Sadomasochisme.com

Un blog propulsé par

Samedi 29 Décembre
Actualité BDSM

Insolite

Sexy crackers : un cadeau à s’offrir sous la couette

Il y a des cadeaux qu’on met sous le sapin et d’autres qu’on préfère s’offrir en cachette comme ces « Sexy crackers », vivement déconseillés aux enfants. A l’intérieur, les papillotes, casse-tête et autres prédictions que l’on trouve habituellement dans ce genre de pochette ont laissé place à des surprises nettement plus coquines. Dans la version fille, vous pourrez trouver du lubrifiant, un cul nul, un préservatif et une devinette. Côté garçon, se cachent un « Pocket vibe » - sorte d’anneau vibrant -, un masque en satin, une devinette et du lubrifiant également. Petit rappel du principe au cas où vous l’auriez oublié : il suffit de tirer sur chaque extrémité de l’objet pour faire exploser le pétard qui se trouve à l’intérieur et libérer ainsi toutes les surprises. Alors prêts à pimenter votre nuit du Nouvel An ?

Boîte de 2 Sexy crackers « Love to Love », 19,90 ¤.

Alice dans les filets d’Araki

À Tokyo, le maître du bondage Nobuyoshi Araki a photographié l’élégante punk Alice Dellal. Rencontre intime, nocturne, noueuse.

Alice habite un pays punk qui n’existe que dans sa tête. Alice se croit en 1977. Sous l’allure offensive (crâne à moitié rasé, tatouages, piercings, bas résille troués, godillots râpés), se dévoile une fille de l’époque, plutôt joyeuse et réservée, que voilà, grâce à cette ambivalence aussi, intronisée égérie du nouveau sac Chanel, le Boy.

Dans un Tokyo de printemps qu’elle visitait le temps de quelques festivités avec Karl Lagerfeld, on l’a emmenée faire un tour chez Nobuyoshi Araki. Ce photographe a le goût des femmes et des entraves, l’un comme l’autre faisant sa renommée dans l’archipel où son travail, à l’inverse de sa réception plus arty en Occident, est ultra-connu.

Il était tard, elle avait avalé des nouilles en chemin dans une gargote, et cela faisait quand même des heures, des jours (ou peut-être est-ce sa vie toute entière), qu’elle se montrait, souriait, donnait des interviews, posait en vitesse pour des photographes, n’ayant qu’elle-même et cette beauté sauvage à vendre. L’arbre généalogique d’Alice importe. Son pays des merveilles est sa famille.

Aujourd’hui, c’est par les héritages que se transmettent les tiares de la célébrité. à 24 ans, elle est la petite-fille de Jack Dellal, surnommé Black Jack pour sa propension au jeu. Fils de Juifs irakiens émigrés en Grande-Bretagne au début du XXe siècle, Jack a été marié trois fois, a eu sept enfants dont un fils, Guy, qui dirige désormais le groupe familial d’immobilier (la fortune de Black Jack a été évaluée en 2009 par le Sunday Times à 600 millions d’euros).

En Grande-Bretagne, les Dellal sont vus comme une aristocratie turbulente et longtemps maudite (pas mal de drogues et de drames dans les années 70 et 80). La mère d’Alice, un ex-mannequin brésilien, lui a probablement donné ce corps de liane musclé, vif. Alice a une s½ur, créatrice de chaussures des plus branchées, et un frère, Alex, galeriste établi à Londres, longtemps petit ami de Charlotte de Monaco (Alice, quant à elle, aurait été liée à l’un des frères de Charlotte, et à l’un des fils de Mick Jagger).

Le reste du temps qu’elle n’occupe pas à n’être qu’elle-même, Alice est batteuse dans un groupe de punk-rock londonien dont on ne doute pas de la démarche artistique ni du postulat «do it yourself», bien qu’y officient aussi la fille d’un noble et d’autres gamines bien nées. La cuillère en argent à peine ôtée de la bouche n’entame en rien son naturel. À Tokyo, presque normale, Alice se baladait en mini-short et polo, aussi sexy que «boyish», féminine qu’un peu virile, passant sans encombres des croquenots aux talons de 12, mais toujours un sac (en tissu) à l’épaule, d’où elle sortait un vieux Polaroid pour photographier les uns et les autres.

