Sadomasochisme.com

Un blog propulsé par

Mardi 14 Mai
People

Photo

Pub

Kate Moss nue pour une marque d’autrobronzant

Pour vanter les mérites de la marque d’autobronzant St Tropez, Kate Moss a décidé de prouver qu’elle n’a aucune trace de bronzage, vraiment aucune. Et pour le faire, la top britannique pose entièrement nue.

Avec cette nouvelle campagne publicitaire (dans laquelle elle pose également en maillot de bain), Kate Moss qui aura quarante ans en janvier prochain prouve qu’elle est toujours au top.

Lundi 13 Mai
Télévision

Insolite

Argentine: Une chanteuse dévoile son sein en plein direct à la télé

C’est une vidéo qui fait le buzz sur Internet ! Il y a quelques jours, la chanteuse Laura Miller s’est faite remarquer alors qu’elle était invitée de l’émission "La casa del Pop" en Argentine.

Au cours de l’interprétation en playback de son titre "Si me dejas no vale", les téléspectateurs ont pu découvrir son sein droit en plein direct.

Laura Miller s’en est aperçue quelques secondes plus tard. Gênée, elle a choisi de ne pas terminer sa chanson.

Lundi 13 Mai
Actualité BDSM

Insolite

Accessoires

Nouveau : le premier «Slip français» qui sent bon

«Vous recevez le slip, il ne sent rien ; vous enfilez le slip, il ne sent rien mais, quand vous commencez à marcher, vous sentez bon du Slip ! » Le «slip qui sent bon», ce n’est pas une blague mais une invention 100% française. C’est la marque le «Slip français» située en Dordogne, qui est à l’origine de cette innovation selon la Dépêche.fr. Et elle veut financer sa première série par internet, via le site My Major Company. Ce nouveau produit s’appellera «l’Indomptable» et sera le premier «Slip français qui sent bon» !

Déjà plus de 18 000 euros d’aide

Le projet semble déjà être bien engagé puisque la marque a déjà récolté 18 525 € après 28 jours de présence sur le site My Major Compagny, plutôt connu pour aider les jeunes artistes.
«Nous avions fixé un objectif de 10 000 € pour lancer une première série. Nous en sommes déjà à plus de 18 000 € et la souscription se poursuit jusqu’au 3 juin,» confie à la Dépêche.fr le créateur de la marque, Guillaume Gibault.

Le slip qui sent bon utilise une une méthode de micro-encapsulage de parfum, directement intégré à la fibre en coton. Le parfum très masculin, touches de musc et de poire, est libéré progressivement dès que le slip est en mouvement, jusqu’à 30 lavages.

Créé en septembre 2011, le Slip Français, qui emploie une vingtaine de personnes, a vendu 20 000 exemplaires de ses modèles aux noms de sous-marins : «Redoutable» (slip blanc), «Vaillant» (rouge), «Triomphant» (noir) et «Intrépide» (bleu). Des ventes enregistrées essentiellement sur internet.

En 2012, l’entreprise a atteint un chiffre d’affaires de 300 000 € mais son créateur table sur 700 000 à 800 000 € pour 2013. Tous les matériaux utilisés sont produits sur le sol français : les élastiques viennent de Normandie, les vignettes d’un atelier parisien, le coton est tricoté dans la région lilloise et le tout est assemblé dans les ateliers de Saint-Antoine-Cumond, en Dordogne…

« 50 nuances de Grey » : Joe Wright potentiel réalisateur

Le cinéaste anglais se serait imposé comme le principal candidat à l’adaptation grand écran du bestseller coquin d’E.L James, révèle The Hollywood Reporter.

Les studios Universal et Focus Features auraient finalement jeté leur dévolu sur Joe Wright pour diriger l’histoire d’amour érotique tendance sado-maso d’Anastasia Steele et Christian Grey. Le réalisateur succède à Gus Van Sant ou encore Benneth Miller parmi les cinéastes auparavant cités à la mise en scène.

Âgé de 40 ans, Joe Wright possède l’avantage d’être un habitué des adaptations d’oeuvres littéraires sentimentales complexes avec "Orgueil et préjugés" (2005), "Reviens-moi" (2007) et "Anna Karenine" (2012). Il entretiendrait par ailleurs d’excellentes relations avec Universal Pictures et Focus Features, précise le magazine hollywoodien.

Connu sous le titre original de "50 Shades of Grey", "Cinquante nuances de Grey" initie une trilogie vendue à plus de 70 millions d’exemplaires dans le monde. L’inconnue demeure concernant les comédiens en lice pour les rôles des deux protagonistes. La rumeur scande souvent les noms d’Emma Watson et Alex Pettyfer.

