Sadomasochisme.com

Un blog propulsé par

Dimanche 13 Mai

La pause Quizz du Dimanche

Quizz : Révision
Qu’est-ce que la Mise en Cage évoque pour vous ?
Une boutique fétichiste haut de gamme du web
Une chanson de Pierre Perret
Un bar de Bruxelles
Dimanche 13 Mai
Etam

Exhibitionnisme

Lingerie

Insolite

En lingerie sous la Tour Eiffel!

Dimanche 13 Mai
Gothique

Soirées fetish

Fétichisme

Soirée Gothique Nightoo

samedi 26 Mai 2012
de 23 H à l’aube
Concorde Atlantique (bateau)

face au musée d’Orsay
9 quai Anatole France
75007 Paris
Métro Concorde ou Ass. Nationnale
RER musée d’Orsay

Soirée Privée P.A.F. : 13 euros + conso Soft ,Bières : 3E , Alcools : 4 E, Pinte : 5 E. Petit-Dej. à partir de 4h. sur la Terrasse
3 Dance Floors et 3 bars
1er étage : Gothique 80th ,Batcave , New Wave
2nd étage : Electro –Indus
3eme salle :: old school
Batcave Terrasse fumeur

Laëtitia Casta : prostituée sado-maso et meurtrière

L’ancien top model serait-elle une adepte du sexe avec violence ? Oui, si l’on en croit son prochain rôle. Et Benoît Poelvoorde en serait la première victime.

Vous l’imaginez ? Comprimée dans une tenue de cuir intégrale, jouant du fouet sur les fesses de sa victime (russe pourquoi pas ?) hurlant un désespéré : « Casta ! Niet !!! Casta ! Niet !!! ». Sa poitrine généreuse accompagnant les coups de matraque sur le derrière et les insultes qui vont avec ?

Non, vous ne la reconnaitrez pas, la belle Laetitia Casta. L’ancien mannequin a décroché un rôle marquant. Elle devrait interpréter au cinéma Cécile Brossard. Cette maîtresse sado-masochiste responsable de la mort du banquier Edouard Stern en 2005, et récemment remise en liberté en Suisse où s’étaient déroulés les faits. Ce dernier avait été retrouvé mort, atteint par quatre balles, dont deux dans la tête, et habillé d’une tenue en latex propre aux rites sado-maso.

Laetitia Casta devrait donc assassiner Benoît Poelvoorde, présenté comme celui qui incarnera à l’écran le banquier disparu. Après Les émotifs anonymes, son film (plutôt réussi d’ailleurs)on imagine que les séquences de travail seront un peu plus chaudes pour le timide Benoît, qui n’a pas intérêt à être allergique au plastique.

Le tournage devrait commencer prochainement. Il s’agira d’une adaptation du livre Sévère, écrit par Régis Jauffret. La famille d’Edouard Stern attaque d’ailleurs l’écrivain pour « atteinte à la vie privée ». Un scandale dans le scandale, elle est pas fastoche, la promo ?

Samedi 12 Mai
Sadomasochisme

Masochisme

Sadisme

J’ai testé pour vous… le sado-masochisme

Une jeune femme parle de son expérience sado-masochiste,

Le sado-masochisme, ça te fait penser à quoi ? L’obscure backroom d’un club gay est-allemand ? Des boudoirs feutrés où des femmes en porte-jarretelles fessent des hommes d’affaires ? Des donjons un peu glauques où s’alignent des engins de torture dignes du Moyen-Âge ? Dépoussiérons ensemble les idées reçues : le sado-masochisme, c’est aussi pour les vrais gens, dans la vraie vie.

Comment arrive-t-on au SM ?