Est-elle sympathique ? Oui, très. Et saine, de cette bonne santé de plage qu’on prête aux Brésiliens, et pas bêcheuse. Elle n’en revient pas d’avoir été choisie par Karl Lagerfeld. Qui parle d’elle avec une grande chaleur. Il l’a rencontrée au moment de l’élaboration de son livre The Little Black Jacket, quand il cherchait de jeunes femmes modernes. Déclic. Il a vu en elle «une jeune femme formidable, qui prouve qu’on peut être punk et chic», l’a embauchée pour le Boy. Et c’est ainsi, au grand dam de quelques traditionalistes, qu’une Anglaise au crâne mi-rasé est devenue un emblème de la rue Cambon. Et qu’elle pose entravée ci-après, en Chanel Haute Couture.

Vendredi 28 Décembre
Sextoys

Insolite

Le sextoy artisanal, un cadeau à la portée de toutes les bourses

Les sextoys sont devenus des objets ordinaires, au moins dans la manière dont les médias les présentent, mais il restent plutôt onéreux. Tout le monde n’a pas forcément envie de débourser 50 ou 100 euros pour un phallus en silicone fabriqué en Chine. Pour éviter cela, il existe une solution : le fabriquer soi-même. Pour son propre plaisir, mais aussi pour offrir un cadeau artisanal et potentiellement un peu gênant.

Un site, en français, Je fabrique mon sextoy, donne quelques bons conseils pour faire ses premiers pas dans l’univers du bricolage pervers. Ses concepteurs proposent par exemple de transformer «un coupe-gigot en double-gode». Et, comme une recette de cuisine, ils vous guident pas à pas. Tout d’abord, «il vous faut un coupe-gigot, du scotch et des tubes pour proteger les lames». Puis, «protégez les lames avec leurs protections plastiques. Collez les et fixez les avec du scotch. Idéalement, vous devez couper ou limer les dents des lames». Ensuite, «mettez les tubes sur les lames protégées». De fausses saucisses en plastiques dans ce cas-là. Après, «placez une ou deux lames selon vos désirs et vos possibilités».

L’idée d’allumer un coupe-gigot à l’intérieur de son vagin ou de son anus, même protégé par des saucisses en plastique, fait un peu peur, mais pourquoi pas. Le site indique également «comment faire un clone de sa bite» car, «si vous partez souvent, pensez à votre copine : laissez-lui une copie de votre sexe». Là, c’est un peu plus technique, à base de plâtre et de bouteille de coca, mais ça paraît aussi réalisable. Entre la culotte de poils et la papaye vibrante, il y en a pour tous les goûts, dommage que le site renvoie ensuite essentiellement vers des liens commerciaux pornos.

Sur YouTube, il est facile de trouver des vidéos explicatives pour fabriquer sa propre machine à orgasmes et avoir à la fin un objet presque aussi perfectionné que celle construite par George Clooney dans Burn After Reading des frères Coen.

Le photographe Tim Archibald a même consacré en 2005 un bel ouvrage photographique à ces constructeurs de Sex Machines. Au fin fond de l’Amérique, il est allé à la rencontre de ces bricoleurs différents. Ruiin et Tuesday, jeune couple, habitent à Portland, dans l’Oregon. Gothiques, ils ont relié un gode en forme de bite à un cercueil. «Ruiin est un pervers, il l’est vraiment», juge Tuesday, sa compagne. «Non, il n’est pas pervers. Il est juste obsédé par le sexe. Il est ouvert», continue-t-elle. «Il pense simplement que tout est magnifique.»

«Pour moi, la Sainte Baise [le nom de leur machine, ndlr] est juste quelque chose que j’ai constuit», explique Ruiin. «Je ne suis pas très porté sur l’orgasme. J’aime juste le chemin à parcourir pour y arriver. La machine avait cette utilité pour moi : j’ai vraiment aimé la faire, travailler sur les détails et le design, trouver comme la fabriquer à moindre coût», ajoute-t-il. «Mais l’utiliser vraiment n’était pas si important.»

