Sadomasochisme.com

Un blog propulsé par

Mercredi 07 Août
Insolite

Littérature SM

Les relous des rues épinglés sur papier

L’auteure du blog à succès «Paye Ta Shnek» publie un livre qui recense les dizaines de phrases recueillies en ligne, symboles du harcèlement de rue que subissent les femmes.

«J’ai envie de t’éclater la chatte. Viens je t’éclate la chatte. T’as pas envie que je t’éclate la chatte ?», «T’aurais pas envie de te jeter sauvagement sur moi et de me violer par hasard ?», «Oh mad’moiselle oh le string oh !». Ces cinq phrases, Anaïs Bourdet, excédée, les poste sur un Tumblr, qu’elle crée le 9 août 2012. Elle a vu quelque temps auparavant la vidéo de Sophie Peeters, sur le harcèlement de rue à Bruxelles, elle se rend compte qu’elle vit la même chose.

«Là, c’étaient des spécimens de haut niveau, mais j’en ai parlé à des amies, on avait toutes des anecdotes plus ou moins fleuries», raconte, presque un an après, cette jeune graphiste marseillaise de 28 ans. Elle poste le lien de son blog, Paye Ta Shnek —«paye ta chatte» en argot alsacien— sur Facebook, «et ça a fait le tour de France, je recevais 150 messages par jour

Pas de commentaires, seulement l’accumulation de tentatives d’approche ratées ou d’insultes. Le succès est immédiat, jusqu’à 30 000 visites quotidiennes, la couverture presse est importante. Le projet est collectif, chaque internaute peut apporter sa contribution et ses expériences malheureuses (y compris, peut-être parfois, fantaisistes). «Certaines proposent dix anecdotes d’un coup, note Anaïs Bourdet, elles se défoulent, ça leur permet de sortir ce qu’elles ont sur le c½ur»

Début juillet, elle a auto édité à 1 000 exemplaires un ouvrage, disponible en ligne, où elle regroupe en chapitres une partie des milliers de phrases publiées sur le Tumblr. «Les catégories vont des messages les plus marrants aux plus agressifs. Il est difficile parfois de définir la limite entre la drague et le harcèlement. Le but ce n’est pas de blâmer les dragueurs mais de blâmer les plus indélicats», argumente-t-elle. L’accumulation des témoignages montre l’insupportable machisme de certains et/ou le manque d’imagination dans l’approche d’autres. «Il y a des classiques qui reviennent assez régulièrement : toutes les variantes de ta mère a volé des étoiles dans le ciel pour les mettre dans tes yeux, par exemple», remarque Anaïs Bourdet.

Contrairement aux marches des salopes, elle le reconnaît, sa démarche n’était pas forcément militante au départ, elle l’est devenue de plus en plus devant l’écho auprès des participantes et des lecteurs que cela rencontrait. «Beaucoup de garçons me disent qu’ils tombent des nues, qu’ils ne pensaient pas que c’était en permanence, raconte-t-elle. Ils me demandent comment on fait pour supporter ça, mais on ne supporte pas, on subit.»

La préface du livre, publié après une collecte de fonds sur le site de financement participatif Kiss Kiss Bank Bank, a été écrite par deux avocates, Leila Hamzaoui et Valence Borgia. Elles regrettent que la rue reste un espace de non-droit sur ce sujet-là. «La banalisation des comportements sexistes dans notre société n’incite pas les femmes à utiliser les outils juridiques existants pour dénoncer ce qui est communément admis. Si les injures à caractère sexiste sont le lot quotidien des Françaises, le réflexe demeure l’évitement plutôt que la contre-attaque, quand bien même les mots proférés seraient particulièrement dégradants et choquants», écrivent-elles. Comme si des injonctions comme «Hey ! Sois polie ! Tu pourrais répondre quand je te dis bonsoir, sale pute !» ou un «Tu devrais mettre des bites plus souvent dans ta bouche, tu parlerais moins !» étaient malheureusement devenues normales.

De fait, «les invectives de rues, que certains qualifieraient facilement d’attitude de "racaille" qui ne les concernerait pas, ne sont que le reflet d’une appréhension plus générale de la femme dans notre société», analysent Leila Hamzaoui et Valence Borgia. «On ne songe même plus à se défendre», ajoute Anaïs Bourdet. Pourtant, «on a le droit de se balader dans la rue, sans avoir à changer de comportement. Il faut baisser moins souvent les yeux et assumer plus facilement ce qu’on est».

