Sadomasochisme.com

Un blog propulsé par

Mercredi 15 Octobre
Exposition

Sade

Actualité BDSM

Evènements fetish

Sade. Marquis de l’ombre, prince des Lumières.

Depuis le 15 avril 2010, le Musée des Lettres et manuscrits a ouvert ses portes au 222 boulevard Saint-Germain à Paris. Cet immeuble haussmannien classé dans la catégorie des monuments historiques a été entièrement réaménagé afin d’offrir aux collections originales de manuscrits de Proust, Hugo, Napoléon, Eisenhower, Baudelaire, Einstein, Saint-Exupéry, Verlaine ainsi qu’à des centaines d’autres grandes figures de notre histoire, un écrin à leur mesure.

600 m2 sont ainsi aménagés afin d’exposer quelque mille lettres, manuscrits, autographes, dessins et éditions originales qui seront présentés en permanence au public, selon un accrochage régulièrement renouvelé et un programme d’expositions temporaires fourni.

Le rouleau de Sade, l’incroyable épopée d’un manuscrit

Alors que l’on célèbre cette année le bicentenaire de la mort du Marquis de Sade (1740-1814), l’Institut des Lettres et Manuscrits expose pour la première fois en France l’une des oeuvres les plus décriées de la littérature française : le rouleau autographe des 120 journées de Sodome ou l’École du libertinage

Écrit en 1785 par le Marquis de Sade sur un rouleau de papier mince, alors qu’il était emprisonné à la Bastille, ce manuscrit lui survécut et fut retrouvé lors de la prise de la forteresse.

Son sauvetage et son histoire sont dignes d’un romanfeuilleton, animé par 30 ans d’exil et de querelles juridiques.

"Je suis libertin, je l’avoue ; j’ai conçu tout ce qu’on peut concevoir dans ce genre-là, mais je n’ai sûrement pas fait tout ce que j’ai conçu et ne le ferai sûrement jamais. Je suis un libertin, pas un criminel ni un meurtrier."

Donatien Alphonse François de Sade.

La Collection exposée du 26 septembre 2014 au 26 janvier 2015 au MLM

Amour, sexualité, féminisme... que dit le succès de "50 nuances de Grey"?

La sociologue Eva Illouz se penche sur la question dans un essai passionnant.

Israélienne née à Fès (Maroc) en 1961, Eva Illouz, enseigne la sociologie à l’université hébraïque de Jérusalem. Dans «les Sentiments du capitalisme» (2006) et «Pourquoi l’amour fait mal» (2012), elle étudiait l’évolution des codes sentimentaux à l’unisson du capitalisme triomphant.
Dans son nouvel essai, elle livre une analyse iconoclaste des raisons du succès de «Cinquante Nuances de Grey» d’E. L. James, cette romance sadomasochiste vendue à plus de 70 millions d’exemplaires dans le monde.

Vous affirmez que «les livres à succès sont une sorte de baromètre des normes et des idéaux d’une société». Que dit «Cinquante Nuances de Grey» de la société contemporaine?

Ce roman exprime trois grandes contradictions qui structurent les relations hétérosexuelles: la première porte sur la façon dont on doit négocier l’égalité sexuelle et la certitude que donnent des définitions claires de la masculinité et de la féminité; la deuxième a trait à la tension entre engagement émotionnel et sexualité récréative; et la troisième tient au fait que la sexualité libérée se cherche des codes et des règles. Je pense que la relation sadomaso, dans ce roman, est une variante de l’hétérosexualité normée, où la répartition des rôles et du pouvoir est claire, mais sous couvert de liberté sexuelle.

Le sadomasochisme, c’est une manière d’accepter que l’autre vous fasse du mal par amour ?

Dans ce roman, le sadomasochisme exprime la relation amoureuse. Et c’est en cela que je pense que ce livre n’est pas féministe. L’essence de la domination, c’est de ne pas savoir reconnaître ou nommer ce qui nous fait mal, c’est accepter le point de vue de celui qui nous fait souffrir. Un livre féministe ferait la différence entre violence, souffrance, amour et plaisir, une distinction qui est à la base d’une politique féministe. Mais le message de ce roman est que la violence, l’agression et la souffrance peuvent être des marques d’amour et des sources de plaisir.