James de Saint Paul, dans le Minnesota, a construit sa machine avec un mixeur KitchenAid, mais comme il trouvait que ça revenait cher d’utiliser un objet à 300 dollars (225 euros) que pour ça, il est détachable. «Donc, si vous voulez faire des cookies, vous pouvez le détacher, le remettre sur sa base originale, le nettoyer bien sûr, et aller travailler dans la cuisine», explique-t-il. Chaque année, «en fait, nous préparons des cookies lors des réunions de notre BDSM pendant les vacances».

Agnès Giard, sur son blog les 400 Culs, rappelle que la première du genre à avoir été commercialisée est la Sybian, en 1985. Cette machine ressemble à un cheval d’arçons avec en plus un sexe sur le dessus. «Ma Sybian est agitée de mouvements sur sa base, explique Dave Lampert, son créateur. La majorité des sex-machines ne font que coulisser d’avant en arrière : elles fonctionnent sur le principe de la pénétration. Mais ce n’est pas le va-et-vient qui compte pour une femme, c’est l’intensité des vibrations…»

La Sybian a été récupérée par l’industrie pornographique qui l’utilise de temps en temps dans ses productions. Certains sites comme Fuckingmachines.com se sont même spécialisés dans des vidéos extrêmes à base d’engins tous plus étranges les uns que les autres et de pratiques BDSM. Mais, même si nous sommes particulièrement imaginatifs aujourd’hui, construire des machines à orgasmes n’est pas nouveau. «Les gens en créent depuis Cléopâtre», rappelle Tim Archibald dans la préface de son ouvrage.

Jeudi 27 Décembre
Nuit Elastique

Soirées fetish

NUIT ÉLASTIQUE N°120 : samedi 12 janvier 2013

La Nuit Élastique est la soirée vinyle, latex & cuir qui fait référence à Paris.
Fondée en 1998 par Francis Dedobbeleer, graphiste, photographe et DJ impliqué dans le milieu SM et fétichiste depuis plus de 30 ans, elle a fêté sa 100e édition en mai 2011.
Ce qui fait le succès et la particularité de la Nuit Élastique est le fait que pour pouvoir y participer il faut obligatoirement être habillé en vinyle, en latex et en cuir. Ce qui peut passer pour une contrainte est, en réalité, la véritable clé du succès de la Nuit Élastique dont la fréquentation varie de 200 à 750 personnes selon les lieux où elle est organisée (caves, bateau, péniche...).
L’équipe de la Nuit Élastique est entièrement composée de vrais fétichistes et SM tous artistes dans des domaines variés (photographes, DJ’s, musiciens, graphistes, webmasters, stylistes, fetish modèles, comédiens...). C’est ce qui donne à la Nuit Élastique son côté joyeusement sexy et enflammé.

Préventes : 17 euros par personne
En vente exclusivement à la Boutique Dèmonia – 22 avenue Jean Aicard – 75011 Paris.
Sur place, à l’entrée de la salle : 25 euros par personne

PENICHE HENJO – Quai de la Tournelle / Notre-Dame – 75005 Paris

Infoline : 06 58 67 61 95

Jeudi 27 Décembre
Australie fetish

Actualité BDSM

Insolite

Elle se blesse en faisant l’amour au boulot, elle poursuit son employeur

En voyage d’affaires, une Australienne s’est blessée au visage en faisant l’amour. Son employeur a été condamné à l’indemniser.

Elle a obtenu que son employeur l’indemnise pour les dommages. La femme, restée anonyme, a dîné avec un homme et l’a emmené dans sa chambre. Lors de leurs ébats, elle a été blessée au visage et au nez par un luminaire en verre dans un motel à quelques kilomètres de Sydney. L’incident s’est produit en 2007.

