Sadomasochisme.com

Un blog propulsé par

Dimanche 01 Juin
BD et BDSM

Actualité BDSM

Littérature SM

Les aventures peu vêtues de Juliette

BANDE DESSINÉE A première vue «Juliette en juillet» évoque «Martine en vacances» mais bascule dans un érotisme SM soft, fantastique et zoophile

Juliette est une jeune fille un peu rêveuse. On ne sait pas quel âge elle a exactement. Mais elle a déjà des seins et des cuisses qui rappellent plus les formes d’une serveuse d’un routier sur l’autoroute du soleil que celles d’une écolière japonaise prépubère.
Juliette passe les vacances d’été dans la grande maison de sa tante Helena, sévère et belle femme, aux goûts prononcés pour les vêtements en cuir et les cravaches. Même en été. Juliette s’ennuie, elle rêve sans doute d’un joli c½ur, mais elle n’a que son chien Belok pour jouer avec elle. Jusqu’à une nuit où elle entend du bruit dans le parc de la propriété. Elle se lève en petite tenue, se faufile. Elle surprend une drôle de scène: des femmes harnachées à une carriole, fouettées dans le noir par des inconnus pervers.

Avec Juliette en juillet (Hoochie Coochie), le graphiste et dessinateur de presse JoKo nous propose un conte pour adultes, léger et fétichiste. A première vue, cela pourrait être un livre pour enfants. Le ton faussement naïf, l’histoire qui commence un peu comme Martine en vacances ou Alice au pays des merveilles, les sourires des personnages. Sauf que les jupes de Juliette sont un peu trop courtes, sa poitrine un peu trop volumineuse, et jamais, Martine, à part dans les célèbres détournements, n’espionnerait sa tante se changeant toute nue dans sa chambre.

Sans avoir l’air d’y toucher, mais en ne pensant qu’à ça, JoKo nous fait basculer petit à petit dans un érotisme SM soft, fantastique et zoophile. De chute dans des caves en monstre sous-marins mi-femme mi-poisson, Juliette va découvrir les expériences extravagantes de sa tante Helena et du comte Mika et nouer une amitié indéfectible avec la dévêtue Luna. Tout en suggestions érotiques, l’auteur laisse le lecteur s’enfoncer dans des conjonctures sexuelles et fantasmagoriques pratiquement à chaque fin de page. Que font Juliette et Luna, enfermées, seules, la nuit? Quelle est la nature exacte des relations entre Juliette et Belok, son chien devenu, au fil des pages, très intelligent? Libre à vous d’imaginer.

L’ambiance bourgeoise et un peu gothique, le savant fou, la jeune fille naïve, JoKo n’invente rien. Mais grâce à ses petites touches personnelles comme sa passion pour les concombres, il arrive à créer un univers personnel pervers, excitant et attachant.

Image extraite de Juliette en Juillet, Joko, The Hocchie Coochie, 196 pages.

Samedi 31 Mai
People

Kate Middleton

Angleterre Fetish

Une photo des fesses de Kate fait scandale

Se moquant du «code de l’étiquette archaïque» britannique, un quotidien australien a publié mercredi une photo montrant les fesses de la duchesse.

Un quotidien australien du groupe Murdoch a publié mercredi une photo dévoilant le postérieur de Kate, l’épouse du prince William d’Angleterre, prise lors du voyage du couple princier en Australie, qualifiant de «ridicule» l’auto-censure de la presse britannique.

Le Sydney Daily Telegraph publie cette photo qui montre une partie du postérieur de la duchesse de Cambridge, alors qu’une bourrasque de vent soulève sa robe. D’autres médias, comme Le Matin en Suisse, ont également publié le cliché controversé cette semaine.

La photo a été prise en avril, pendant la tournée en Nouvelle-Zélande et Australie du couple princier, peu après la descente d’hélicoptère de Kate et William, près des Montagnes bleues, à l’ouest de Sydney.

Le quotidien australien affirme que la presse britannique a refusé de publier la photo par respect pour la famille royale, et estime, dans un commentaire, qu’elle se plie ainsi à «un code de l’étiquette archaïque».

«Cela paraît un peu ridicule d’attendre que le reste des médias fassent de même, en particulier dans un monde où la chair et le mercantilisme vont main dans la main», écrit le journal.