Vous dites que «Cinquante Nuances de Grey» apporte des solutions concrètes au «casse-tête des relations hétérosexuelles». Lesquelles ?

Ce livre est destiné aux femmes, mais aussi aux hommes, pour les éduquer aux fantasmes secrets de la subjectivité féminine. L’hypersexualité de Grey est savante. Il connaît bien la sexualité féminine. D’où son utilisation des sextoys. Une grande partie du livre est consacrée à leur mode d’emploi.

Le sadomasochisme permet-il aux femmes de s’émanciper ?

Non, le sadomasochisme introduit le pouvoir et la violence dans les rapports sexuels sous forme de fiction contractuelle. Il continue d’érotiser le pouvoir. D’autre part, les hommes continuent de contrôler les femmes dans la famille et au travail. Parallèlement, les femmes ont fait l’expérience d’une libération sexuelle qui a semblé leur octroyer l’égalité sexuelle.

Je ne nie pas que la libération sexuelle ait été un pas important dans l’égalité des sexes, mais, quand ça devient la seule chose que les hommes et les femmes utilisent subjectivement pour se donner le sentiment qu’ils sont égaux, ça devient fallacieux. La sexualité sert d’écran pour masquer les inégalités dans la famille, dans le milieu professionnel et politique, et la sexualité elle-même reste au fond inégalitaire, source d’incertitude et d’insatisfaction.

Vous écrivez que ce roman «incarne le triomphe final d’un point de vue féminin dans la culture». Que voulez-vous dire?

Je voulais parler de codes féministes. Ce livre veut convaincre du féminisme de son héroïne mais il ne s’agit pas de féminisme politique, c’est du féminisme en tant que code: voyez comme je suis son égale, dit l’héroïne. Et le sadomasochisme, dans le roman, est acceptable parce qu’il arrive très bien à concilier la position inférieure de la femme avec l’idée qu’elle est l’égale de l’homme dans sa quête de sexualité ludique et récréative.

Comment envisagez-vous l’avenir des rapports hommes-femmes? L’hétérosexualité demeurera-t-elle la norme?

L’hétérosexualité est devenue oppressive. Elle est arrivée à une sorte d’impasse. Elle est prise entre de nouvelles valeurs, de nouveaux comportements et des représentations traditionnelles dont elle n’arrive pas à se libérer. On ne s’est pas donné les moyens de l’égalité, et c’est pour cela que les relations hommes-femmes sont devenues difficiles. L’hétérosexualité s’est réduite à une catégorie vide ou chacun met tout et n’importe quoi, y compris les sexualités les plus inattendues, pour rompre avec ce cadre oppressif. C’est un peu ce que ce roman suggère. L’hétérosexualité est devenue queer pour se sauver.

Propos recueillis par Véronique Cassarin-Grand pour le Nouvel Observateur

Lundi 13 Octobre
Danse

Arte

Exhibitionnisme

Télévision

Arte attire près de 400.000 téléspectateurs à 22h30 avec un documentaire sur la danse nue

Hier soir, Arte consacrait le reportage "Let’s Dance" à la performance de danseurs nus.
Près de 400.000 téléspectateurs ont regardé ce documentaire à 22h30.
Reflet des évolutions sociales et culturelles, la danse connaitra au cours du XXe ses propres révolutions techniques, esthétiques, politiques et morales.
Du ballet classique à la danse moderne puis contemporaine, cet art singulier fera bouger les lignes partout où le corps est présent : sur scène, dans la rue, au cinéma, dans la publicité, la mode, la pop, etc.
Deux d’entre eux, interrogés sur leur rapport à la nudité sur scène, ont avoué être parfois gênés par la situation.