Aussi loin que remontent mes souvenirs, mes fantasmes ont toujours tourné autour des relations de domination/soumission qui peuvent naître dans une relation sexuelle. Je ne mettais pas vraiment de mots dessus, mais je savais que je préférerais toujours une partie de jambes en l’air sauvage avec morsures et griffures à un tendre missionnaire (même si c’est pas mal, parfois). J’ai fini par me « renseigner » (chercher des films coquins, plutôt) sur le sado-masochisme, une pratique qui m’intriguait depuis longtemps, mais j’ai été très vite refroidie : je ne tombais que sur des vidéos de mauvaise qualité, tournées dans des caves sordides avec de grosses allemandes qui cravachaient le popotin de gros allemands (il faut dire que je ne connaissais pas encore dress.fr le paradis de tous les aficionados des pratiques extrêmes SM! Du coup, je n’y ai plus pensé et je suis retournée sans regrets à mes griffures dans les dos et autres levrettes claquées.

Mon déclic, en fait, ça a été le bon homme au bon moment. J’étais depuis peu dans une relation amoureuse à distance avec un garçon bien sous tous rapports, qui en savait encore moins que moi sur le sado-masochisme, une pratique qui ne lui avait jamais effleuré l’esprit, mais surtout qui ne s’attendait pas à ce que la timide jeune fille qui lui avait tapé dans l’½il kiffe autant se faire fesser pendant l’amour, si tu vois c’que j’veux dire !

La découverte a été progressive et mutuelle : palier par palier, nous ajoutions à chaque ébat une petite nouveauté, testant les réactions de l’autre. Par exemple, certaines filles aiment se faire « étrangler » (bon, elles tombent pas dans les pommes hein, mais les jeux basés sur la respiration sont assez courants) au moment où elles jouissent, ce qui n’est pas vraiment mon cas. Évidemment, tout cela était assez brouillon au début, puisqu’aucun de nous n’avait la moindre expérience de ces pratiques, ce qui a donné lieu à des actions assez whathefuck (ce classique moment où tu essaies une nouvelle position cool sans avoir aucune idée de l’endroit où ta jambe droite est censée se ranger), mais c’est aussi comme ça qu’on apprend !

Le SM, ce truc de riches

Au bout d’un moment, nous avons eu envie de pimenter un peu le jeu avec des accessoires. N’étant pas fan des menottes en moumoute et n’ayant pas confiance dans les coups de ceinture en cuir, j’étais bonne pour un tour au sex-shop aux frais de mon chéri histoire de varier les plaisirs pour sa venue imminente. Là, franchement, c’était l’angoisse : imaginez une jeune fille se glissant subrepticement dans un supermarché du sexe où les seuls clients sont des hommes esseulés errant tristement devant les films pornos, tentant de se glisser, l’air de rien, vers le rayon « trucs chelous en cuir et métal »… Heureusement que mon homme me tenait compagnie par SMS, sinon je serais partie en courant ! Nous avions parlé un peu de ce que nous voulions et que nous considérions comme les accessoires « de base » : des menottes, une laisse, un sex-toy classique (un vibromasseur quoi), un bâillon, des tenues cool (pour moi) et une cravache (pour lui) (parce que le fouet c’est vraiment trop encombrant et compliqué à manier). Eh ben laissez-moi vous dire que pour s’amuser un peu dans ce domaine il faut être carrément pété de thunes : si mes souvenirs sont bons j’en ai eu pour près de 200¤, et encore je n’étais pas dans un sex-shop « de luxe » comme on en trouve de nos jours, ni dans un magasin spécialisé. Le moindre truc coûtait un bras, marché de niche oblige, et j’avais l’air bien maline, mes achats dans une main, mon portable-calculette dans l’autre, tentant de choisir entre deux cravaches différentes alors que je n’y connaissais strictement rien.
Une fois revenue à bon port sans que personne, dans le bus, n’ait eu l’idée de lorgner à l’intérieur de mon sac de courses, je n’avais plus qu’à attendre le lendemain pour essayer nos nouveaux jouets.