Quentin Girard pour Libération

Mardi 06 Août
Etats-Unis Fetish

Exhibitionnisme

Insolite

Rassemblement géant en slip à New York

Pendant quelques minutes lundi, Times Square a complètement changé de visage. Le célèbre quartier new-yorkais a été pris d’assaut par des hommes et des femmes en sous-vêtements, rapporte le Nouvel Obs. Leur but : entrer dans le Guinness Book des records comme le plus grand rassemblement en slip du monde.

Pour avoir une chance d’être validée par la rigoureuse commission du livre des records, cette réunion devait absolument réunir des gens uniquement vêtus de sous-vêtements. Les organisateurs attendent maintenant l’officialisation de leur performance.

Mardi 06 Août
Lingerie

Fétichisme

Wonderbra, secrets desseins

Un peu d histoire..Ça va ça vient, 1994. Flatteur et pigeonnant, le soutien-gorge crée un clivage parmi la gent féminine.

Au c½ur de l’été 1994, les syndicats d’ophtalmo sont sur les dents. Un afflux massif de patients engorge les consultations, provoquant la panique du milieu hospitalier.

Des palanquées d’hommes hurlant à la mort déboulent, les yeux twizzés 30 degrés vers le sud. Après avoir écarté la piste de l’ultragauche, la police judiciaire fait ce constat troublant : toutes les victimes ont croisé une femme dans les trente minutes précédent le drame. Une femme en Wonderbra.

C’est en effet cette année-là que débarque en France la version ultime et sur-pigeonnante du célèbre soutien-gorge dessiné par la styliste canadienne Louise Poirier en 1961. D’un goût discutable, il transforme généralement de jolies nymphes en cagolles de sous-préfecture. Rares sont les usagères qui le portent drapées de classe.

D’ailleurs, son emploi suscite chez les femmes un clivage à faire pâlir un bayrouiste. Ainsi, Laura, s’emporte : «C’est la triche institutionnalisée ! La séduction poussée à son paroxysme. Au fond, séduire, c’est quand même rendre possible un truc impossible au départ. Pour cela, certaines utilisent leur culture. D’autres, leurs nichons.»

Quand vient l’heure du café, la Che Guevara de l’aréole concède quand même mettre des push-up, ces descendants rembourrés du Wonderbra. Anna, elle, la joue perspicace. «Elles me font rire les filles qui en mettent. Qui croient-elles tromper au moment de se désaper ?» Le bouquet final est envoyé comme un uppercut par Isabelle, professeure au collège, qui, tout au long de sa carrière, a essuyé les blagues grivoises du premier rang sur sa poitrine opulente : «C’est de la provoc inutile ! Chacune doit assumer ses formes. Les gros seins, c’est autant - si ce n’est plus - gênant que les petits seins. En fait, le Wonderbra, c’est l’ancêtre de la silicone. Mais c’était quand même moins vulgos que Nabilla.» Bim.

Il est vrai que les campagnes publicitaires mondiales de la firme britannique Gossard (propriétaire en Europe de la licence du Wonderbra) avaient un certain cachet. Le slogan «Regardez-moi dans les yeux… j’ai dit les yeux», incarné par le modèle tchèque Eva Herzigova, pénètre peu à peu les chaumières du monde entier.

Le Wonderbra écrit aussi sa légende musicale : «We’re all living in Amerika/ Amerika ist wunderbar/ We’re all living in Amerika/ Coca Cola, Wonderbra !» disent les metalleux allemands de Rammstein en 2004. En France, MC Solaar et le groupe pop Hyperclean y vont de leurs couplets : «Dans les dancings du monde entier/ Où tout le monde danse comme ses pieds/ Des minijupes des judokas/ Des gros costauds des Wonderbra.» Enfin, le soutif préféré de Lolo Ferrari s’ingère dans le langage courant au point que l’on lance désormais «Salut Sabine ! Joli Wonderbra ce matin», comme on dirait «Salut Sabine ! Chouette, ta robe à fleurs.»

Puisque cet accessoire est désormais has been, certains forums de mode proposent de donner une seconde vie aux Wonderbras placardisés. Les baleines feraient selon certaines de bons pics à saucisses pour l’apéro, alors que les bretelles permettraient de pendre efficacement les chatons. Triste fin quand même, pour un fleuron du sexisme.

