Sadomasochisme.com

Un blog propulsé par

Jeudi 28 Juin
Sextoys

Insolite

Le sextoy écolo

Le sextoy écolo

Vous planifiez un road-trip cet été entre copines et refusez de partir sans gadget ? Vous avez toujours peur que vos piles vous abandonnent, sous peine de grand moment de solitude ? Heureusement pour vous, la marque Solar Bullet a pensé à tout, en commercialisant le premier sextoy solaire au monde. Ce vibro écologique en harmonie avec la planète se recharge à l’énergie solaire pour les baroudeuses, et le chargeur fonctionne même avec des sources lumineuses non naturelles (sous une lampe par exemple), pour les écolos du vibro citadines. Et pour les puristes, sachez que même l’emballage est fait avec du papier recyclé. De quoi être ravies, si l’on fait abstraction de la (petite) taille de l’objet : 8 cm de long, pour un diamètre 3,2 cm... Bonnes vacances !

Mercredi 27 Juin
Littérature SM

Fétichisme

Alexa Kane - Les yeux bandés

Une femme et sa découverte d’un monde fascinant, qu’elle cherche depuis toujours sans vraiment le savoir…
Paradoxalement, cette révélation se fait les yeux bandés… Un sens dont on est privé, qui fait se développer encore mieux les autres. Une montée de sensations qui transforme toute une vie. Un univers étrange et fabuleux, celui du BDSM qui s’ouvre au travers d’une histoire d’amour. Une aventure qui sert de catalyseur pour ce qui ne la quittera plus jamais : sa soumission qu’elle vit en parfaite harmonie avec le monde actuel

Passionnée et assoiffée d’amour depuis sa plus tendre enfance, c’est ainsi qu’elle se définit elle même. Elevée dans un traditionalisme, qui la fait prendre très vite le contre pied. Un besoin quasi maladif de Vérités, sans pour autant vouloir choquer.
Une reconnaissance de l’Homme avec un grand H, qui l’amène doucement vers une soumission qu’elle assume pleinement, qui la remplit de plénitude.
Une quête qui ne pouvait que la mener à des chemins détournés, par les gens dits bien pensants.
Une femme et sa Révélation. Une facilité à jouer avec les mots lui donne l’envie de communiquer ce qu’elle a découvert.
Alexa Kane énonce sa Vérité dans une phrase : Je suis née pour Cela

192 pages
Bruno Leprince Editions

Mercredi 27 Juin
Littérature SM

Les chaines de la liberté - Isabelle Jacob

Isabelle, à 35 ans, a atteint tous les objectifs qu’elle s’était assignée pour réussir. Directrice d’une grande agence de publicité à Paris, sa vie est pourtant un grand vide, que vient, presque par hasard, remplir peu à peu Louis, décorateur, esprit libre et transgressif. Se moquant de sa carapace dure et dominatrice, il va peu à peu l’apprivoiser, la retourner, et lui faire découvrir sa féminité dans une relation fusionnelle, masochiste et excessive. Elle découvre un univers de plaisirs insoupçonnés, l’émotion des matières et des contraintes, le besoin d’abandon, l’excitation de la transgression. Toute l’énergie qu’Isabelle a mise dans sa conquête du pouvoir, elle va la mettre dans l’abandon à cet homme, jusqu’à lui offrir le plus beau et le seul cadeau qu’elle puisse lui faire : elle-même.

Isabelle Jacob est né à Lille en 1962. Après une grande réussite dans sa carrière professionnelle, elle rencontre celui qu’elle cherche depuis si longtemps. Sa vie est bouleversée et c’est à ce moment qu’elle trouve enfin le temps et l’espace pour réaliser son rêve d’enfance : écrire.

256 pages
Bruno Leprince Editions

Mercredi 27 Juin
Littérature SM

Fétichisme

Jacques Myrat - La croix de Saint-André

Après de nombreuses années d’une vie amoureuse bien remplie mais somme toute classique, Henry s’est retrouvé soumis à celle dont il pensait avoir fait la conquête. Quand elle l’a quitté, il a mis à profit l’expérience tirée de cette relation pour devenir un dominateur apprécié de la plupart de ses partenaires. Un temps, il s’est égaré sur une voie périlleuse en suivant une de ses soumises qui se prostituait. Mais la vie l’a ramené à ce pourquoi il était fait depuis toujours : la domination.
Dans ce récit d’une histoire vécue, le héros touche tour à tour à toutes les facettes de la soumission puis de la domination dans un parcours qu’il ne maîtrise pas totalement.