Coups de cravache et force mentale

Je dois dire que je redoutais un peu cette étape, même si j’en avais très envie, car c’est bien beau de faire la maline avec une cravache, mais c’est une autre paire de manches de la sentir claquer sur ton petit boule ! Heureusement, monsieur fut délicat, y allant doucement car lui-même n’était pas bien sûr de la manière dont il pouvait doser sa force. Pour tout vous dire, c’est moi qui ait fini par réclamer plus d’ardeur, parce qu’on avait acheté une cravache, pas un plumeau, non mais.

Je ne sais pas comment ça se passe pour les autres couples qui pratiquent ces choses étranges et méconnues, mais en tout cas dans mon cas les accessoires sont principalement un « plus » bien sympa mais pas indispensable. Bon, maintenant on a considérablement enrichi notre collection et ça permet plein de nouvelles possibilités, mais l’essentiel se passe dans ma petite tête, entre mes deux oreilles. Avant d’être un jeu de douleur et de plaisir, le sado-masochisme est une relation de domination et de soumission, ce qui passe par le mental avant toute chose ; on peut très bien se sentir soumis(e) ou dominant(e) sans même faire l’amour. Imaginons une fille très pudique qui recevrait l’ordre de faire un tour en jupe sans sous-vêtements : pour moi, c’est du sado-masochisme, même si personne ne voit son frifri ! Le concept est de dépasser ses limites. C’est quand on trouve du plaisir ou de l’excitation dans des choses qui sont, a priori, désagréables, honteuses ou douloureuses que naît cette drôle de double pensée : « J’aime ça et je ne suis pas fière d’aimer ça, mais le fait d’avoir honte me fait encore plus aimer ça ! ».

Kamoulox et autres conseils

Bon, là c’est le moment « Protège-toi et respecte-toi » pour toutes celles et ceux qui, un jour, seraient amenées à tenter des pratiques rigolotes à base de popotins rougis et de poignets menottés. Il y a quelques règles de sécurité de base qui pourront t’éviter d’être cette meuf qui explique tant bien que mal à un urgentiste blasé que non, en fait, ce n’est pas du tout ce qu’il croit, tu as glissé en sortant de la douche et tu venais justement de finir une partie de pétanque dans ta salle de bains.

Preums : le sacro-saint safeword (remplacé en cas de bâillon par un safegesture). Le safeword, c’est le truc qui prouve que ce « Non, non » ne veut pas dire « Non, enfin si vas-y c’est le jeu » mais vraiment « NONONONONON ». Lors d’ébats comportant des contraintes et de la douleur (mesurée), il n’est pas rare qu’on dise « Stop » mais qu’en fait, on ne le pense pas vraiment. Le safeword permet d’éviter ça, et ça peut être n’importe quoi, de préférence un mot un peu rare ou incongru qui ne sortirait pas vraiment par erreur (et puis c’est toujours rigolo de crier « Kangourou » ou « Kamoulox » pendant l’amour). Le safegesture c’est le même principe : quand on ne peut pas parler, on a un geste qui veut dire que nononononon. C’est un peu plus compliqué à trouver parce que quand on est attachée dans une position bizarroïde, difficile de lever le coude droit trois fois ! Mais avec un peu d’imagination, pas de souci. De toute façon, si les deux partenaires se connaissent bien, le (ou la) dominant(e) se rend rapidement compte que l’autre a arrêté de kiffer.

Deuzio : allez-y graduellement. C’est un conseil issu de mon expérience personnelle : lors de mon dernier ébat, monsieur a vigoureusement testé une nouvelle cravache. Un peu trop vigoureusement. Prenez votre temps et ne vous lancez pas tout de suite à corps perdu dans une nouvelle pratique : il y a souvent une différence notoire entre fantasme et réalité.

