Sadomasochisme.com

Un blog propulsé par

Dimanche 22 Avril
Fétichisme

Le fétichisme du pied

Le "must" pour un fétichiste du pied

Qu’une femme le masturbe avec son pied.

"Je suis un fétichiste du pied", annonce d’emblée Michel, 32 ans, rencontré dans une soirée privée d’amis adeptes du fétichisme et du SM. J’aime les pieds nus, les chaussures, les bottes à hauts talons et tout ce qui relève du pied féminin. Le "must" pour moi est de me faire masturber par ma partenaire avec son pied: elle me caresse les testicules et me saisit le sexe entre ses deux pieds nus. J’aime aussi me rouler par terre tandis que j’imagine ma partenaire, totalement nue, me marcher dessus avec ses talons hauts". Physicien, Michel suit une thérapie depuis deux ans. Il prend beaucoup de distance par rapport à ses penchants et les analyse volontiers: "Le lien avec mon enfance me semble assez évident: en guise de remontrance, ma mère me donnait - jusqu’à l’âge de 13/14 ans - des coups de pieds entre les fesses et sous les testicules! A chaque fois cela me procurait un plaisir intense."

Un fantasme qui trouve son origine dans les peurs de la petite enfance

Fétichiste, Michel projette son désir érotique non pas sur un homme ou une femme (objet global) mais sur un pied ou une chaussure (objet partiel). C’est un mouvement restrictif de la sexualité, une dérobade. Car un fétiche présente beaucoup moins de danger qu’une personne et est surtout moins difficile à conquérir. Les explications psy du fétichisme sont légion. Même si elles se contredisent parfois, toutes s’accordent à dire que ce fantasme remonte à la petite enfance. La théorie classique axe son explication sur le complexe d’OEdipe. Pour Freud, le fétiche se lie dans l’esprit de l’enfant à son pénis. Voulant séduire la mère, il redoute la punition suprême du père: la castration. Remplacer son pénis par un fétiche c’est s’assurer que son sexe ne sera pas abîmé.

Winicott et l’école anglaise de psychiatrie apportent une autre explication. Le fétichisme s’enracine à une époque où la séparation d’avec la mère est vue comme la mort elle-même. De même que l’enfant suce son pouce pour se rassurer, le fétichiste s’arme contre sa peur en serrant contre lui l’objet de sa dévotion. Le fait que le pied ou la chaussure féminins sont très souvent choisis pour fétiche appuie cette thèse: au niveau de vision de l’enfant, quand il court se réfugier à quatre pattes auprès de sa mère, c’est d’abord sa chaussure qu’il peut saisir.

Du fétichisme du pied à la perversion, n’y a-t-il qu’un pas ?

Ces théories n’expliquent pas totalement les penchants de Michel : "Tout comme il n’y a pas de clé des songes, il n’y a pas de clé des fantasmes, pas de grille de lecture générale, explique le sexologue Claude Esturgie (1). Il faut toujours replacer le fantasme dans le contexte très personnel d’une personne. Dans le cas de Michel, outre le fétichisme, existe aussi une pulsion sadomasochiste : il a transformé une certaine souffrance - le mauvais traitement de sa mère - en jouissance. Son inconscient a réagi à l’humiliation en la transformant en triomphe: c’est une revanche". Michel dit assumer son penchant et assure que son fétiche ne fait qu’ajouter des épices à sa vie sexuelle. Avant tout, c’est la femme qu’il veut. "Mais un pas de plus et il risque de tomber dans un fétichisme total", prévient Claude Esturgie, c’est-à-dire un carcan, une érotisation atypique, une perversion où le fétiche devient indispensable à l’excitation. Certains fétichistes peuvent même se contenter du seul objet pour s’exciter sans qu’aucune femme ne soit présente. Ils peuvent rentrer chez eux et se coucher... avec une paire de chaussures.

