Sadomasochisme.com

Un blog propulsé par

Jeudi 10 Octobre
Actualité BDSM

Littérature SM

Le sexe n’est plus à l’index

Quelle idée vous faites-vous du Livre de poche ? Honorable, chic, patrimonial ? Oui. Mais il va toutefois falloir ajouter un adjectif : hard. La maison d’édition phare des collections de poche publie aujourd’hui, à raison d’un premier tirage de 50 000 exemplaires, un polar sadomaso, « Juliette Society », signé par une ex-figure américaine de l’industrie pornographique, Sasha Grey, âgée de 25 ans C’est l’histoire de Catherine qui hésite à pénétrer une société secrète où le sexe est dans tous ses ébats. « Laissez vos inhibitions au vestiaire », conseille l’éditeur en quatrième de couverture. « J’ai trouvé assez fascinant la façon de questionner le désir et le fantasme féminin », reconnaît sans fard Audrey Petit, directrice littéraire au Livre de poche.

Toucher les trentenaires

Une chose est certaine, « Juliette Society » témoigne d’un phénomène de société. En culture, le sexe ne se cache plus. Sylvia Day, concurrente directe de E. L. James, a vendu des millions d’exemplaires de sa série érotico-romantique « Crossfire » : « Dévoile-moi », « Enlace-moi »… La première librairie érotique en ligne (Clearpassion.fr) propose 2000 références de livres numériques et vise les 100 000 visiteurs par mois.

Le sage musée d’Orsay expose en ce moment une centaine de corps nus. La bande dessinée aborde des sujets scabreux qu’elle aurait proscrits il y a dix ans. Au cinéma, « la Vie d’Adèle » créera la semaine prochaine l’événement avec des séquences explicites de relations sexuelles entre lesbiennes. Sur scène, les one-woman-shows déshabillent l’acte sexuel. Il y a même un spectacle trash à Paris : « Au théâtre Suçoir ». Mais c’est le petit écran qui décroche le pompon, outre-Manche, avec l’émission de téléréalité « Sex Box ». Des couples font l’amour dans une salle fermée au fond du plateau puis viennent commenter sans tabou leur relation intime en compagnie d’experts. De sexperts.

Mercredi 09 Octobre
Sexualité

Exhibitionnisme

Télévision

Insolite

«Sex Box» : quand des couples font l’amour sur un plateau de télé

Le Royaume-Uni est connu pour ses émissions de télé-réalité aux concepts provocants, voire choquants. En particulier celles de Channel 4, qui a notamment diffusé en 2012 «Drugs Live» («La drogue en direct»), où des volontaires prenaient de la MDMA, un dérivé de l’ecstasy, en direct.
C’est sur cette même chaîne que les Britanniques peuvent regarder depuis le 7 octobre, des couples de personnes ordinaires faire l’amour sur un plateau télévisé, dans un nouveau programme baptisé «Sex Box». N’en déplaise aux voyeurs, les ébats de ces amoureux non-professionnels ne se dérouleront pas directement sous les yeux des télespéctateurs et du public, mais dans une salle fermée dressée au fond du plateau. Une «boîte» si vous préférez, comme l’indique le nom de l’émission.

Une fois leurs petites affaires terminées, chaque couple est invité à sortir sur le plateau pour discuter sexe et d’amour avec des «experts». Les amants devront parler sans tabou de la nature de leur relation intime, de leurs petits tracas comme de leurs idées pour pimenter leur quotidien, devant la journaliste Mariella Frostrup, qui écrit sur la sexualité et la maternité dans The Guardian, le chroniqueur gay Dan Savage, célèbre pour avoir dévergondé le courrier du coeur avec sa rubrique «Savage Love» dans The Stranger, la spécialiste du langage corporel Tracey Cox et le psychotérapeuthe Phillip Hodson.