Le SM rentre dans l’art

Happening. Lieu de pratiques sadomasochistes, un donjon parisien s’ouvre aux performances arty et extrêmes.

La pièce est recouverte de feuilles mortes. Deux bancs sont posés là pour donner l’impression que nous sommes dans un jardin bucolique, les premiers jours d’automne, à la campagne, attendant que la saison passe et nos souvenirs avec. Mais nous sommes tout près de la place Clichy à Paris, au printemps, et l’atmosphère est un peu inquiétante. Sur une petite estrade, la jeune performeuse toulousaine AJ Dirtystein est nue, recouverte de poudre de riz blanche. Des images de deux filles s’embrassant sont projetées sur elle et sur le mur du fond. Une voix off déclame des extraits d’un conte d’Andersen.

L’histoire de Catherine, petite fille pauvre et va-nu-pieds, à qui l’on offre des souliers rouges et qui va à l’église avec. Sacrilège, c’est interdit, AJ Dirtystein enfile un masque de loup blanc, de hautes chaussures à talons, rouge forcément, elle se met à danser, elle est envoûtée, les braves gens lui coupent les pieds. Fin du premier des trois tableaux. Interlude, un homme, grand et maigre, dans une combinaison intégrale en latex noir, se met à chanter l’Ave Maria de Gounod.

Mot de passe.

Dans son donjon (le terme servant à désigner l’espace fétichiste d’une dominatrice), en réalité cinq pièces dans une cave de 300 mètres carrés, Maîtresse Cindy organise depuis mars des séances de «sm art». La quarantaine, dents du bonheur et cheveux courts teints en blond, elle exerce depuis quatorze ans. Fin 2011, en pleine réflexion sur sa pratique, elle a voulu fermer ce lieu, réputé notamment pour ses machines excentriques et uniques aux noms évocateurs : la pénétreuse, la fouetteuse… Après quelques mois de réflexions, la célèbre dominatrice parisienne a finalement décidé d’ouvrir l’espace à d’autres artistes et personnalités de ce petit milieu. «Je viens du monde de l’art, explique-t-elle, et, pour le sadomasochisme, il n’existe pas vraiment d’endroits où s’exprimer.» Deux ou trois fois par mois, elle propose via le projet «sm art» des rencontres, des diffusions de films, des performances, du théâtre. Si le thème est toujours centré autour de la question du corps et du fétichisme, carte blanche est laissée aux artistes. «Le SM est une sexualité cérébrale, analyse-t-elle, qui joue sur tous les sens, les possibilités sont infinies. Pourquoi donc ne pas s’autoriser à créer de nouvelles passerelles ?»

Le soir de la performance d’AJ Dirtystein, «Introduction au Post-Erotisme», soixante-dix personnes se pressent et entourent religieusement l’artiste de 28 ans. La participation est de 10 euros, il faut s’inscrire à l’avance, l’emplacement du lieu est secret. Il n’est dévoilé qu’au dernier moment. Pour entrer, un mot de passe est demandé, autant d’éléments qui théâtralisent l’atmosphère.

Bâillon.

Dans le public, des jeunes, souvent des amis de l’artiste, des habitués des lieux, un peu plus âgés, et des artistes venus en curieux. «C’est une bonne idée que soit organisé ce genre d’événements», juge Amine Boucekkine. Le mois prochain, il déclamera dans ce donjon des poèmes. «Souvent, dans le milieu du SM, il y a beaucoup de prétentions, de discours, mais à la fin ce sont des coquilles vides, rien ne se passe. Là, Maîtresse Cindy agit», ajoute-t-il. L’actrice Myriam Mézières, qui a tourné avec Alain Tanner ou Claude Berri, interprétera son théâtre burlesque érotique fin mai. «C’est du SM un peu plus light, autour de la relation homme/femme, où je sors des clichés du cabaret. Ici, dans ce donjon, c’est dépouillé, sans filet, mais au moins on sort des cloisonnements habituels de la scène parisienne», approuve-t-elle.

Le dimanche après-midi, quelques jours avant la représentation d’AJ Dirtystein, une séance de cinéma était organisée avec la diffusion des courts métrages récompensés en 2012 au festival du film fétichiste de Kiel, en Allemagne. Si la qualité était inégale - souvent le manque de moyens est patent -, les œuvres montraient la diversité des pratiques du milieu fétichiste.

Du rapport de domination entre le chauffeur d’une voiture de luxe et une jeune actrice un peu perdue à Los Angeles (The Chauffeur de Maud Ferrari) à un documentaire sur Tarna, dominatrice allemande, spécialiste des coupes de cheveux fétichiste - bâillon et ciseaux habiles - et autres douches de vomi, tout est possible.