Docteur Claude Esturgie, sexologue, sexothérapeute et sexo-analyste
www.psychonet.fr

Samedi 21 Avril
Latex

Mode et fétichisme

Amazing latex rubber girls

Vendredi 20 Avril
Happening

Bondage

Body Rouge..Tokyo

Le fétichisme, aimer autrement

Philippe Brenot, psychiatre et thérapeute de couple

Directeur des enseignements de sexologie et sexualité humaine à l’université Paris-Descartes, répond à un témoignage sur le fetichisme sur lemonde.fr

"Voici une question qui me taraude depuis des lustres. J’espère que le sujet ne paraîtra pas trop scabreux. Depuis l’enfance, je suis fasciné par les pieds. Ils occupent une place disproportionnée dans ma vie érotique. Or, force est de constater que je ne suis pas un cas isolé. Il existe même des sites Internet érotiques consacrés aux pieds. On m’a déjà expliqué que cette fascination pour les pieds venait du fait qu’ils sont traditionnellement cachés, dans notre culture. Certains endroits sélects exigent le port de chaussures fermées. Mais je connais un ressortissant d’un pays où les pieds sont généralement exposés qui partage ma fascination. Comment expliqueriez-vous cette fascination ? Existe-t-il des livres traitant du sujet ?"

Reponse de Philippe Brenot

Cette question concerne de nombreuses personnes! Ce comportement doit être expliqué simplement sans le classer obligatoirement dans une pathologie.

La sexualité est un ensemble de comportements profondément appris au cours de notre éducation et au fil de la constitution de notre personnalité. C’est ainsi que, pour certains (femmes ou hommes), l’histoire personnelle et les débuts de la sexualité auront déterminé des conditions spécifiques qui seront ensuite nécessaires pour obtenir l’excitation sexuelle. C’est, par exemple, un objet particulier et lui seul qui m’excite ou une partie du corps considérée comme "normale" (les très fortes poitrines ou la forme des fesses, mais aussi le galbe des mollets, le creux des aisselles...). Il existe aussi des amateurs de la forme du pied ou de la finesse des chevilles que l’on a longtemps considérés comme anormaux.

Dans les premiers temps de la psychologie, où l’on se référait à une sexualité dite "normale", tous les comportements déviants étaient qualifiés de pervers,
c’est-à-dire déviant de la norme. Une part des psychanalystes considère encore le fétichisme comme une perversion. Mais aujourd’hui, où la société a profondément changé, où nous n’avons plus de jugement moral sur les comportements, on qualifie plutôt cela de paraphilie (une façon d’aimer autrement).

Ce que vous évoquez dans cette question a pour nom "fétichisme" car, comme vous l’expliquez bien, vous êtes fasciné par le pied et, selon vous, votre intérêt pour cette partie du corps "occupe une place disproportionnée dans votre vie érotique". De la façon dont vous en parlez, le fétichisme du pied peut être une particularité érotique, voire un art érotique, comme l’ont prétendu certain, s’il respecte deux grandes conditions de la sexualité adulte : ne jamais déranger le partenaire et ne pas trop envahir la vie du sujet. Dans la mesure où votre fétichisme ne gêne pas votre ou vos partenaires et qu’il participe de vos jeux érotiques, je n’en vois pas la difficulté. Certains le cultivent ainsi comme un raffinement érotique.

Si, par contre, il est un empêchement à la relation amoureuse, s’il est un comportement obsessionnel tel que vous ne pouvez obtenir votre excitation sexuelle que par ce seul moyen et qu’il vous gêne dans vos relations intimes, vous pouvez en parler avec un psychothérapeute, médecin ou non médecin, qui vous aidera à mieux comprendre ce que vous vivez, et qui, surtout, vous permettra de vous libérer progressivement de cette contrainte psychique qui est devenue un comportement empêchant.

Vous vous interrogez certainement sur son origine et vous en trouvez plusieurs modes d’explication, sur Internet, par exemple. La plus répandue est celle d’une fixation à cette partie du corps chez un parent, par exemple la mère. Ce qui fait de cette lecture du symptôme une fixation obsessionnelle sur une partie "autorisée" du corps maternel. Mais, comme vous le dites également, c’est une région très investie sur le plan érotique puisque de nombreuses cultures ont choisi de la dissimuler. On sait combien les parties cachées du corps sont plus désirables et excitantes qu’un corps dénudé. De même, le pied enveloppé de lianes, lacets, sandales, bottes, chaussures... est ainsi une sorte de substitut, ou de métaphore, du corps de la femme, surtout autrefois, quand il était toujours dissimulé et que les parties découvertes permettaient aux fantasmes de s’épanouir.