Une campagne pour le «vrai sexe» et contre le porno

«Le sexe fait partie intégrante de nos vies», justifie Channel 4 dans la présentation officielle de son émission, ajoutant que «c’est l’un des plus puissants moteurs humains» mais que «peu d’entre nous en parlent ouvertement et sincèrement à ceux pour qui cela importe le plus : à savoir à nos partenaires et aux jeunes». «Sex Box» fait partie de tout un éventail de nouveaux programmes anglés sur la sexualité que Channel 4 a décidé de mettre en place à partir du mois d’octobre. Cette «Campagne pour du vrai sexe» (Campaign for real sexe»), vouée à «parler du sexe tel qu’il est pratiqué au Royaume-Uni» et tordre le cou au porno qui «déforme les attentes des gens en matière de sexualité» selon Channel 4 au point de «dégrader la vie sexuelle des Britanniques», débutera ce lundi soir à 22 heures heure locale (23 heures à Paris) par un documentaire intitulé «Porn on the brain» (Du porno dans le cerveau). Une enquête à la tonalité alarmante sur l’addiction au porno.

«Il est difficile aujourd’hui de passer à côté du discours selon lequel le porno corrompt la jeunesse de notre pays. On l’entend partout», remarque la journaliste du Guardian Rhiannon Lucy Cosslett, rappelant que le Premier ministre britannique David Cameron lui-même s’est emparé de cette question en lançant des mesures inédites contre la pornographie sur internet en juillet dernier (comme la mise en place d’un filtre interdisant l’accès aux sites jugés les plus obscènes, notamment dans les lieux où des enfants sont susceptibles d’être présents). «Dans les recoins les plus sombres d’internet, il se passe des choses qui représentent directement un danger pour nos enfants», avait-il alors déclaré.

L’émission «Sex Box» donnera-t-elle lieu à des débats croustillants ou, au contraire, à des leçons de puritanisme à l’anglo-saxonne voués à remplacer les cours d’éducation sexuelle à l’école (prodigués dès l’âge de 5 ans au Royaume-Uni et jusqu’à 16 ans) et éloigner les ados des sites coquins ? A quand ce concept en France sur NRJ12 ou W9? Qui sait!

Mercredi 09 Octobre
Sexualité

Soyons précis !

Love Coaching : La Fellation raffinée

Le chaud et froid provoquent des sensations inattendues mais tout à fait intéressantes. Vous avez prévu de faire la fellation du siècle à votre partenaire, ne changez rien mais prévoyez juste une tasse de thé chaud et une autre de thé glacé.

Vous allez faire la fellation quelques minutes avec dans la bouche le premier breuvage, puis le second et ainsi de suite.

Ce chaud et froid aura un effet garanti sur l’excitation de votre partenaire...

Il y a une autre astuce originale, vous prenez un bonbon à la menthe très forte et dès qu’il commence à fondre, vous faites la gâterie à votre amant, il sera surpris parce qu’il sentira comme un picotement. Double avantage, vous aurez tous les deux une sensation différente de l’habitude

Et pourquoi pas des glaçons, dans ce cas, il suffit de les glisser dans un fin tissu afin de ne pas les perdre dans votre bouche.

Mardi 08 Octobre
Exposition

Actualité BDSM

Evènements fetish

A la Bastille, venez sans culotte !

Thème : l’exposition coquine Sex in the city débarque sur le macadam. On y parle vrai et sans tabous ni jugement de la sexualité des jeunes. Plaisirs, sentiments, risques, tout y passe ou presque. Une initiative que l’on doit à Solidarité Sida.

Lieu : place de la Bastille

Exposition gratuite, déconseillée au – de 16 ans

- Plus d’infos sur sur la page Facebook Sex in the city

Mardi 08 Octobre
Sexualité

Actualité BDSM

Littérature SM

La langue autour du sexe

Des métaphores du bricolage à celles de la cuisine, les expressions érotiques revigorées par la linguiste Sylvie Brunet.