L’auteur de la photo est une habitante de la région que visitait le couple, Diane Morel, qui n’a pas tout de suite réalisé ce qu’elle avait consigné sur sa carte mémoire.

«C’est quand je suis rentrée chez moi et que j’ai mis la carte dans l’ordinateur que j’ai compris ce que j’avais saisi», a déclaré la femme de 47 ans, qui a promis de donner le produit de la vente de cette image à une association d’aide aux victimes des feux de brousse, un fléau qui ravage chaque année des zones entières de cette région.

Vendredi 30 Mai
Actualité BDSM

Littérature SM

L’Oeillet de Louise et autres textes de soumission féminine

Le prolifique Robert Mérodack (1947-2001) a appliqué cette devise dans toute son uvre. Retrouvez dans ce volume six textes de cet écrivain obsessionnel, présentés par Christophe Bier. En dépit des ou grâce aux tortures, traquenards et humiliations, ses héroïnes finissent toujours par jouir. Découvrez Louise Brillard (L’oeillet de Louise), bourgeoise mariée mais insatisfaite, qu un maître chanteur imaginatif initie à la flagellation, au bondage, à l’urolagnie, etc.

Albertine (L’aptitude aux outrages), veuve et endettée, dégradée par l’associé pervers de son mari défunt. Elle obéit, en guêpière et sans slip, la bouche toujours entrouverte, accepte le collier de chien, nouvelle alliance pour des noces de soufre. Marie-France et Yvette (La Vertu des entraves), militantes médiatiques du Front de Libération des Femmes, sportives lesbiennes, relevant le pari d un playboy macho. Et encore Ariel (La Fugueuse), 18 ans, surgissant dans la nuit chez un écrivain célibataire : « Je serai votre prisonnière… Je vous appartiendrai », dit-elle, excitée par les liens, les chaînes et les cadenas.

Auteur : Robert Mérodack
Poche : 399 pages
Editeur : La Musardine
Collection : Lectures amoureuses
Langue : Français

Vendredi 6 Juin 2014 Munch Apé’Rencontre n°27

Envie de papoter BDSM ? Rencontrer du monde ? Prendre un verre ?

Le Munch Apé’Rencontre de PariS-M réunit tout cela dans une ambiance joyeuse et détendue chaque premier vendredi du mois.

Alors rendez-vous pour sa 26ème édition :
Vendredi 6 Juin 2014 à partir de 19h30
Le Banco bar
1 rue des Trois-Bornes
75011 Paris

Pas de dress code Une tenue décente et adaptée à un lieu public est requise

Mercredi 28 Mai
Norvege

Exhibitionnisme

Insolite

Trois filles "topless" partagent leur tour du monde

Elles suscitent l’engouement sur internet. Trois jeunes femmes adeptes du "topless" ont décidé de faire partager à tous, leur tour du monde... les seins à l’air.

Selon Olivia, ce "topless tour est l’ouverture de [la] poitrine et [du] c½ur au monde". Avant d’ajouter : "Cela vous connecte vraiment avec les gens que vous aimez". La famille de ces trois jeunes filles semble les soutenir entièrement. À en croire Olivia, "tout le monde est très fier du message". Leurs parents pensent que "c’est très rafraîchissant à leur âge d’embrasser ce qu’elles sont, et d’aimer leur corps."

Virginité du "topless"

Lydia, Olivia et Ingvild étudiaient la danse et la musique au conservatoire de Greenwich. Tout a commencé pendant l’hiver 2012, en Norvège, près du Lac Mjøsa. Ingvild raconte que " quand elles ont marché autour du lac, elles ont spontanément décidé de voir à quel point elles pouvaient ressentir le froid". C’est à ce moment qu’elles ont "perdu leur virginité du topless" rigole la plus jeune. Et maintenant, cela fait un an que ça dure.
Les trois camarades ont posé sans le haut à Berlin, Oslo, New York, Londres et Manchester. Elles font à chaque "rire et sourire les gens - et surtout quand elles sont en ski", racontent-elles. Elles ambitionnent cet été l’Italie, la Croatie et la Suède.

Mais ces trois aventurières d’un autre genre sont bien loin d’être seules. Beaucoup de internautes partagent désormais leur propre "topless tour" sur les réseaux sociaux. Les filles mettent d’ailleurs ces captures sur leur page Instagram et Facebook.