En ce qui concerne vos lectures, vous pouvez trouver des ouvrages culturels sur le fétichisme du pied et des ouvrages techniques plus complexes mais généraux sur le fétichisme.

Philippe Brenot pour Le Monde.fr

Jeudi 19 Avril
Latex

Lingerie

Happening

Défilés fetish

Latex Fashion Show - Montreal Fetish Weekend

Le corset et ses déclinaisons

Corsets, bustiers et guêpières

L’histoire du corset est si longue qu’il faudrait un ouvrage entier pour la relater. Là n’est pas notre propos, puisque nous allons nous intéresser au corset contemporain et à sa connotation érotique puissante. Les corsetiers modernes nous proposent de nombreux modèles qui allient la sensualité des formes et des matières au confort. Alors que jadis le corset martyrisait,
il est devenu une parure aussi agréable à voir qu’à porter…
Evidemment, nous joignons à ces sous-vêtements de rêve ses s½urs ou cousines, comme on voudra, que sont les bustiers et les guêpières.

Les corsets

Définition : sous-vêtement féminin, rigide, qui ceint la taille pour affiner celle-ci et faire saillir la poitrine ou (comme le dit Béatrice Moreau),selon les modes, pour la faire disparaître ! Bref historique, quand même: le corset remonte à la plus haute Antiquité (on en trouve des traces chez les Crétoises), n’existe pas en tant que tel au Moyen Age et réapparaît à la Renaissance pour mourir après la guerre de 14, grâce entre autres à Coco Chanel et à Paul Poiré. Comme nous l’indique toujours Béatrice Moreau, l’Histoire a déclenché ce phénomène. La guerre en effet a emporté les hommes au front, et les femmes ont rempli des tâches masculines qui exigeaient la liberté de mouvement.
Souvenons-nous que le corset a comprimé le corps des femmes pendant des années, occasionnant de graves problèmes de santé, telles les descentes d’organes. Après la Grande Guerre, le corset subsistera en tant que parure érotique. Les corsets modernes sont moins contraignants, et les femme le portent plutôt dans l’intimité ou pour des soirées érotiques (en cuir, ils sont très SM) , bien que certains corsets fantaisie puissent être portés à la ville, même lorsqu’on a revêtu un jean. Il existe des hommes fanatiques du corset, cette appétence confinant parfois au fétichisme. Les corsets ont leurs légendes du cinéma ( ou les légendes du cinéma ont leurs corsets, comme on voudra) : Mae West, Sophia Loren, Joan Collins, Jayne Mansfield, entre autres…

Le corset fétiche et SM

Le corset se prête à des attitudes souvent orientées vers une provocation qui est tout sauf « vanille », pour utiliser ce terme en usage chez les amateurs de BDSM et qui désigne ceux qui ne le sont pas. Le corset appelle les épices de la volupté. Une femme qui porte corset, sans autre vêtement – en tout cas, rien qui ne cache les sexe, les seins et les fesses – peut se poser en femme offerte et soumise, ou en femme autoritaire et dominatrice.

Soumise et offerte - et qu’y a-t-il de plus beau qu’un corps féminin corseté, lié ou cambré, prêt à recevoir quelques doux et amoureux sévices ? Autoritaire et dominatrice, une femme en corset tient souvent cravache, et cache plus le reste de son corps. Dans l’un ou l’autre de ces cas de figure, ce vêtement, qu’il soit de cuir, de satin ou de dentelle, est une sorte de passage obligatoire pour quiconque aime le fétichisme et tous les jeux qui vont avec

Les bustiers et les serre-taille

Le bustier, cousin germain du corset (parfois les deux appellations se confondent), n’est cependant pas un sous-vêtement. Il se montre, il s’exhibe même. Le bustier, comme son nom l’indique, couvre le torse. Il se porte dans l’intimité, mais aussi à la ville. On peut trouver des bustiers qui couvrent en entièrement les seins, ou osent un décolleté plus profond. Selon le type de soirée qu’on passe, on choisit le bustier en conséquence… Il y a le choix.