C’est le râle (bol) d’une linguiste contre un incessant «brouhaha sexuel» dans lequel s’entrechoquent des verbes au ras du concret comme «tirer», «niquer», «troncher», «se taper». Des termes comme «con» ou «foutre» qui fusent, et parfois à cent lieues de leur sens premier. Et une ribambelle de mots froidement anatomiques, comme «vagin», «cunnilingus», «verge» et on en passe. Jusqu’au technique «orgasme».

C’est le combat de Sylvie Brunet, qui, quarante-cinq ans après le libérateur Mai 68, milite pour un vocabulaire sexuel plus riche, plus imagé et, pourquoi pas, un peu obscur pour mieux suggérer les «marguerites» des femmes et les «boutiques» des hommes. Un combat d’arrière-garde ? La linguiste s’en défend. «Il n’y a plus de combat à mener pour libérer les mots de sexe et les interdits qui pesaient sur eux. Et heureusement.» Mais, pour elle, pas de doute, il est temps de réhabiliter la foultitude d’expressions même désuètes qui désigne cette chose qui nous préoccupe tant. Au cours de ces deux dernières années, elle s’est donc appliquée à exhumer et recenser tous les termes que les siècles passés ont inventés. Et ce, depuis le Moyen Age, un temps paillard abreuvé d’antiquités grivoises, comme celles du poète comique grec Aristophane. Avec minutie, elle a relu Montaigne, Albert Simonin, Frédéric Dard, sans oublier le tout premier Glossaire érotique de la langue française depuis son origine jusqu’à nos jours, contenant l’explication de tous les mots consacrés à l’amour, de Louis de Landes, paru en 1861.

Sylvie Brunet a ensuite classé 369 expressions et 1 001 mots pour mieux les ressusciter dans son dernier ouvrage : les Doigts de pied en bouquet de violettes. Un dico coquin (1) qui montre comment le sexe a su se nourrir de métaphores puisées tous azimuts : aussi bien dans le jargon et l’argot du bricolage («mettre la cheville au pertuis») que dans celui de l’économie («se faire travailler la marchandise»), en passant par le bestial («se dégourdir la fourmi»). Petite partie d’effeuillage verbal dont il ressort que le sexe s’est vraiment fourré partout…

Et si «on jouait à la fossette» ?

En voilà une expression mignonnette (du XVe) qui désignait à l’origine un jeu de bille, avant de prendre un sens nettement moins innocent. Le sexe a très largement emprunté au ludique. On peut ainsi jouer «de la braguette», «au trou-madame», «au bilboquet», «au piquet», «au petit Savoyard» (hommage au vaillant ramoneur), «aux cailles» (en fait «les couilles») ou «à cache-tampon». Moins parlante que les autres, cette expression provient d’un jeu de cache-cache du XIXe siècle où il fallait faire disparaître un mouchoir roulé en boule( d’où le mot tampon). Transféré dans le domaine sexuel, on imagine bien ce qu’il fallait cacher et où.

Et si «on remettait le couvert» ?

Les coups de chaud n’ont pas dû manquer en cuisine vu le nombre d’expressions salées relevées par Sylvie Brunet. Ainsi peut-on «prendre son pousse-café», «tirer une crêpe», «manger de la chair crue», «mettre le sucre d’orge dans la confiserie», «aller au gratin», «baratter» ou «jouer à la cuillère dans l’assiette à soupe». Gaffe, en revanche, à ne pas «s’endormir sur le rôti». Cette expression datée du XIXe désigne un homme aux ardeurs quelque peu paresseuses.

Et si «on allait aux fraises» ?

«Depuis que le jardin d’Eden servit de décor à la première relation sexuelle […] nombreuses sont les expressions qui rendent hommage à ce cadre hospitalier», note Sylvie Brunet, avant d’aligner quelques bucoliques trouvailles. Exemple ? «Faire voir la feuille à l’envers» où «la femme sur le dos ne peut apercevoir que le dessous des feuilles d’arbres». Et il y en a des choses à cueillir : la fleur, la rose, le fruit (au choix : noisette, fraise, mûres, etc.). Il y en a aussi beaucoup à arroser : le jardin, le gazon, la pelouse, le bouton, la motte, le cresson et même le persil. Mais la palme du champêtre revient à la formule «défriser le petit buisson», une façon élégante, au XIXe siècle, de suggérer une image des poils pubiens raidis par le sperme.