Elle a décidé de saisir la justice et de faire passer ça pour un accident de travail. Elle a porté plainte contre son employeur pour blessures physiques et psychologiques. Suite à cet accident, elle a souffert de dépression et a été incapable de poursuivre son activité professionnelle, rapporte The Guardian.

L’employeur avait d’abord accepté de l’indemniser puis a fait marche arrière précisant qu’il n’était pas responsable puisque c’est arrivé en dehors de ses fonctions officielles. Mais la Cour Fédérale a tranché : elle a stipulé que si elle avait des relations sexuelles ou si elle "jouait" aux cartes dans sa chambre, elle était encore efficace au travail. L’assurance du travail devra également intervenir dans ses coûts de santé.

Mercredi 26 Décembre
Espagne fetish

Actualité BDSM

Espagne - La Jonquère : une bombe dans une voiture provoque l’évacuation de 500 personnes dans le plus grand bordel d’Europe

Deuxième bombe découverte devant le plus grand bordel d’Europe en quinze jour.

D’après La Vanguardia, média espagnol, un périmètre de sécurité a été installé à la Jonquère dimanche soir autour du plus grand bordel d’Europe, le Paradise, suite à une alerte à la bombe. Aux alentours de 20 h 30, cinq individus armés ont déposé une Opel Astra devant l’établissement et prévenu le surveillant en lui disant qu’il y avait une bombe à l’intérieur du véhicule. Ils sont repartis en Porshe Cayenne.

Aussitôt une trentaine de policiers sont intervenus pour évacuer les clients de l’établissement, plus de 300 , des clients d’un restaurant voisin où se déroulait un repas de fête, et les habitants dans un rayon de 500 mètres autour du véhicule soit 500 personnes au total, provocant une très grande émotion.

Les démineurs de la police catalane, équipé d’un robot, ont passé cinq heures sur place et découvert sur le siège arrière de l’Opel un engin explosif muni d’un détonateur qui, heureusement, n’a pas fonctionné.

Un peu plus tard dans la nuit, la Porshe Cayenne a été retrouvé brulée à Capmany près de la Jonquère.

Ce deuxième attentat en quinze jours contre la plus grand maison close d’Europe, selon nos confrères de Emporda Infos, média catalan, pourrait être expliqué par une rivalité entre prostituées.

De nombreux Français font régulièrement le court déplacement -- La Jonquère se trouve à 30 kilomètres de la ville française de Perpignan -- pour venir dans cette capitale du sexe, les maisons closes étant interdites en France. Pour l’ouverture des portes du Paradise, en octobre 2010, les attendaient une centaine de prostituées qui exercent légalement en Espagne dans ce type d’établissement.

La mairie de La Jonquère avait tenté d’empêcher la construction du Paradise. Mais la justice espagnole l’avait contrainte à délivrer un permis de construire.

Après l’alerte à la bombe, la maire de La Jonquère, Sonia Martinez, a affirmé lundi qu’elle allait tenter de faire fermer le Paradise, selon des médias espagnols.

 
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256 257 258 259 260 261 262 263 264 265 266 267 268 269 270 271 272 273 274 275 276 277 278 279 280 281 282 283 284 285 286 287 288 289 290 291 292 293 294 295 296 297 298 299 300 301 302 303 304 305 306 307 308 309 310 311 312 313 314 315 316 317 318 319 320 321 322 323 324 325 326 327 328 329 330 331 332 333 334 335 336 337 338 339 340 341 342 343 344 345 346 347 348 349 350 351 352 353 354 355 356 357 358 359 360 361 362 363 364 365 366 367 368 369 370 371 372 373 374 375 376 377 378 379 380 381 382 383 384 385 386 387 388 389 390 391 392 393 394 395 396 397 398 399 400 401 402 403 404 405 406 407 408 409 410 411 412 413 414 415 416 417 418 419 420 421 422 423 424 425 426 427
Sadomasochisme.com
est un recueil d'actualités et de curiosa se rapportant à l'univers du fétichisme et du sado-masochisme. Il est proposé par Dress.fr, le portail de référence de la communauté BDSM.

une info BDSM
à signaler ?