De même, le serre taille est très érotique : il ne cache comme son nom l’indique que la taille et le nombril. Il prend tout son sel si la femme n’est par ailleurs revêtue que d’un porte-jarretelles. Mais il existe aussi des serre-taille équipés de porte-jarretelles (à noter que dans ce cas, les modèles tiennent souvent plus de la gaine que du corset proprement dit), qui nous mènent droit vers… les guêpières.

Les guêpières

Magnifique invention qui allie le corset aux porte-jarretelles. Parfois, les jarretelles sont amovibles, pour laisser uniquement le corset.
Les guêpières s’arrêtent au niveau du pubis, ce qui laisse le choix à celles qui les portent soit de couvrir sexe et fesses d’un slip en dentelle, soit de ne rien porter, que des bas… Le string et la guêpière font également un heureux ménage. Notez que Sophia Loren et Joan Collins ont opté pour la version soft, en tout cas pour la photo.

La guêpière, qui aurait été créée par Marcel Rochas pour Mae West, est conçue pour mettre en valeur la femme type des années 50 : poitrine arrogante, taille fine, hanches marquées et croupe avantageuse. Le New Look de Christian Dior est la parfaite illustration de cet archétype féminin. Les guêpières peuvent être en dentelle, en tissu, transparent ou non, mais aussi en vinyle, en latex ou en cuir. La guêpière se décline aussi en pièces de lingerie moins corsetées.

Quelle est ma vision du corset ? par Florence Abelin

Le corset est la pièce de lingerie la plus contraignante de la garde-robe d’une femme. A son origine, il a été conçu pour mettre en valeur les caractéristiques morphologiques de la femme mais aussi de l’homme qui, fut une époque, portait également des corsets.
Souligner la taille et valoriser, par contraste, la poitrine et les hanches, le corset a une véritable connotation érotique. Ses baleines en métal ainsi que son laçage serré permet autant de maintenir une tenue de buste élégante que de contraindre les zones érogènes : taille, poitrine, hanches.
Aujourd’hui, je pense que le corset est devenue une véritable pièce de mode, beaucoup moins restrictive qu’avant, les critères de beauté ayant évolués. Le corset se montre, s’exhibe, se revendique, il est dorénavant porté pour le plaisir, la journée sur un tshirt avec un jeans. Il est aussi porté pour séduire, en soirée ou dans l’intimité.
Le corset reste néanmoins la pièce phare portée dans le cadre de jeux érotiques et notamment utiliser par les couples pratiquant les activités sadomasochistes.
Le corset est donc réservé aux soumises pour accentuer leur condition de femme obéissante, de servante, voire d’esclave.
Il est également vu sur les dominantes qui l’arborent pour sublimer leur féminité et leur supériorité.
Depuis sa création au XVIème siècle, le corset a subi de nombreuses transformations en matière de formes pour évoluer vers des pièces de lingerie moins contraignantes comme les gaines, le bustier et la guêpière beaucoup plus faciles à porter au quotidien. Le busc et les baleines ont disparu sur ces nouvelles pièces de lingerie qui se sont rallongées pour couvrir le haut des cuisses à la manière d’une mini-robe.

 
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256 257 258 259 260 261 262 263 264 265 266 267 268 269 270 271 272 273 274 275 276 277 278 279 280 281 282 283 284 285 286 287 288 289 290 291 292 293 294 295 296 297 298 299 300 301 302 303 304 305 306 307 308 309 310 311 312 313 314 315 316 317 318 319 320 321 322 323 324 325 326 327 328 329 330 331 332 333 334 335 336 337 338 339 340 341 342 343 344 345 346 347 348 349 350 351 352 353 354 355 356 357 358 359 360 361 362 363 364 365 366 367 368 369 370 371 372 373 374 375 376 377 378 379 380 381 382 383 384 385 386 387 388 389 390 391 392 393 394 395 396 397 398 399 400 401 402 403 404 405 406 407 408 409 410 411 412 413 414 415 416 417 418 419 420 421 422 423 424 425 426 427 428 429 430 431 432 433
Sadomasochisme.com
est un recueil d'actualités et de curiosa se rapportant à l'univers du fétichisme et du sado-masochisme. Il est proposé par Dress.fr, le portail de référence de la communauté BDSM.

une info BDSM
à signaler ?