Ancien responsable commercial dans le bâtiment puis dans le marketing, Jacques Myrat fait, dans cet ouvrage, le récit romancé mais authentique d’une existence parallèle hors du commun.

176 pages
Bruno Leprince Editions

Mardi 26 Juin
M6

Exhibitionnisme

Télévision

M6 - ZONE INTERDITE-Cap d’Agde

Chaque année, 600 000 français passent leurs vacances tout nu dans l’hexagone. Naturistes à la mer ou adeptes de la
« rando-nue » à la montagne, pour eux, l’été est synonyme de liberté


ZONE-INTERDITE-CAP-D'AGDE-1 par Herault-Tribune

Lundi 25 Juin
Sadomasochisme

Littérature SM

Fétichisme

Jeanne de Berg

Conjuguant l’obscène et le sacré, Jeanne de Berg, épouse de l’écrivain Alain Robbe-Grillet, décédé en 2008, met en scène des créations sadomasochistes qui sont autant d’oeuvres d’art sans lendemain.

En 1981, dans son ouvrage de “littérature brute” intitulé comme un autre Le Voyeur, le journaliste Jean-Luc Hennig, créateur entre autres à Libération du supplément libertaire de petites annonces gratuites Sandwich, enregistre le témoignage d’une certaine C. Elle est dominatrice à Paris et narre les “cérémonies” sadomasochistes qu’elle organise avec ses amies et des soumis. D’elle, Hennig écrit : “Elle repliait ses jambes très à droite comme les mannequins du Harper’s Bazaar.“

Quatre ans plus tard, une certaine Jeanne de Berg publie un ouvrage intitulé Cérémonies de femmes, où elle raconte des choses analogues, sinon identiques. Elle en fait notamment la promotion sur le plateau d’Apostrophes, où elle apparaît les jambes repliées très à droite comme les mannequins du Harper’s Bazaar, le visage masqué d’une voilette, à la façon d’une veuve surannée échappée d’un film de Truffaut. Quel rapport entre C. et Jeanne de Berg ? Quel rapport, aussi, entre Jeanne de Berg et Jean de Berg qui, en 1957, publia aux Editions de Minuit un court récit SM, L’Image ? Sous la forme d’un énigmatique quatrain, Bernard Pivot dévoila alors que Jeanne de Berg était l’épouse d’un écrivain connu, dont le nom évoquait “les jupes rôties ou brûlées”. Le plus innocent des téléspectateurs comprend alors que Jeanne de Berg est l’épouse du pape du Nouveau Roman, Alain Robbe-Grillet.

“Même à la campagne, raconte-t-elle aujourd’hui, une fermière des environs demandait à mon mari “Alors, il paraît que votre femme…” Ce à quoi mon mari répondait “Ah, chère madame, ce n’est pas pour vous, ces histoires-là.” Mais en réalité, c’était tout à fait pour elle, car ça la troublait vraiment. Après quoi elle a voulu me rencontrer, on a parlé toutes les deux, et ça l’intéressait tout à fait.” En 1998, Catherine Robbe-Grillet, alias C, alias Jeanne de Berg, ne cache donc plus de qui elle est l’épouse. Au coeur d’un appartement respirant de livres, dans le corridor duquel est accroché ce faux tableau de Magritte qui était la “star” impavide du film La Belle captive d’Alain Robbe-Grillet, cette sexagénaire faustienne, conservant démoniaquement des allures et un rire de petite fille, vous montre de beaux objets. Tel ce sceau fait d’argent, de bois d’amourette et d’ivoire, à ses initiales entrelacées et rangé dans un étui gainé, qu’un de ses soumis avait spécialement fait fabriquer afin qu’elle le marque au fer rouge.