La performance sadomasochiste

La performance sadomasochiste problématise la pratique sadomasochiste au sein des communautés lesbiennes. L’auteure y tente aussi de se situer dans cette pratique S/M qui ne lui est pas ( » pas toujours « ) extérieure. Pour quelle raison la lesbienne S/M est-elle assimilée à une figure extrême de l’altérité, subissant l’opprobre de ceux que dominent pensée patriarcale et pastorale romantique ?
Rapprochant le texte d’Anna Freud sur les fantasmes de fustigation d’une jeune fille et les romans à l’eau de rose, prenant l’exemple d’une nouvelle de Dorothy Allison (où la jeune héroïne se soutient de fantasmes sadomasochistes à mesure que la violence de son beau-père et l’abus sexuel se font plus impossibles), Lynda Hart interroge la nature même du fantasme. Freud n’a-t-il pas produit son étude princeps du fantasme avec » Un enfant est battu » ?
Qu’est-ce donc que l’identité ? le sujet ? l’identification sexuelle ? le réel chez Lacan ? Une femme, identifiée femme, peut-elle agir des fantasmes sadomasochistes ? Quel est le statut du corps ? Un godemiché est-il un fétiche ? une prothèse ?
Lynda Hart s’intéresse aux performances S/M, en particulier à celles de Bob Flanagan, qui subvertit son destin de malade de la mucoviscidose dans ses performances. Confronter scène sadomasochiste et scène théâtrale pose à nouveaux frais la question de la représentation.
Elle récuse la pratique modélisée du » tout dire » dans la cure psychanalytique de femmes traumatisées par l’abus sexuel ou l’inceste. Se trouvent ainsi interrogés la fonction de témoin, ses conditions d’exercice et, après la Shoah, le statut de » vérité » du témoignage.
Lorsque certaines femmes mettent en scène leurs fantasmes dans des jeux de pouvoir avec d’autres femmes engagées dans la même performance sadomasochiste, la présence de témoins participe à la construction de la conscience qu’elles acquièrent alors, d’elles-mêmes et d’autrui.
L’ouvrage s’ouvre avec une expérience personnelle de Lynda Hart déjouant les catégories faussement binaires de l’extérieur et de l’intérieur, du sujet et de l’altérité.

L’auteur
Lynda Hart enseignait l’anglais, les arts théâtraux, la littérature comparée et les études féministes à l’université de Pennsylvanie. Elle meurt des suites d’un cancer, fin 2001, à quarante-sept ans. Son activité dépassait le cadre académique. Elle participa à la recherche théâtrale de ces vingt dernières années et fut très engagée dans le mouvement lesbien auquel elle apporta une contribution reconnue et originale. Sa large culture littéraire, son intérêt pour la psychanalyse, son investissement politique dans le mouvement des femmes, ses affinités avec le sadomasochisme ont contribué à la création d’une écriture où témoigner de la pensée et de la vie va toujours avec son inverse, penser comme témoignage. Outre nombre d’articles et le présent ouvrage, Lynda Hart écrivit deux livres : Sam Shepard’s Metapho-rical Stages (1987) ; Fatal Woman. Lesbian Sexuality and the Mark of Agression (1994).

Auteure : Lynda Hart
Broché: 384 pages
Editeur : EPEL
Collection : Les grands classiques de l’érotologie moderne

 
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256 257 258 259 260 261 262 263 264 265 266 267 268 269 270 271 272 273 274 275 276 277 278 279 280 281 282 283 284 285 286 287 288 289 290 291 292 293 294 295 296 297 298 299 300 301 302 303 304 305 306 307 308 309 310 311 312 313 314 315 316 317 318 319 320 321 322 323 324 325 326 327 328 329 330 331 332 333 334 335 336 337 338 339 340 341 342 343 344 345 346 347 348 349 350 351 352 353 354 355 356 357 358 359 360 361 362 363 364 365 366 367 368 369 370 371 372 373 374 375 376 377 378 379 380 381 382 383 384 385 386 387 388 389 390 391 392 393 394 395 396 397 398 399 400 401 402 403 404 405 406 407 408 409 410 411 412 413 414 415 416 417 418 419 420 421 422 423 424 425 426 427 428 429 430 431 432 433
Sadomasochisme.com
est un recueil d'actualités et de curiosa se rapportant à l'univers du fétichisme et du sado-masochisme. Il est proposé par Dress.fr, le portail de référence de la communauté BDSM.

une info BDSM
à signaler ?