Et si «on consommait le sacrifice» ?

Des cieux au pieu, il n’y a que quelques mots (évidemment blasphématoires). Prenez ce fameux sacrifice qui désigne en fait l’action de copuler : «Du premier baiser qui joint les lèvres d’en haut, jusqu’au dernier spasme qui distend les lèvres d’en bas.» On peut aussi «dire ses oraisons», «célébrer l’office de la Vierge», «donner le pain quotidien» et, surtout, «travailler dans la vigne du Seigneur», bref s’enivrer de plaisir et finir par «voir les anges» bien sûr.

Et si «on larguait les amarres» ?

Pour finir en beauté, la linguiste s’est plu à compiler les mots de l’orgasme en piochant dans chacun des registres. Assez technique mais on peut «s’expédier chez Montgolfier», prendre de la hauteur en grimpant aux rideaux, s’accrochant aux lustres, «poinçonner son ticket d’arc-en-ciel», voire se «propager dans les nuages». Mais le plus plaisant, reste «d’avoir les pieds (ou les pinceaux ou les nougats) en bouquet de violette». Précisons que l’expression n’a aucun rapport avec la chanson l’Amour est un bouquet de violettes mais provient d’une observation : les doigts de pied s’écartent en bouquet sous l’effet de l’orgasme.

1) Editions de l’Opportun, 383 pp., 13 ¤.

Catherine MALLAVAL et Anne-Claire GENTHIALON pour LIBERATION

Lundi 07 Octobre
Exhibitionnisme

Insolite

Un handballeur se masturbe sur un parking

Un jeune joueur du Montpellier handball a été surpris en train de se masturber sur le parking d’un hypermarché, au Nord de Montpellier le 19 septembre dernier. Selon le Midi Libre qui raconte l’histoire, un agent de sécurité du supermarché Carrefour de Saint-Clément-de-Rivière a repéré le comportement suspect du handballeur grâce aux caméras de surveillance. Ce dernier circulait en voiture dans les allées du centre commercial. La jeune recrue héraultaise se masturbait en regardant en même temps une vidéo pornographique sur son téléphone portable et les clientes du magasin. Repéré par l’agent de sécurité, il a ensuite été interpellé par les gendarmes.

 
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256 257 258 259 260 261 262 263 264 265 266 267 268 269 270 271 272 273 274 275 276 277 278 279 280 281 282 283 284 285 286 287 288 289 290 291 292 293 294 295 296 297 298 299 300 301 302 303 304 305 306 307 308 309 310 311 312 313 314 315 316 317 318 319 320 321 322 323 324 325 326 327 328 329 330 331 332 333 334 335 336 337 338 339 340 341 342 343 344 345 346 347 348 349 350 351 352 353 354 355 356 357 358 359 360 361 362 363 364 365 366 367 368 369 370 371 372 373 374 375 376 377 378 379 380 381 382 383 384 385 386 387 388 389 390 391 392 393 394 395 396 397 398 399 400 401 402 403 404 405 406 407 408 409 410 411 412 413 414 415 416 417 418 419 420 421 422 423 424 425 426 427 428 429 430 431 432 433
Sadomasochisme.com
est un recueil d'actualités et de curiosa se rapportant à l'univers du fétichisme et du sado-masochisme. Il est proposé par Dress.fr, le portail de référence de la communauté BDSM.

une info BDSM
à signaler ?