Lundi 05 Août
Osez

Domination

Littérature SM

Osez 20 Histoires de Domination

Deux cents ans après la mort de Sade, esclaves et maîtres perpétuent les vices et sévices du divin Marquis avec délectation. Epoux cocu qui se venge de l’infidélité de sa femme et reconquiert son amour en la soumettant, domina expérimentée qui prête son esclave à sa jeune élève pour lui apprendre à dominer, marchand de sommeil crapuleux en proie à la vengeance sadomasochistes des gens qu’il exploitait, reine cruelle et perverse qui tyrannise sexuellement sa cour, dans Osez 20 histoires de domination, le SM n’a jamais été aussi moderne, vivant et inspiré !

Au sommaire :
« Le Cadenas » Octavie Delvaux
« Compensation » Roger Riba
« Tombé sous le charme » Frédéric Chaix
« Sous influence » Frida Ebneter
« La Marionnette » Gala Fur
« Pour les rondeurs de Mathilde » Vincent Rieussec
« La Culotte » Octavie Delvaux
« Voulez-vous m’obéir ? » David Anderton
« Un joujou très docile » Mélanie Muller
« Aucune pénétration possible » Frédéric Richet
« Le Remède » Anne de Bonbecque
« Aux enchères » Dolorès Gerko
« Initié par ma cousine » Patrick Ducasse
« L’Offrande sublime » Isabelle Lorédan
« La Manifestation » Miss Kat
« Corps à corps » Barbara Swish
« Vicieux Claudy » HDZ
« La DRH » Carlo Vivari
« Sur la selette » Octavie Delvaux
« God Save the Queen » Frédéric Chaix

COLLECTIF

Osez (20 histoires de...)
LA MUSARDINE

Dimanche 04 Août
Osez

Sextoys

Accessoires

Littérature SM

Osez 20 Histoires de Sextoys

Étudiantes délurées s’émoustillant mutuellement en pleins partiels à coups d’oeufs vibrants actionnés à dis tance, épouse coincée d’un gérant de lovestore se transformant en véritable bête de sexe en acceptant pour le dépanner de poser pour le catalogue de son mari, pomme de terre taillée en gode et voluptueusement glissée dans le sexe d’une domestique avant de fi nir dans la soupe de ses patrons, sex-toy-man fabriqué sur mesure par une bricoleuse perverse pour se venger des hommes… Une fois encore, les auteurs de la collection « Osez 20 histoires » ont déchainé leur imagination pour rendre au sextoy ses lettres de noblesse érotique.

COLLECTIF

Osez (20 histoires de...)
LA MUSARDINE

Samedi 03 Août
Angleterre Fetish

Insolite

La BBC s’excuse après avoir diffusé une photo du Prince William avec un pénis sur la tête

La BBC s’est excusée jeudi d’avoir diffusé une image du prince William avec un pénis dessiné sur le front lors d’un clip de promotion dans l’émission du matin sur BBC1.

L’image, soit une photo du prince William sur laquelle on a griffonné des lunettes, un petit bouc et donc un pénis, n’était visible qu’un bref instant et a échappé à la vigilance des éditeurs de l’émission. Mais pas à celle de plusieurs téléspectateurs dont certains ont immédiatement relaté l’incident sur les réseaux sociaux. "Wouah, BBC breakfast vient de montrer une photo du prince William avec un pénis dessinée sur la tête", a ainsi tweeté Andreas Vesalius.

"Soyez plus prudents s’il vous plaît", a imploré Dave Yates.

La BBC s’est rapidement excusée "pour ces images offensantes" visibles dans ce clip promotionnel pour "Barbershopera", en précisant que les images provenaient justement de cette troupe humoristique. Pilote d’hélicoptère dans la Royal Air force, le prince William, 31 ans, est actuellement en congé paternité après la naissance de son premier enfant, le prince George.

 
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256 257 258 259 260 261 262 263 264 265 266 267 268 269 270 271 272 273 274 275 276 277 278 279 280 281 282 283 284 285 286 287 288 289 290 291 292 293 294 295 296 297 298 299 300 301 302 303 304 305 306 307 308 309 310 311 312 313 314 315 316 317 318 319 320 321 322 323 324 325 326 327 328 329 330 331 332 333 334 335 336 337 338 339 340 341 342 343 344 345 346 347 348 349 350 351 352 353 354 355 356 357 358 359 360 361 362 363 364 365 366 367 368 369 370 371 372 373 374 375 376 377 378 379 380 381 382 383 384 385 386 387 388 389 390 391 392 393 394 395 396 397 398 399 400 401 402 403 404 405 406 407 408 409 410 411 412 413 414 415 416 417 418 419 420 421 422 423 424 425 426 427
Sadomasochisme.com
est un recueil d'actualités et de curiosa se rapportant à l'univers du fétichisme et du sado-masochisme. Il est proposé par Dress.fr, le portail de référence de la communauté BDSM.

une info BDSM
à signaler ?