Puis elle raconte ces cérémonials qu’elle organise, sorte de représentations théâtrales conjuguant l’esthétisme le plus savant et l’obscène le plus cru, vouées à la disparition immédiate, dont seuls les participants conserveront la mémoire. Des oeuvres d’art donc, mais qui, comme eût dit Vivant Denon, ne connaîtront “point de lendemain”.

Quand avez-vous commencé ces cérémonies ?

Oh, il y a longtemps. Trente ans. Vous savez, les choses se sont faites peu à peu. En premier lieu, j’ai connu Robbe-Grillet, qui était tout à fait un adepte de ce genre de choses mais dans le rôle dominateur. Il suffit de voir ses films ou de lire ses livres pour s’en rendre compte. C’était plusieurs années avant notre mariage. Moi, je sortais du couvent, j’étais une petite fille. Enfin, j’étais fort jeune. Tout cela m’intéressait et j’ai été plongée très simplement là-dedans par lui. Cela a donc commencé dans l’intimité du couple. Puis ça s’est étendu aux amis très proches qu’on attirait dans nos jeux. Mais tout restait dans un cercle restreint. D’autant plus qu’il y avait encore une censure assez forte. Mon roman L’Image, publié aux Editions de Minuit en 1957 sous le nom de Jean de Berg, avait d’ailleurs été totalement interdit. Et les films d’Alain aussi. En 1965, Trans-Europ Express a été lui-même interdit aux moins de 16 ans. Je me souviens que Pompidou, qui devait être à l’époque à Matignon, s’était fait organiser une projection avant son passage devant la censure. Bref. Dans ce cercle d’amis, j’ai été amenée à rencontrer des amateurs de cinéma qui étaient également des amateurs de sadomasochisme ­ ce qui n’est pas antinomique, loin de là. Mais à l’époque, je n’étais pas du tout dans le rôle que je joue actuellement : j’étais ce qu’on appelle “une soumise”, pour emprunter la terminologie consacrée. Alain et moi formions un couple qui attirait des jeunes femmes sur son terrain. Moi, j’étais dans les deux rôles : à sa disposition à lui, mais également dans une position de séductrice ou de domination par rapport à la jeune femme que nous attirions.

Exactement ce que raconte votre roman L’Image.

A peu près. Puis, tout d’un coup, un de nos intimes, en principe dominateur comme Alain, a renversé la situation tout en gardant la maîtrise. C’est très courant dans Sade ! Quelqu’un qui est un maître ou une maîtresse se fait appliquer le traitement qu’il inflige à d’autres. C’est ce qui s’est passé. Autrement dit, j’avais le fouet en main, mais c’était quand même à ses ordres, je faisais malgré tout ce qu’il voulait. C’est à ce moment-là que je me suis aperçue que j’avais envie de faire cela toute seule. Que j’avais envie de voler de mes propres ailes. Comme si j’étais mûre pour prendre la direction des opérations, et innover. J’ai donc alors changé de rôle à l’intérieur de ce noyau initial, et j’ai commencé à organiser des petits cérémonials avec peu de personnes, notamment un pour le mariage d’amis très proches. Encore une fois, cela se passait uniquement dans une sphère amicale, où il s’agissait de séduire des gens qui n’étaient pas forcément traversés par ce genre d’idées, de les amener sur notre territoire. Tout cela restait assez clandestin. Il faut se rappeler que ce n’était pas admis à l’époque. Il y a eu un changement des mentalités à partir de 68, puis la position de l’opinion publique vis-à-vis de ces pratiques s’est peu à peu libéralisée. Enfin, à partir de 1978, au lieu d’essayer d’amener des gens qui n’y pensaient pas sur mon territoire, je me suis dit que j’allais rencontrer des adeptes, que ce serait encore plus simple.

C’était mieux ou moins bien ?

Ça dépend des gens que l’on rencontre. Car c’est un milieu où l’on rencontre vraiment n’importe qui. Il fut un temps où l’on disait volontiers que le sadomasochisme était une perversion élitiste ­ qui ne concernait pas, en tout cas, le prolétariat. C’est parfaitement faux, évidemment : s’il y a vraiment quelque chose de bien distribué, ce sont les fantasmes sexuels. Dans des boîtes SM à New York, je me suis même étonnée de rencontrer un Indien avec de grandes nattes dans le dos, un Juif avec sa kipa. Cela touche donc toutes les religions, tous les milieux. L’autre période que j’ai trouvée fascinante, c’était quand Jean-Luc Hennig a lancé à Libération le supplément Sandwich. Grâce au système de petites annonces gratuites, certains lecteurs attirés par le SM, mais qui n’auraient pas osé consulter celles des revues ou messageries spécialisées, se sentaient autorisés à le faire puisqu’elles étaient publiées, offertes, dans un journal qu’ils lisaient, par ailleurs, pour d’honorables raisons.