Accès
par mots clés

50 Nuances plus claires Accessoires Actualité BDSM Afrique Fetish Algerie Alice Dellal Alice Dellal Allemagne Fetish Angleterre Fetish Aquino Arabie Seoudite Argentine fetish Arte Asie fetish Aubade Australie fetish Autriche Baillon BD et BDSM BDSM Suisse Beautiful Bastard Belgique Belgique fetish Berlin fetish Bielorussie Body Art Bondage Bra Super Cool Bresil fétish Brighelli Brigitte Lahaie Bustier Calendrier Cambodge Canada Fetish Canal Plus Cauet Chantal Thomass Chaussures et fétichisme Chine Cinéma Cinema et fétichisme Cinquante nuances de grey Cinquante Nuances Plus Claires Cinquante nuances plus sombres Clara Morgane Clubs fetish Confession Corset Cougar Cris et Chuchotements Croisière élastique Cuisine Cuissardes Culottes Dakota Johnson Danemark fetish Danse Dating Défilés fetish Dessins fetichistes Domination Echangisme EL James ELLE Elodie Frege Ernest Chaussures Espagne fetish Etam Etats-Unis Fetish Europe 1 Eva Longoria Evènements fetish Exhibitionnisme Exposition Facebook Fantasme Fappening Fessée Fétichisme Fifty Shades of Grey Flagellation Football Gaultier Gay Godemichet Gothique Gourmandise Grece Groland Guépière Happening Hélène Fillières Heloise Ouille Histoire d O Hongrie Fetish Humour Ikea Inde fetish Insolite Instagram Iran Irlande fetish Islam Italie fetish James Foley Jamie Dornan Japon fetish Julie Gayet Justice Kate Middleton Kim Basinger Kim Kardashian Kyrel La Perla La Rochefoucauld Lady Gaga Laetitia Casta Latex Lea Seydoux Législation et BDSM Lingerie Lisa Hilton Littérature SM Londres Fetish Louane LUI LUI Lyon M6 Madonna Maestra Maitresse Malaisie Mangas Mannix Marie Claire Masochisme Massages Médecine Media Melania Trump Menottes Meredith Wild Mexique fetish Middleton Mila Kunis Miley Cyrus Miss France Mode et fétichisme Monaco Moscou Mourthe Musique Nabilla Naturisme New York Fetish Newton Nobuyoshi Araki Nombril Norvege Nuit Démonia Nuit Elastique Nuit Extraime Orangina Orties Osez Palmolive Parodie Pays Bas People Pérou fetish Photo Photos Volées Pied Piercing Pinces Pippa Piques Playboy Poésie et Fétichisme Politique Pologne fetish Pony Girl Pony girls Portugal fetish Pratiques BDSM Pub Qatar Radio Religion Reveillon Rihanna Roumanie Russie fetish Sade Sadisme Sadomasochisme San Francisco Selfie Sévérité Sex Shop Sextoys Sexualité Shibari Shopping BDSM Shy m Simenon Site Web Sketch Slovenie fetish SmoothGroove Soirées fetish Sondage Sophie Marceau Soumission Soyons précis ! Spectacle fétichiste Sport Style Suède fetish Suisse Fetish Suspension Sylvia Day Sylvia Kristel Tatouage Télévision Texas fetish Texto Transexuel Tumblr Tweeter Ukraine Vasconcelos Venezuela Vina Jackson Yoga Zahia Zentai

À Propos
des auteurs

Whynot
est un dominateur raffiné et sevère. Connaisseur depuis de très nombreuses années du milieu SM et des soirées fétichistes. Du Genêt d’Or à L’Ochidée Noire
L’Hotesse
est soumise ou dominatrice au gré des rencontres. Adepte du BDSM et du fétichisme depuis toujours. Prétresse du 3C Cérébrale, curieuse, cougar.
Curieux
est un professionnel du web amateur de fétichisme.

découvrez
Dress.fr

Dress.fr est le site de référence de la communauté fétichiste et bdsm francophone depuis 1997.
Ils étaient présents cette semaine sur Dress.fr et vivent tout près de chez vous :