Oranges. Le second tableau d’AJ Dirtystein est un peu plus violent que sa performance sur les Souliers rouges. Elle quitte le jardin intérieur recouvert de feuilles mortes et se dirige dans une salle plus clinique, murs blancs et instruments de torture. Elle s’enduit le corps de lait, déchire les pages d’un livre et se les agrafe sur les jambes, le ventre, les seins, les fesses, le pubis. On sursaute, on est mal à l’aise, mais une vraie force se dégage. Elle crie, surjoue une scène porno, «fuck me», «fuck me», se masturbe brièvement, le sang coule, les feuilles tombent à terre. Elle les ramasse et les distribue aux spectateurs, on découvre que c’est l’Ancien Testament, on récupère le passage de la destruction de la tour de Babel. «Je viens d’une famille religieuse, mon père est en train de devenir diacre, explique après la représentation AJ Dirtystein, petite brune aux multiples tatouages. Jusqu’à mes 12 ans, j’étais très pieuse, je n’imaginais pas qu’une autre voie était possible. Lorsque j’ai compris, tout a changé.»

Doctorante en lettres et arts plastiques, elle travaille sur le concept de «femme sauvage», une réflexion développée par la psychologue Clarissa Pinkola Estés sur la manière pour une femme de se libérer en articulant ses parts féminines et masculines. «Dans mes performances, je réfléchis sur les clichés hétéros sexistes, je veux dépasser ce qu’on a appris par l’éducation, je veux voir au-delà du masque social», raconte-t-elle. Elle estime que la mise en danger de son propre corps est nécessaire : «La violence fait partie de la vie, nous vivons dans une société qui nie la mort et la putréfaction du corps humain.» Pour payer sa thèse, elle est dominatrice, «un job alimentaire». Cela lui plaît. «C’est une forme de corps utopique, un jeu de rôle permanent, un peu comme dans la performance artistique», juge-t-elle.

Troisième et derniers de ses tableaux, AJ Dirtystein s’installe dans une autre pièce. Elle presse sur son corps des oranges jusqu’à épuisement. Elle devient une «mère pondeuse», exploitée par la machine, la société, l’homme. Elle s’écroule. Le chanteur revient, il a délaissé sa combinaison en latex noir. Il est nu. Il entonne l’hymne des femmes : Levons-nous femmes esclaves / Et brisons nos entraves / Debout, debout, debout ! AJ Dirtystein se relève. Puis, retombe.

Samedi 11 Mai
Sondage

Sexualité

Actualité BDSM

30% des hommes ont déjà simulé l’orgasme

Pas moins de 30% des hommes avouent avoir déjà simulé l’orgasme durant un rapport sexuel, selon une étude d’un universitaire de Harvard parue mi-avril et citée par Atlantico. "À l’instant même où le sperme sort, ce que la femme peut sentir, ce sont les soubresauts du pénis mais en aucun cas les jets du sperme. Et ces soubresauts, l’homme peut les simuler par des contractions", décrit Abraham Morgentaler, l’auteur de l’étude, interrogé par le site internet. "La simulation n’est pas l’apanage des femmes, les hommes peuvent simuler pour faire plaisir à leur partenaire ou éviter les questions embarrassantes", explique le chercheur.

Selon Abraham Morgentaler, l’éjaculation n’est, par ailleurs, pas toujours synonyme d’orgasme. "On peut éjaculer sans avoir d’orgasme. Il y a des éjaculations anhédoniques, qui sont des éjaculations sans plaisir, mais aussi l’éjaculation très précoce : en cas d’excitation extrême, l’homme, après deux ou trois mouvements dans le vagin, va éjaculer sans plaisir. Et seule restera la frustration." Toutefois, les hommes restent loin derrière les femmes concernant la simulation, puisque ces dernières sont 75% à confirmer avoir déjà simulé un orgasme.

 
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256 257 258 259 260 261 262 263 264 265 266 267 268 269 270 271 272 273 274 275 276 277 278 279 280 281 282 283 284 285 286 287 288 289 290 291 292 293 294 295 296 297 298 299 300 301 302 303 304 305 306 307 308 309 310 311 312 313 314 315 316 317 318 319 320 321 322 323 324 325 326 327 328 329 330 331 332 333 334 335 336 337 338 339 340 341 342 343 344 345 346 347 348 349 350 351 352 353 354 355 356 357 358 359 360 361 362 363 364 365 366 367 368 369 370 371 372 373 374 375 376 377 378 379 380 381 382 383 384 385 386 387 388 389 390 391 392 393 394 395 396 397 398 399 400 401 402 403 404 405 406 407 408 409 410 411 412 413 414 415 416 417 418 419 420 421 422 423 424 425 426 427 428 429 430 431 432 433
Sadomasochisme.com
est un recueil d'actualités et de curiosa se rapportant à l'univers du fétichisme et du sado-masochisme. Il est proposé par Dress.fr, le portail de référence de la communauté BDSM.

une info BDSM
à signaler ?

