, que le partenaire du quotidien n’est pas acquis. Le BDSM implique une distance. Une surprise. Voire un doute. Le grand frisson… mais les pieds au chaud.

lors comment aborder ce fantasme quand on débute absolument ? Quand on voudrait du hard, mais soft ? A mon humble avis : en laissant tomber tout le folklore. Plutôt que cinquante nuances de gris, commençons par les déclinaisons de blanc cassé. Une initiation ne devrait pas nécessiter d’investissement lourd, ni émotionnellement ni matériellement. Si les snobs de service vous font croire qu’un doctorat ET une croix de Saint-André sont nécessaires, n’oubliez pas qu’un décorum artificiel peut au contraire faire retomber la pression. Le costume de policier va mieux aux strip-teaseurs.

Au commencement était le verbe : avant tout, définissez quels fantasmes vous avez en commun. Un ou deux suffisent, on n’est pas aux Jeux olympiques. Pour lancer la conversation, prenez le sigle BDSM, puis déroulez le programme : la contrainte physique, oui ou non ? Donner ou recevoir des ordres ? Le rapport à la douleur ? Le mode hiérarchique – plutôt dessus ou dessous, plutôt switch (ça veut dire qu’on navigue entre les pôles) ? Une fois le terrain débroussaillé, vous pouvez passer à l’action, ou creuser : attacher mais avec des menottes, une paire de collants, de vraies cordes ? L’élaboration précise du fantasme peut constitlors comment aborder ce fantasme quand on débute absolument ? Quand on voudrait du hard, mais soft ? A mon humble avis : en laissant tomber tout le folklore. Plutôt que cinquante nuances de gris, commençons par les déclinaisons de blanc cassé. Une initiation ne devrait pas nécessiter d’investissement lourd, ni émotionnellement ni matériellement. Si les snobs de service vous font croire qu’un doctorat ET une croix de Saint-André sont nécessaires, n’oubliez pas qu’un décorum artificiel peut au contraire faire retomber la pression. Le costume de policier va mieux aux strip-teaseurs.

Au commencement était le verbe : avant tout, définissez quels fantasmes vous avez en commun. Un ou deux suffisent, on n’est pas aux Jeux olympiques. Pour lancer la conversation, prenez le sigle BDSM, puis déroulez le programme : la contrainte physique, oui ou non ? Donner ou recevoir des ordres ? Le rapport à la douleur ? Le mode hiérarchique – plutôt dessus ou dessous, plutôt switch (ça veut dire qu’on navigue entre les pôles) ? Une fois le terrain débroussaillé, vous pouvez passer à l’action, ou creuser : attacher mais avec des menottes, une paire de collants, de vraies cordes ? L’élaboration précise du fantasme peut constitituer un préliminaire. Ou une perte de temps. C’est vous qui décidez.

Si vraiment c’est la première fois, faites au plus simple. Votre corps suffit – vos mains serrées autour des poignets, le poids du corps pour entraver les mouvements. En zappant les menottes à moumoute rose (qui devraient être interdites par la loi), vous réérotisez votre corps (la main qui d’habitude caresse peut griffer) et votre environnement (« je ne verrai plus jamais ta cravate Mickey de la même manière »). Une cuillère en bois qui a servi pour punir ne touillera plus jamais une soupe de poireaux sans vous rappeler vos ébats érotiques.

Oubliez donc l’outillage compliqué, sauf si vous avez trop d’argent (auquel cas votre dévouée chroniqueuse accepte les donations), et regardez autour de vous : quels sont les vêtements, les accessoires qui se prêteraient à votre scénario ? Et même sans instrument du tout, il vous reste le jeu de rôle. La domination commence par une prémisse aussi bête, et efficace, que « ce soir tu fais tout ce que je veux » (sachant que non, personne ne fera tout ce que vous voudrez – on peut toujours refuser).