Accès
par mots clés

50 Nuances plus claires Accessoires Actualité BDSM Afrique Fetish Algerie Alice Dellal Alice Dellal Allemagne Fetish Angleterre Fetish Aquino Arabie Seoudite Argentine fetish Arte Asie fetish Aubade Australie fetish Autriche Baillon BD et BDSM BDSM Suisse Beautiful Bastard Belgique Belgique fetish Berlin fetish Bielorussie Body Art Bondage Bra Super Cool Bresil fétish Brighelli Brigitte Lahaie Bustier Calendrier Cambodge Canada Fetish Canal Plus Cauet Chantal Thomass Chaussures et fétichisme Chine Cinéma Cinema et fétichisme Cinquante nuances de grey Cinquante Nuances Plus Claires Cinquante nuances plus sombres Clara Morgane Clubs fetish Confession Corset Cougar Cris et Chuchotements Croisière élastique Cuisine Cuissardes Culottes Dakota Johnson Danemark fetish Danse Dating Défilés fetish Dessins fetichistes Domination Echangisme EL James ELLE Elodie Frege Ernest Chaussures Espagne fetish Etam Etats-Unis Fetish Europe 1 Eva Longoria Evènements fetish Exhibitionnisme Exposition Facebook Fantasme Fappening Fessée Fétichisme Fifty Shades of Grey Flagellation Football Gaultier Gay Godemichet Gothique Gourmandise Grece Groland Guépière Happening Hélène Fillières Heloise Ouille Histoire d O Hongrie Fetish Humour Hustler Ikea Inde fetish Insolite Instagram Iran Irlande fetish Islam Italie fetish James Foley Jamie Dornan Japon fetish Julie Gayet Justice Kate Middleton Kim Basinger Kim Kardashian Kyrel La Perla La Rochefoucauld Lady Gaga Laetitia Casta Latex Lea Seydoux Législation et BDSM Lingerie Lisa Hilton Littérature SM Londres Fetish Louane LUI LUI Lyon M6 Madonna Maestra Maitresse Malaisie Mangas Mannix Marie Claire Masochisme Massages Médecine Media Melania Trump Menottes Meredith Wild Mexique fetish Middleton Mila Kunis Miley Cyrus Miss France Mode et fétichisme Monaco Moscou Mourthe Musique Nabilla Naturisme New York Fetish Newton Nobuyoshi Araki Nombril Norvege Nuit Démonia Nuit Elastique Nuit Extraime Orangina Orties Osez Palmolive Parodie Pays Bas People Pérou fetish Photo Photos Volées Pied Piercing Pinces Pippa Piques Playboy Poésie et Fétichisme Politique Pologne fetish Pony Girl Pony girls Portugal fetish Pratiques BDSM Pub Qatar Radio Religion Reveillon Rihanna Roumanie Russie fetish Sade Sadisme Sadomasochisme San Francisco Selfie Sévérité Sex Shop Sextoys Sexualité Shibari Shopping BDSM Shy m Simenon Site Web Sketch Slovenie fetish SmoothGroove Soirées fetish Sondage Sophie Marceau Soumission Soyons précis ! Spectacle fétichiste Sport Style Suède fetish Suisse Fetish Suspension Sylvia Day Sylvia Kristel Tatouage Télévision Texas fetish Texto Transexuel Tumblr Tweeter Ukraine Vasconcelos Venezuela Vina Jackson Yoga Zahia Zentai

À Propos
des auteurs

Whynot
est un dominateur raffiné et sevère. Connaisseur depuis de très nombreuses années du milieu SM et des soirées fétichistes. Du Genêt d’Or à L’Ochidée Noire
L’Hotesse
est soumise ou dominatrice au gré des rencontres. Adepte du BDSM et du fétichisme depuis toujours. Prétresse du 3C Cérébrale, curieuse, cougar.
Curieux
est un professionnel du web amateur de fétichisme.

découvrez
Dress.fr

Dress.fr est le site de référence de la communauté fétichiste et bdsm francophone depuis 1997.
Ils étaient présents cette semaine sur Dress.fr et vivent tout près de chez vous :