Accès
par mots clés

50 Nuances plus claires Accessoires Actualité BDSM Afrique Fetish Algerie Alice Dellal Alice Dellal Allemagne Fetish Angleterre Fetish Aquino Arabie Seoudite Argentine fetish Arte Asie fetish Aubade Australie fetish Autriche Baillon BD et BDSM BDSM Suisse Beautiful Bastard Belgique Belgique fetish Berlin fetish Bielorussie Body Art Bondage Bra Super Cool Bresil fétish Brighelli Brigitte Lahaie Bustier Calendrier Cambodge Canada Fetish Canal Plus Cauet Chantal Thomass Chaussures et fétichisme Chine Cinéma Cinema et fétichisme Cinquante nuances de grey Cinquante Nuances Plus Claires Cinquante nuances plus sombres Clara Morgane Clubs fetish Confession Corset Cougar Cris et Chuchotements Croisière élastique Cuisine Cuissardes Culottes Dakota Johnson Danemark fetish Danse Dating Défilés fetish Dessins fetichistes Domination Echangisme EL James ELLE Elodie Frege Ernest Chaussures Espagne fetish Etam Etats-Unis Fetish Europe 1 Eva Longoria Evènements fetish Exhibitionnisme Exposition Facebook Fantasme Fappening Fessée Fétichisme Fifty Shades of Grey Flagellation Football Gaultier Gay Godemichet Gothique Gourmandise Grece Groland Guépière Happening Hélène Fillières Heloise Ouille Histoire d O Hongrie Fetish Humour Hustler Ikea Inde fetish Insolite Instagram Iran Irlande fetish Islam Italie fetish James Foley Jamie Dornan Japon fetish Julie Gayet Justice Kate Middleton Kim Basinger Kim Kardashian Kyrel La Perla La Rochefoucauld Lady Gaga Laetitia Casta Latex Lea Seydoux Législation et BDSM Lingerie Lisa Hilton Littérature SM Londres Fetish Louane LUI LUI Lyon M6 Madonna Maestra Maitresse Malaisie Mangas Mannix Marie Claire Masochisme Massages Médecine Media Melania Trump Menottes Meredith Wild Mexique fetish Middleton Mila Kunis Miley Cyrus Miss France Mode et fétichisme Monaco Moscou Mourthe Musique Nabilla Naturisme New York Fetish Newton Nobuyoshi Araki Nombril Norvege Nuit Démonia Nuit Elastique Nuit Extraime Orangina Orties Osez Palmolive Parodie Pays Bas People Pérou fetish Photo Photos Volées Pied Piercing Pinces Pippa Piques Playboy Poésie et Fétichisme Politique Pologne fetish Pony Girl Pony girls Portugal fetish Pratiques BDSM Pub Qatar Radio Religion Reveillon Rihanna Roumanie Russie fetish Sade Sadisme Sadomasochisme San Francisco Selfie Sévérité Sex Shop Sextoys Sexualité Shibari Shopping BDSM Shy m Simenon Site Web Sketch Slovenie fetish SmoothGroove Soirées fetish Sondage Sophie Marceau Soumission Soyons précis ! Spectacle fétichiste Sport Style Suède fetish Suisse Fetish Suspension Sylvia Day Sylvia Kristel Tatouage Télévision Texas fetish Texto Transexuel Tumblr Tweeter Ukraine Vasconcelos Venezuela Vina Jackson Yoga Zahia Zentai

À Propos
des auteurs

Whynot
est un dominateur raffiné et sevère. Connaisseur depuis de très nombreuses années du milieu SM et des soirées fétichistes. Du Genêt d’Or à L’Ochidée Noire
L’Hotesse
est soumise ou dominatrice au gré des rencontres. Adepte du BDSM et du fétichisme depuis toujours. Prétresse du 3C Cérébrale, curieuse, cougar.
Curieux
est un professionnel du web amateur de fétichisme.

découvrez
Dress.fr

Dress.fr est le site de référence de la communauté fétichiste et bdsm francophone depuis 1997.
Ils étaient présents cette semaine sur Dress.fr et vivent tout près de chez vous :