Accès
par mots clés

50 Nuances plus claires Accessoires Actualité BDSM Afrique Fetish Algerie Alice Dellal Alice Dellal Allemagne Fetish Angleterre Fetish Aquino Arabie Seoudite Argentine fetish Arte Asie fetish Aubade Australie fetish Autriche Baillon BD et BDSM BDSM Suisse Beautiful Bastard Belgique Belgique fetish Berlin fetish Bielorussie Body Art Bondage Bra Super Cool Bresil fétish Brighelli Brigitte Lahaie Bustier Calendrier Cambodge Canada Fetish Canal Plus Cauet Chantal Thomass Chaussures et fétichisme Chine Cinéma Cinema et fétichisme Cinquante nuances de grey Cinquante Nuances Plus Claires Cinquante nuances plus sombres Clara Morgane Clubs fetish Confession Corset Cougar Cris et Chuchotements Croisière élastique Cuisine Cuissardes Culottes Dakota Johnson Danemark fetish Danse Dating Défilés fetish Dessins fetichistes Domination Echangisme EL James ELLE Elodie Frege Ernest Chaussures Espagne fetish Etam Etats-Unis Fetish Europe 1 Eva Longoria Evènements fetish Exhibitionnisme Exposition Facebook Fantasme Fappening Fessée Fétichisme Fifty Shades of Grey Flagellation Football Gaultier Gay Godemichet Gothique Gourmandise Grece Groland Guépière Happening Hélène Fillières Heloise Ouille Histoire d O Hongrie Fetish Humour Hustler Ikea Inde fetish Insolite Instagram Iran Irlande fetish Islam Italie fetish James Foley Jamie Dornan Japon fetish Julie Gayet Justice Kate Middleton Kim Basinger Kim Kardashian Kyrel La Perla La Rochefoucauld Lady Gaga Laetitia Casta Latex Lea Seydoux Législation et BDSM Lingerie Lisa Hilton Littérature SM Londres Fetish Louane LUI LUI Lyon M6 Madonna Maestra Maitresse Malaisie Mangas Mannix Marie Claire Masochisme Massages Médecine Media Melania Trump Menottes Meredith Wild Mexique fetish Middleton Mila Kunis Miley Cyrus Miss France Mode et fétichisme Monaco Moscou Mourthe Musique Nabilla Naturisme New York Fetish Newton Nobuyoshi Araki Nombril Norvege Nuit Démonia Nuit Elastique Nuit Extraime Orangina Orties Osez Palmolive Parodie Pays Bas People Pérou fetish Photo Photos Volées Pied Piercing Pinces Pippa Piques Playboy Poésie et Fétichisme Politique Pologne fetish Pony Girl Pony girls Portugal fetish Pratiques BDSM Pub Qatar Radio Religion Reveillon Rihanna Roumanie Russie fetish Sade Sadisme Sadomasochisme San Francisco Selfie Sévérité Sex Shop Sextoys Sexualité Shibari Shopping BDSM Shy m Simenon Site Web Sketch Slovenie fetish SmoothGroove Soirées fetish Sondage Sophie Marceau Soumission Soyons précis ! Spectacle fétichiste Sport Style Suède fetish Suisse Fetish Suspension Sylvia Day Sylvia Kristel Tatouage Télévision Texas fetish Texto Transexuel Tumblr Tweeter Ukraine Vasconcelos Venezuela Vina Jackson Yoga Zahia Zentai

À Propos
des auteurs

Whynot
est un dominateur raffiné et sevère. Connaisseur depuis de très nombreuses années du milieu SM et des soirées fétichistes. Du Genêt d’Or à L’Ochidée Noire
L’Hotesse
est soumise ou dominatrice au gré des rencontres. Adepte du BDSM et du fétichisme depuis toujours. Prétresse du 3C Cérébrale, curieuse, cougar.
Curieux
est un professionnel du web amateur de fétichisme.

découvrez
Dress.fr

Dress.fr est le site de référence de la communauté fétichiste et bdsm francophone depuis 1997.
Ils étaient présents cette semaine sur Dress.fr et vivent tout près de chez vous :