Tertio : parlez-en ! Non, pas aux réunions de famille (enfin ça dépend de votre famille hein, je ne juge pas), entre vous. Si vous n’êtes pas gênée par les conversations explicites, allez-y carrément, mais sinon un simple « Et ça, c’était bien ? » ou « Un peu plus à droite la prochaine fois » peut suffire. Vu la nature un peu particulière de ces relations, je trouve ça important, encore plus que pour le sexe « classique », de partager son ressenti. Le sado-masochisme implique de prévoir un petit peu à l’avance, vu que c’est toujours risqué de tenter un truc sans en avoir jamais parlé : autant profiter d’un câlin post-coïtal pour faire un petit debriefing tranquillou.

Et monsieur, il en dit quoi ?

Je peux vous dire que mon amoureux est toujours régulièrement surpris de ce tournant inattendu dans sa vie sexuelle. Nous sommes tous les deux d’accord pour penser que si nous devions nous séparer un jour, ce serait vraiment bizarre de faire ce genre de trucs avec quelqu’un d’autre, tant cette pratique nous semble indissociable de notre couple. S’il n’a pas toujours été à l’aise dans son rôle de dominant, s’interrompant parfois en cours de route pour m’embrasser tendrement et vérifier que tout allait bien pour moi, avec le temps il en est arrivé à me connaître si bien que ses inquiétudes ont disparu : il sait que si ça ne va pas, je le lui ferai comprendre. Comme on se voit rarement, c’est vrai qu’on passe une bonne partie de notre temps sous la couette mais il nous arrive aussi de faire ça « normalement » !

En résumé, le SM ce n’est pas seulement pour les gens un peu bizarres qu’on voit dans les reportages sur les clubs libertins. Ça peut aussi être moi, vous, Monsieur et Madame Tout-le-monde, ta boulangère ou ton coiffeur ! Il y autant de pratiques sado-masochistes qu’il y a de fantasmes, sensibilités et préférences sexuelles dans le monde, rien n’est codé et si l’expérience te tente, n’aie pas peur de « mal faire » : c’est toi qui invente ce que tu veux !

Création d’un soutien-gorge frais au Japon

Un fabricant japonais de sous-vêtements féminins a présenté mercredi à Tokyo une idée pour aider les femmes à endurer la chaleur estivale sans faire tourner les climatiseurs énergivores à plein régime: un soutien-gorge rafraîchissant. Le "Bra Super Cool", soutien-gorge de plage imaginé par Triumph Japan, contient un matériau qui, placé quelques heures au congélateur, gèle tout en restant doux.

"Celle qui le porte ressent ainsi une sensation fraîche sur sa peau", a indiqué la firme dans un communiqué. Pour rendre cette impression multisensorielle, le soutien-gorge est aussi décoré d’une feuille de menthe qui dégage une odeur de fraîcheur et d’une traditionnelle clochette semblable à celles dont les sonorités résonnent aux abords des maisons en période estivale.
AFP pour Europe1 - 9 Mai 2012

 
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256 257 258 259 260 261 262 263 264 265 266 267 268 269 270 271 272 273 274 275 276 277 278 279 280 281 282 283 284 285 286 287 288 289 290 291 292 293 294 295 296 297 298 299 300 301 302 303 304 305 306 307 308 309 310 311 312 313 314 315 316 317 318 319 320 321 322 323 324 325 326 327 328 329 330 331 332 333 334 335 336 337 338 339 340 341 342 343 344 345 346 347 348 349 350 351 352 353 354 355 356 357 358 359 360 361 362 363 364 365 366 367 368 369 370 371 372 373 374 375 376 377 378 379 380 381 382 383 384 385 386 387 388 389 390 391 392 393 394 395 396 397 398 399 400 401 402 403 404 405 406 407 408 409 410 411 412 413 414 415 416 417 418 419 420 421 422 423 424 425 426 427
Sadomasochisme.com
est un recueil d'actualités et de curiosa se rapportant à l'univers du fétichisme et du sado-masochisme. Il est proposé par Dress.fr, le portail de référence de la communauté BDSM.

une info BDSM
à signaler ?