C’est ce qui vous plaît le plus : révéler quelque chose à quelqu’un ?

Oui. Quelqu’un qui est encore vierge ­ ou à moitié ­ et qui a encore l’enthousiasme du débutant. Je me méfie des gens blasés et je m’efforce de les éviter. Si vous avez affaire à quelqu’un qui est dans une demande nouvelle, vous rencontrez forcément de l’enthousiasme, de la nouveauté, de la découverte.

Revenons aux cérémonials.

Oui, car c’est là que je crois me singulariser. J’imagine que la pratique du SM doit être répandue dans les couples mais, par définition, c’est secret. Ce que je connais en revanche, c’est ce qui se fait en club, des choses finalement assez improvisées. Alors que le sadomasochisme fort théâtralisé, tel que je l’organise, est rare. Il s’agit de réunir un certain nombre de gens qui sont évidemment sélectionnés un à un, à la manière d’un chef d’orchestre choisissant ses musiciens. Je les élis en fonction de leurs compétences, parfois aussi un peu à côté de celles-ci, mais jamais complètement en dehors. Il s’agit pour eux d’interpréter des histoires que j’ai dans la tête, et que j’ai écrites soit en fonction d’un décor, soit en fonction de partenaires avec lesquels j’ai envie de jouer dans tous les sens du mot : les faire vibrer, leur faire jouer un rôle, mais aussi les faire jouer comme on dit qu’une porte joue. Ça suppose que j’y pense assez longtemps à l’avance. J’écris un scénario, je prévois les décors, la musique. Tout est organisé en fonction du déroulement d’une suite de tableaux qui s’enchaînent, avec des pauses, avec des moments que je laisse un peu libres, où l’une de mes amies peut se lancer dans un solo. Mais je garde toujours les rênes pour que ça ne tourne pas au n’importe quoi. Tout ce qui est sexuel entraîne une gêne et ça peut très vite dériver vers le rire, la banalisation, comme si les gens avaient peur de tout ce qui est tendu et risqué. Donc je me sens responsable durant ces cérémonies, tel un chef d’orchestre, de laisser du jeu et, en même temps, de toujours être là pour contrôler. Ce qui m’intéresse dans cette théâtralisation de tableaux vivants, c’est de conjuguer l’extrême sophistication esthétique avec des choses fortes, dures, obscènes, sinon scatologiques.

Et qu’en reste-t-il ?

Rien. Il en reste le souvenir chez les partenaires ­ que j’oblige, très souvent, à me faire une narration après coup. Puis il y a mon écriture à moi, puisque j’écris tout dans ce que je nomme “mon livre d’heurs” : ce vieux mot pour bonheur. J’y mets à la fois le scénario ­ endroit, décor, accessoires, musique tableau par tableau ­ et la manière dont cela s’est passé. J’inscris notamment les écarts entre ce que j’avais prévu et ce qui s’est réellement déroulé. Car il y a toujours un ajout, l’intervention imprévue d’un ou d’une soliste. Donc je relate les deux : la charpente et la chair.

Est-ce filmé, photographié ?

Ces cérémonials ne sont jamais filmés car je pense que l’introduction d’une caméra déconcentrerait tout le monde. En ce qui concerne la photo, quand quelque chose m’a paru particulièrement beau et photographiable, je recommence la scène pour une photographe.