Accès
par mots clés

50 Nuances plus claires Accessoires Actualité BDSM Afrique Fetish Algerie Alice Dellal Alice Dellal Allemagne Fetish Angleterre Fetish Aquino Arabie Seoudite Argentine fetish Arte Asie fetish Aubade Australie fetish Autriche Baillon BD et BDSM BDSM Suisse Beautiful Bastard Belgique Belgique fetish Berlin fetish Bielorussie Body Art Bondage Bra Super Cool Bresil fétish Brighelli Brigitte Lahaie Bustier Calendrier Cambodge Canada Fetish Canal Plus Cauet Chantal Thomass Chaussures et fétichisme Chine Cinéma Cinema et fétichisme Cinquante nuances de grey Cinquante Nuances Plus Claires Cinquante nuances plus sombres Clara Morgane Clubs fetish Confession Corset Cougar Cris et Chuchotements Croisière élastique Cuisine Cuissardes Culottes Dakota Johnson Danemark fetish Danse Dating Défilés fetish Dessins fetichistes Domination Echangisme EL James ELLE Elodie Frege Ernest Chaussures Espagne fetish Etam Etats-Unis Fetish Europe 1 Eva Longoria Evènements fetish Exhibitionnisme Exposition Facebook Fantasme Fappening Fessée Fétichisme Fifty Shades of Grey Flagellation Football Gaultier Gay Godemichet Gothique Gourmandise Grece Groland Guépière Happening Hélène Fillières Heloise Ouille Histoire d O Hongrie Fetish Humour Hustler Ikea Inde fetish Insolite Instagram Iran Irlande fetish Islam Italie fetish James Foley Jamie Dornan Japon fetish Julie Gayet Justice Kate Middleton Kim Basinger Kim Kardashian Kyrel La Perla La Rochefoucauld Lady Gaga Laetitia Casta Latex Lea Seydoux Législation et BDSM Lingerie Lisa Hilton Littérature SM Londres Fetish Louane LUI LUI Lyon M6 Madonna Maestra Maitresse Malaisie Mangas Mannix Marie Claire Masochisme Massages Médecine Media Melania Trump Menottes Meredith Wild Mexique fetish Middleton Mila Kunis Miley Cyrus Miss France Mode et fétichisme Monaco Moscou Mourthe Musique Nabilla Naturisme New York Fetish Newton Nobuyoshi Araki Nombril Norvege Nuit Démonia Nuit Elastique Nuit Extraime Orangina Orties Osez Palmolive Parodie Pays Bas People Pérou fetish Photo Photos Volées Pied Piercing Pinces Pippa Piques Playboy Poésie et Fétichisme Politique Pologne fetish Pony Girl Pony girls Portugal fetish Pratiques BDSM Pub Qatar Radio Religion Reveillon Rihanna Roumanie Russie fetish Sade Sadisme Sadomasochisme San Francisco Selfie Sévérité Sex Shop Sextoys Sexualité Shibari Shopping BDSM Shy m Simenon Site Web Sketch Slovenie fetish SmoothGroove Soirées fetish Sondage Sophie Marceau Soumission Soyons précis ! Spectacle fétichiste Sport Style Suède fetish Suisse Fetish Suspension Sylvia Day Sylvia Kristel Tatouage Télévision Texas fetish Texto Transexuel Tumblr Tweeter Ukraine Vasconcelos Venezuela Vina Jackson Yoga Zahia Zentai

À Propos
des auteurs

Whynot
est un dominateur raffiné et sevère. Connaisseur depuis de très nombreuses années du milieu SM et des soirées fétichistes. Du Genêt d’Or à L’Ochidée Noire
L’Hotesse
est soumise ou dominatrice au gré des rencontres. Adepte du BDSM et du fétichisme depuis toujours. Prétresse du 3C Cérébrale, curieuse, cougar.
Curieux
est un professionnel du web amateur de fétichisme.

découvrez
Dress.fr

Dress.fr est le site de référence de la communauté fétichiste et bdsm francophone depuis 1997.
Ils étaient présents cette semaine sur Dress.fr et vivent tout près de chez vous :