Accès
par mots clés

50 Nuances plus claires Accessoires Actualité BDSM Afrique Fetish Algerie Alice Dellal Alice Dellal Allemagne Fetish Angleterre Fetish Aquino Arabie Seoudite Argentine fetish Arte Asie fetish Aubade Australie fetish Autriche Baillon BD et BDSM BDSM Suisse Beautiful Bastard Belgique Belgique fetish Berlin fetish Bielorussie Body Art Bondage Bra Super Cool Bresil fétish Brighelli Brigitte Lahaie Bustier Calendrier Cambodge Canada Fetish Canal Plus Cauet Chantal Thomass Chaussures et fétichisme Chine Cinéma Cinema et fétichisme Cinquante nuances de grey Cinquante Nuances Plus Claires Cinquante nuances plus sombres Clara Morgane Clubs fetish Confession Corset Cougar Cris et Chuchotements Croisière élastique Cuisine Cuissardes Culottes Dakota Johnson Danemark fetish Danse Dating Défilés fetish Dessins fetichistes Domination Echangisme EL James ELLE Elodie Frege Ernest Chaussures Espagne fetish Etam Etats-Unis Fetish Europe 1 Eva Longoria Evènements fetish Exhibitionnisme Exposition Facebook Fantasme Fappening Fessée Fétichisme Fifty Shades of Grey Flagellation Football Gaultier Gay Godemichet Gothique Gourmandise Grece Groland Guépière Happening Hélène Fillières Heloise Ouille Histoire d O Hongrie Fetish Humour Ikea Inde fetish Insolite Instagram Iran Irlande fetish Islam Italie fetish James Foley Jamie Dornan Japon fetish Julie Gayet Justice Kate Middleton Kim Basinger Kim Kardashian Kyrel La Perla La Rochefoucauld Lady Gaga Laetitia Casta Latex Lea Seydoux Législation et BDSM Lingerie Lisa Hilton Littérature SM Londres Fetish Louane LUI LUI Lyon M6 Madonna Maestra Maitresse Malaisie Mangas Mannix Marie Claire Masochisme Massages Médecine Media Melania Trump Menottes Meredith Wild Mexique fetish Middleton Mila Kunis Miley Cyrus Miss France Mode et fétichisme Monaco Moscou Mourthe Musique Nabilla Naturisme New York Fetish Newton Nobuyoshi Araki Nombril Norvege Nuit Démonia Nuit Elastique Nuit Extraime Orangina Orties Osez Palmolive Parodie Pays Bas People Pérou fetish Photo Photos Volées Pied Piercing Pinces Pippa Piques Playboy Poésie et Fétichisme Politique Pologne fetish Pony Girl Pony girls Portugal fetish Pratiques BDSM Pub Qatar Radio Religion Reveillon Rihanna Roumanie Russie fetish Sade Sadisme Sadomasochisme San Francisco Selfie Sévérité Sex Shop Sextoys Sexualité Shibari Shopping BDSM Shy m Simenon Site Web Sketch Slovenie fetish SmoothGroove Soirées fetish Sondage Sophie Marceau Soumission Soyons précis ! Spectacle fétichiste Sport Style Suède fetish Suisse Fetish Suspension Sylvia Day Sylvia Kristel Tatouage Télévision Texas fetish Texto Transexuel Tumblr Tweeter Ukraine Vasconcelos Venezuela Vina Jackson Yoga Zahia Zentai

À Propos
des auteurs

Whynot
est un dominateur raffiné et sevère. Connaisseur depuis de très nombreuses années du milieu SM et des soirées fétichistes. Du Genêt d’Or à L’Ochidée Noire
L’Hotesse
est soumise ou dominatrice au gré des rencontres. Adepte du BDSM et du fétichisme depuis toujours. Prétresse du 3C Cérébrale, curieuse, cougar.
Curieux
est un professionnel du web amateur de fétichisme.

découvrez
Dress.fr

Dress.fr est le site de référence de la communauté fétichiste et bdsm francophone depuis 1997.
Ils étaient présents cette semaine sur Dress.fr et vivent tout près de chez vous :