Racontez-nous votre dernier cérémonial…

Ce qui m’a inspirée, c’est une maison de Meudon, construite en 1910, qui a conservé son décor d’époque. Elle est dotée d’un escalier qui m’intéressait. Cela faisait très longtemps que j’imaginais des hommes tous masqués, dans la même tenue, étagés sur les marches, en train de se masturber sur une femme. Pour moi, il fallait que cela soit très hiératique et beau. Cet hiver, j’avais, avec une amie, sélectionné des candidats que nous avions recrutés par Internet. Puis ils ont été convoqués le jour prévu dans ce cadre qu’ils ne connaissaient pas. Je leur en avais dit le moins possible, comme aux autres. A chaque fois, chacun des participants ­ cette fois, il y en avait seize ­ en sait le strict minimum. La scène centrale était donc ceci : des hommes sur des marches, portant tous un loup avec une voilette qui leur masquait la bouche, torse nu, pantalon noir, debout contre la rampe à barreaux d’un escalier en spirale, formant un demi-cercle face au vide, au-dessus d’un sol dallé où j’avais placé en vis-à-vis un autre demi-cercle de dominatrices habillées en robe du soir. J’avais ménagé entre les femmes et les hommes masqués un espace libre où j’avais disposé de jolis coussins orientaux pour les deux jeunes soumises sur lesquelles les hommes devaient éjaculer d’en haut. Ces jeunes femmes, je les avais conçues comme étant de jeunes vierges qui devaient être fécondées. Donc elles étaient en blanc, dans des dessous 1900, en batiste et dentelle. Lorsque je les ai introduites, un pianiste ­ amateur de SM, évidemment ­ jouait. Je tenais les jeunes filles par des rubans de satin blanc qui étaient liés à leurs poignets et je les ai couchées sur les coussins. Après quoi, à un signal précis, en l’occurrence un accord plaqué au piano, tout d’un coup on a entendu une cantatrice ­ elle aussi adepte du SM ­ attaquer les premières phrases de “La Mort de Didon” de Purcell. Elle est descendue lentement, du haut de l’escalier, magnifique dans une longue robe de velours rouge, en chantant. Ce qui était très beau, évidemment, c’était ce contraste, cette quasi-inadéquation entre des hommes qui se masturbent et cette musique duXVIIème siècle, cette alliance du sperme et du sacré. C’est de la création bizarre, mais c’est de la création. Et qui n’est curieusement pas tellement à la mode. Aujourd’hui, on est plutôt du côté du cru, du direct, de l’improvisé. On ne va pas vers cette médiation, cette théâtralisation.

Pour vous, c’est donc comme une oeuvre d’art ?

Oui, un peu. Une oeuvre d’art sans lendemain. Même si ce que j’écris passera peut-être à la postérité dans la mesure où l’on m’a demandé de joindre mes archives personnelles à celles de mon mari. Ce sera assez scandaleux, car il y a tout dans mes petits carnets. Mais, vous savez, les gens qui se mettent à écrire des biographies sont curieux des détails intimes ­ et pourquoi pas des rapports des écrivains avec leur moitié légitime. Comme, en l’occurrence, l’auteur en question aura vécu très longtemps avec elle ­ mon époux et moi venons de fêter nos 40 ans de mariage ­, ce ne sera d’ailleurs pas insensé. Même s’il ne participait pas à mon théâtre privé, je vivais avec Alain dans une très grande proximité. Il était au courant de tout, il me demandait si jétais contente, si ça s’était bien passé. Et ça l’intéressait en tant qu’écriture

 
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256 257 258 259 260 261 262 263 264 265 266 267 268 269 270 271 272 273 274 275 276 277 278 279 280 281 282 283 284 285 286 287 288 289 290 291 292 293 294 295 296 297 298 299 300 301 302 303 304 305 306 307 308 309 310 311 312 313 314 315 316 317 318 319 320 321 322 323 324 325 326 327 328 329 330 331 332 333 334 335 336 337 338 339 340 341 342 343 344 345 346 347 348 349 350 351 352 353 354 355 356 357 358 359 360 361 362 363 364 365 366 367 368 369 370 371 372 373 374 375 376 377 378 379 380 381 382 383 384 385 386 387 388 389 390 391 392 393 394 395 396 397 398 399 400 401 402 403 404 405 406 407 408 409 410 411 412 413 414 415 416 417 418 419 420 421 422 423 424 425 426 427
Sadomasochisme.com
est un recueil d'actualités et de curiosa se rapportant à l'univers du fétichisme et du sado-masochisme. Il est proposé par Dress.fr, le portail de référence de la communauté BDSM.

une info BDSM
à signaler ?