Il suffit de quelques mots, d’une torsion du bassin, pour changer le contexte d’une relation sexuelle. Le BDSM n’a pas besoin de cravache ou de poses élaborées : il commence le samedi soir en missionnaire, pour peu qu’on décide que ce missionnaire soit commandé, ou qu’on maintienne les poignets collés au lit, ou qu’on utilise des glaçons pour les préliminaires. C’est mettre son/sa partenaire à genoux pour une pénétration plus profonde, ou lui écarter largement les jambes. C’est un nom d’oiseau autre que « ma tourterelle ». C’est une morsure à la fesse gauche. C’est ordonner à l’autre de ne jouir que sur commande, et tant pis si ça rate – on n’est pas à l’armée.

Côté sécurité, même chose : ne dramatisez pas, ne vous lancez pas dans des histoires de contrat de soumission en 89 points et 112 alinéas (sauf si ça vous excite). Vous n’avez pas besoin de safe word (un mot-limite qui marque la fin du consentement) si vous restez dans la zone de sécurité préalablement négociée – et franchement, dans 99 % des cas, le bon sens suffit. Si vous pratiquez avec votre conjoint de vingt ans, vous devriez pouvoir « lire » ses réactions. Et si vous doutez, mieux vaut s’arrêter trop tôt que trop tard, quitte à reprendre les festivités ensuite. Mieux vaut également ne pas serrer les liens, pour que la personne puisse toujours se libérer – être attaché est un fantasme, pas forcément une réalité matérielle. Ordonner « ne bouge pas » est aussi efficace qu’un n½ud marin. Et tant que vous restez sur une initiation, le seul vrai dommage physique qui puisse se produire est l’asphyxie : qu’on parle d’attacher, de bâillonner ou d’enfoncer la tête dans l’oreiller, restez absolument sur vos gardes.

Enfin, les puristes BDSM ont tendance à extraire de leurs pratiques toute gratification sexuelle directe. Ce primat du cérébral est passionnant, mais si vous débutez, surtout avec votre partenaire habituel (le), il n’y a aucune raison de vous priver d’orgasme. Enchaîner sur une relation sexuelle basique, apprise et maîtrisée, peut rassurer et permettre de revenir en eaux douces. (Et la tendresse, bordel ?)

Pour résumer : malgré un acronyme menaçant, malgré un imaginaire collectif qui moque ou condamne les plaisirs « sado-maso », vous constaterez que cet univers fantasmatique n’a pas à être compliqué, ni exclusif, ni élitiste. Encore moins violent. Vous n’avez même pas besoin de ressentir ou d’infliger de la douleur ! Comble de l’ironie : au royaume des contraintes, on fait comme on veut.

Maïa Mazaurette
Journaliste au Monde

Lundi 16 Janvier
Echangisme

Sexualité

Quels sont les différents types de libertinage ?

Le libertinage est de plus en plus à la mode mais le nombre de personnes le pratiquant n’a pas tellement augmenté. Si à l’origine être libertin était plutôt un état d’esprit, maintenant le libertinage englobe toutes une catégorie de pratiques plus ou moins semblables. En tout cas toutes basées sur une sexualité de groupe. Cela va du simple mélangisme au triolisme en passant par l’échangisme ou encore le candaulisme. Ces différents modes regroupent néanmoins les mêmes fantasmes : de l’exhibitionnisme, du voyeurisme et l’envie de partager du sexe avec d’autres.

Dans le cas du mélangisme, pas question d’avoir des rapports avec d’autres partenaires. Le couple fait l’amour mais à côté d’autres personnes.

L’échangisme consiste en effet à échanger son ou sa partenaire.

Le candaulisme à observer son partenaire faisant l’amour avec quelqu’un d’autre et le triolisme à introduire une autre personne dans la sexualité du couple.