Accès
par mots clés

50 Nuances plus claires Accessoires Actualité BDSM Afrique Fetish Algerie Alice Dellal Alice Dellal Allemagne Fetish Angleterre Fetish Aquino Arabie Seoudite Argentine fetish Arte Asie fetish Aubade Australie fetish Autriche Baillon BD et BDSM BDSM Suisse Beautiful Bastard Belgique Belgique fetish Berlin fetish Bielorussie Body Art Bondage Bra Super Cool Bresil fétish Brighelli Brigitte Lahaie Bustier Calendrier Cambodge Canada Fetish Canal Plus Cauet Chantal Thomass Chaussures et fétichisme Chine Cinéma Cinema et fétichisme Cinquante nuances de grey Cinquante Nuances Plus Claires Cinquante nuances plus sombres Clara Morgane Clubs fetish Confession Corset Cougar Cris et Chuchotements Croisière élastique Cuisine Cuissardes Culottes Dakota Johnson Danemark fetish Danse Dating Défilés fetish Dessins fetichistes Domination Echangisme EL James ELLE Elodie Frege Ernest Chaussures Espagne fetish Etam Etats-Unis Fetish Europe 1 Eva Longoria Evènements fetish Exhibitionnisme Exposition Facebook Fantasme Fappening Fessée Fétichisme Fifty Shades of Grey Flagellation Football Gaultier Gay Godemichet Gothique Gourmandise Grece Groland Guépière Happening Hélène Fillières Heloise Ouille Histoire d O Hongrie Fetish Humour Ikea Inde fetish Insolite Instagram Iran Irlande fetish Islam Italie fetish James Foley Jamie Dornan Japon fetish Julie Gayet Justice Kate Middleton Kim Basinger Kim Kardashian Kyrel La Perla La Rochefoucauld Lady Gaga Laetitia Casta Latex Lea Seydoux Législation et BDSM Lingerie Lisa Hilton Littérature SM Londres Fetish Louane LUI LUI Lyon M6 Madonna Maestra Maitresse Malaisie Mangas Mannix Marie Claire Masochisme Massages Médecine Media Melania Trump Menottes Meredith Wild Mexique fetish Middleton Mila Kunis Miley Cyrus Miss France Mode et fétichisme Monaco Moscou Mourthe Musique Nabilla Naturisme New York Fetish Newton Nobuyoshi Araki Nombril Norvege Nuit Démonia Nuit Elastique Nuit Extraime Orangina Orties Osez Palmolive Parodie Pays Bas People Pérou fetish Photo Photos Volées Pied Piercing Pinces Pippa Piques Playboy Poésie et Fétichisme Politique Pologne fetish Pony Girl Pony girls Portugal fetish Pratiques BDSM Pub Qatar Radio Religion Reveillon Rihanna Roumanie Russie fetish Sade Sadisme Sadomasochisme San Francisco Selfie Sévérité Sex Shop Sextoys Sexualité Shibari Shopping BDSM Shy m Simenon Site Web Sketch Slovenie fetish SmoothGroove Soirées fetish Sondage Sophie Marceau Soumission Soyons précis ! Spectacle fétichiste Sport Style Suède fetish Suisse Fetish Suspension Sylvia Day Sylvia Kristel Tatouage Télévision Texas fetish Texto Transexuel Tumblr Tweeter Ukraine Vasconcelos Venezuela Vina Jackson Yoga Zahia Zentai

À Propos
des auteurs

Whynot
est un dominateur raffiné et sevère. Connaisseur depuis de très nombreuses années du milieu SM et des soirées fétichistes. Du Genêt d’Or à L’Ochidée Noire
L’Hotesse
est soumise ou dominatrice au gré des rencontres. Adepte du BDSM et du fétichisme depuis toujours. Prétresse du 3C Cérébrale, curieuse, cougar.
Curieux
est un professionnel du web amateur de fétichisme.

découvrez
Dress.fr

Dress.fr est le site de référence de la communauté fétichiste et bdsm francophone depuis 1997.
Ils étaient présents cette semaine sur Dress.fr et vivent tout près de chez vous :