Accès
par mots clés

50 Nuances plus claires Accessoires Actualité BDSM Afrique Fetish Algerie Alice Dellal Alice Dellal Allemagne Fetish Angleterre Fetish Aquino Arabie Seoudite Argentine fetish Arte Asie fetish Aubade Australie fetish Autriche Baillon BD et BDSM BDSM Suisse Beautiful Bastard Belgique Belgique fetish Berlin fetish Bielorussie Body Art Bondage Bra Super Cool Bresil fétish Brighelli Brigitte Lahaie Bustier Calendrier Cambodge Canada Fetish Canal Plus Cauet Chantal Thomass Chaussures et fétichisme Chine Cinéma Cinema et fétichisme Cinquante nuances de grey Cinquante Nuances Plus Claires Cinquante nuances plus sombres Clara Morgane Clubs fetish Confession Corset Cougar Cris et Chuchotements Croisière élastique Cuisine Cuissardes Culottes Dakota Johnson Danemark fetish Danse Dating Défilés fetish Dessins fetichistes Domination Echangisme EL James ELLE Elodie Frege Ernest Chaussures Espagne fetish Etam Etats-Unis Fetish Europe 1 Eva Longoria Evènements fetish Exhibitionnisme Exposition Facebook Fantasme Fappening Fessée Fétichisme Fifty Shades of Grey Flagellation Football Gaultier Gay Godemichet Gothique Gourmandise Grece Groland Guépière Happening Hélène Fillières Heloise Ouille Histoire d O Hongrie Fetish Humour Ikea Inde fetish Insolite Instagram Iran Irlande fetish Islam Italie fetish James Foley Jamie Dornan Japon fetish Julie Gayet Justice Kate Middleton Kim Basinger Kim Kardashian Kyrel La Perla La Rochefoucauld Lady Gaga Laetitia Casta Latex Lea Seydoux Législation et BDSM Lingerie Lisa Hilton Littérature SM Londres Fetish Louane LUI LUI Lyon M6 Madonna Maestra Maitresse Malaisie Mangas Mannix Marie Claire Masochisme Massages Médecine Media Melania Trump Menottes Meredith Wild Mexique fetish Middleton Mila Kunis Miley Cyrus Miss France Mode et fétichisme Monaco Moscou Mourthe Musique Nabilla Naturisme New York Fetish Newton Nobuyoshi Araki Nombril Norvege Nuit Démonia Nuit Elastique Nuit Extraime Orangina Orties Osez Palmolive Parodie Pays Bas People Pérou fetish Photo Photos Volées Pied Piercing Pinces Pippa Piques Playboy Poésie et Fétichisme Politique Pologne fetish Pony Girl Pony girls Portugal fetish Pratiques BDSM Pub Qatar Radio Religion Reveillon Rihanna Roumanie Russie fetish Sade Sadisme Sadomasochisme San Francisco Selfie Sévérité Sex Shop Sextoys Sexualité Shibari Shopping BDSM Shy m Simenon Site Web Sketch Slovenie fetish SmoothGroove Soirées fetish Sondage Sophie Marceau Soumission Soyons précis ! Spectacle fétichiste Sport Style Suède fetish Suisse Fetish Suspension Sylvia Day Sylvia Kristel Tatouage Télévision Texas fetish Texto Transexuel Tumblr Tweeter Ukraine Vasconcelos Venezuela Vina Jackson Yoga Zahia Zentai

À Propos
des auteurs

Whynot
est un dominateur raffiné et sevère. Connaisseur depuis de très nombreuses années du milieu SM et des soirées fétichistes. Du Genêt d’Or à L’Ochidée Noire
L’Hotesse
est soumise ou dominatrice au gré des rencontres. Adepte du BDSM et du fétichisme depuis toujours. Prétresse du 3C Cérébrale, curieuse, cougar.
Curieux
est un professionnel du web amateur de fétichisme.

découvrez
Dress.fr

Dress.fr est le site de référence de la communauté fétichiste et bdsm francophone depuis 1997.
Ils étaient présents cette semaine sur Dress.fr et vivent tout près de chez vous :