Le mélangisme est plutôt un fantasme d’exhibition et le candaulisme un fantasme de voyeurisme même s’il y a aussi d’autres ressorts plus complexes en ce qui concerne ce dernier. Le triolisme répond sans doute au fantasme du plus grand nombre. C’est souvent les hommes qui le proposent mais certaines femmes affirment ainsi leur bisexualité en proposant un trio.

Mais attention car demander un plan à trois à son partenaire, c’est lui transmettre deux messages qui peuvent blesser :

- le premier indique qu’il n’est pas l’unique, voire qu’il ne vous suffit pas sexuellement;

- et l’autre message que vous seriez prêt à faire l’amour avec un ou une autre.

De là à vous imaginer capable d’être infidèle, il n’y a qu’un pas. Normalement, l’amour inclut un sentiment d’exclusivité. Comment justifier dès lors votre fantasme tout en prétendant l’aimer ? Il vaut mieux être prudent dans une demande d’un trio. Tout comme il vaut mieux intégrer le fait qu’après être passé à l’acte, rien ne sera plus comme avant. N’oubliez jamais qu’un fantasme est toujours moins important que la personne aimée.

De toute façon, le trio a de multiples ressorts qu’il serait bon de préciser. Est-ce le désir d’introduire un homme ou une femme ? Est-ce pour soi (manière de faire l’amour avec quelqu’un de nouveau) ou pour son partenaire (fantasme de voyeur) ? Le trio peut se jouer avec un objet qui permettrait la double pénétration par exemple, fantasme souvent féminin.

Quant à l’échangisme, il convient à certains couples qui sont de vrais libertins. C’est-à-dire qui savent séparer le plaisir sexuel du lien affectif, même s’il y a souvent entre les deux partenaires un sentiment de possession très fort. On ne peut échanger en effet que ce qui nous appartient.

En tout cas, le libertinage n’est ni un moyen de lutter contre l’infidélité, ni un moyen de réveiller une sexualité endormie et encore moins un moyen de réconcilier un couple en conflit.

Dimanche 15 Janvier
Pub

Insolite

La pub osée des lubrifiants PornHub

Attention ça glisse !

Pour promouvoir sa nouvelle gamme de gels lubrifiants, le célèbre site pornographique PornHub a réalisé une publicité réunissant des dizaines de stars du X sur un toboggan géant recouvert de 380 litres de lubrifiants.

Le corps enduit de lubrifiants, on peut notamment voir Alix Lynx, Cherie Deville, Peta Jensen, Abigail Mac, Raven Bay, Rachel Roxxx, Alexis Fawx, Alex Grey ou encore Blake Eden s’amuser comme des folles

 
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256 257 258 259 260 261 262 263 264 265 266 267 268 269 270 271 272 273 274 275 276 277 278 279 280 281 282 283 284 285 286 287 288 289 290 291 292 293 294 295 296 297 298 299 300 301 302 303 304 305 306 307 308 309 310 311 312 313 314 315 316 317 318 319 320 321 322 323 324 325 326 327 328 329 330 331 332 333 334 335 336 337 338 339 340 341 342 343 344 345 346 347 348 349 350 351 352 353 354 355 356 357 358 359 360 361 362 363 364 365 366 367 368 369 370 371 372 373 374 375 376 377 378 379 380 381 382 383 384 385 386 387 388 389 390 391 392 393 394 395 396 397 398 399 400 401 402 403 404 405 406 407 408 409 410 411 412 413 414 415 416 417 418 419 420 421 422 423 424 425 426 427 428 429 430 431 432 433
Sadomasochisme.com
est un recueil d'actualités et de curiosa se rapportant à l'univers du fétichisme et du sado-masochisme. Il est proposé par Dress.fr, le portail de référence de la communauté BDSM.

une info BDSM
à signaler ?

Accès
par mots clés

50 Nuances plus claires Accessoires Actualité BDSM Afrique Fetish Algerie Alice Dellal Alice Dellal Allemagne Fetish Angleterre Fetish Aquino Arabie Seoudite Argentine fetish Arte Asie fetish Aubade Australie fetish Autriche Baillon BD et BDSM BDSM Suisse Beautiful Bastard Belgique Belgique fetish Berlin fetish Bielorussie Body Art Bondage Bra Super Cool Bresil fétish Brighelli Brigitte Lahaie Bustier Calendrier Cambodge Canada Fetish Canal Plus Cauet Chantal Thomass Chaussures et fétichisme Chine Cinéma Cinema et fétichisme Cinquante nuances de grey Cinquante Nuances Plus Claires Cinquante nuances plus sombres Clara Morgane Clubs fetish Confession Corset Cougar Cris et Chuchotements Croisière élastique Cuisine Cuissardes Culottes Dakota Johnson Danemark fetish Danse Dating Défilés fetish Dessins fetichistes Domination Echangisme EL James ELLE Elodie Frege Ernest Chaussures Espagne fetish Etam Etats-Unis Fetish Europe 1 Eva Longoria Evènements fetish Exhibitionnisme Exposition Facebook Fantasme Fappening Fessée Fétichisme Fifty Shades of Grey Flagellation Football Gaultier Gay Godemichet Gothique Gourmandise Grece Groland Guépière Happening Hélène Fillières Heloise Ouille Histoire d O Hongrie Fetish Humour Hustler Ikea Inde fetish Insolite Instagram Iran Irlande fetish Islam Italie fetish James Foley Jamie Dornan Japon fetish Julie Gayet Justice Kate Middleton Kim Basinger Kim Kardashian Kyrel La Perla La Rochefoucauld Lady Gaga Laetitia Casta Latex Lea Seydoux Législation et BDSM Lingerie Lisa Hilton Littérature SM Londres Fetish Louane LUI LUI Lyon M6 Madonna Maestra Maitresse Malaisie Mangas Mannix Marie Claire Masochisme Massages Médecine Media Melania Trump Menottes Meredith Wild Mexique fetish Middleton Mila Kunis Miley Cyrus Miss France Mode et fétichisme Monaco Moscou Mourthe Musique Nabilla Naturisme New York Fetish Newton Nobuyoshi Araki Nombril Norvege Nuit Démonia Nuit Elastique Nuit Extraime Orangina Orties Osez Palmolive Parodie Pays Bas People Pérou fetish Photo Photos Volées Pied Piercing Pinces Pippa Piques Playboy Poésie et Fétichisme Politique Pologne fetish Pony Girl Pony girls Portugal fetish Pratiques BDSM Pub Qatar Radio Religion Reveillon Rihanna Roumanie Russie fetish Sade Sadisme Sadomasochisme San Francisco Selfie Sévérité Sex Shop Sextoys Sexualité Shibari Shopping BDSM Shy m Simenon Site Web Sketch Slovenie fetish SmoothGroove Soirées fetish Sondage Sophie Marceau Soumission Soyons précis ! Spectacle fétichiste Sport Style Suède fetish Suisse Fetish Suspension Sylvia Day Sylvia Kristel Tatouage Télévision Texas fetish Texto Transexuel Tumblr Tweeter Ukraine Vasconcelos Venezuela Vina Jackson Yoga Zahia Zentai

À Propos
des auteurs

Whynot
est un dominateur raffiné et sevère. Connaisseur depuis de très nombreuses années du milieu SM et des soirées fétichistes. Du Genêt d’Or à L’Ochidée Noire
L’Hotesse
est soumise ou dominatrice au gré des rencontres. Adepte du BDSM et du fétichisme depuis toujours. Prétresse du 3C Cérébrale, curieuse, cougar.
Curieux
est un professionnel du web amateur de fétichisme.

découvrez
Dress.fr

Dress.fr est le site de référence de la communauté fétichiste et bdsm francophone depuis 1997.
Ils étaient présents cette semaine sur Dress.fr et vivent tout près de chez vous :