Théatre : 15 Octobre au 20 Décembre - La Vénus à la Fourrure

Marie Gillain revient à la scène grâce à Jérémie Lippmann qui l’a choisie pour ce rôle fort de Vanda dans La Vénus à la fourrure,au côté du talentueux Nicolas Briançon. La Vénus à la fourrure est une pièce de théâtre de David Ives créée à Broadway en janvier 2010 et couronnée de 3 Tony Awards en 2011 : Meilleure pièce, Meilleure comédienne et Meilleur comédien. Thomas Novachek, metteur en scène new yorkais à la carrière peu florissante, vient d’adapter La Vénus à la fourrure tirée du livre de Sacher-Masoch. Il termine une journée de casting pour le rôle principal féminin qui s’est avérée être une véritable catastrophe. Complètement désespéré, il est sur le point de quitter son bureau lorsque Vanda Jordan, une ultime candidate, se présente. Très récalcitrant à accorder sa chance à cette jeune femme à la dégaine plutôt vulgaire, Thomas va être incroyablement subjugué par les multiples interprétations proposées par la comédienne sortie de nulle part. L’envoûtante Vanda sèmera un sérieux doute entre le rôle de la pièce et sa véritable personnalité. Le jeu de domination qu’avait imaginé Thomas pour ses personnages se retournerait-il contre lui ?

mercredi 15 octobre 2014
au
samedi 20 décembre 2014

à 21h00
Théâtre Tristan Bernard
64, Rue Du Rocher - 75008 Paris 8ème
Nicolas Briançon, Marie Gillain, David Ives, Jérémie Lippmann

Dimanche 12 Octobre
Exposition

Sade

Actualité BDSM

Evènements fetish

Une petite partouze avant l’expo Sade?

Le musée d’Orsay diffuse un clip plutôt osé et très beau, mettant en scène des corps nus et mélangés à l’occasion de l’exposition «Sade, attaquer le soleil» qui sera inaugurée le 14 octobre.

Quelle bande de petits coquinous au Musée d’Orsay. Voilà que pour annoncer son exposition prometteuse sur le divin marquis, Donatien Alphonse François de Sade (1740-1814), les artistes vidéastes David Freymond et Florent Michel proposent leur regard sur l’exposition, sous forme de clip -une habitude du musée.

Très personnel, en l’occurrence, ce Sade. Attaquer le soleil, et un petit peu olé-olé, dirait ma grand-mère. Soit une minute d’hommes et de femmes parfaitement nus et pour le moins collés les uns aux autres dans ce qu’il est convenu d’appeler… et bien, euh, une partouze quoi. Mais une partouze artistique, plutôt de l’ordre de la performance chorégraphique: rien de vulgaire, pas de pénétration dégoûtante ou ce genre de scène de Sodome, juste des corps, assez harmonieux, qui soupirent, soufflent, se frottent les uns aux autres, lèvent les yeux au ciel ou les ferment.

Finalement, ça ne fait pas très cul ni obscène, c’est plutôt très beau, très esthétique, comme un tableau de Renoir, de Courbet, un Rodin. Bref, une œuvre parmi celles qui habitent le musée. Au final, on comprend que tout ce frotti-frotta n’est pas vain, puisque tous ces corps dépoilés finissent par écrire, dans un entrelacs tout à fait chorégraphié et orchestré, les quatre lettres qui forment le nom du marquis.

Pendant la partie fine, rythmée par une musique un peu agaçante, les participants (est-ce le bon terme? Les acteurs? Les modèles?) se mordillent un peu, se griffotent -sans accessoire genre fouet, on vous voit venir. Voilà qui est tout à fait en harmonie avec le marquis qui, dixit le site du musée d’Orsay qui propose d’ordinaire des vidéos plus classiques pour présenter les expos, «remet en cause de manière radicale les questions de limite, proportion, débordement, les notions de beauté, de laideur, de sublime et l’image du corps. Il débarrasse de manière radicale le regard de tous ses présupposés religieux, idéologiques, moraux, sociaux».

L’exposition, explique Annie le Brun, commissaire de l’affaire, dans une interview filmée plus académiquement (voir ici) abordera les thèmes de la «férocité et de la singularité du désir, […] de l’extrême, du bizarre et du monstrueux, à travers des œuvres de Goya, Géricault, Ingres, Rops, Rodin, Picasso…»

«Attaquer le soleil», une phrase de l’un des libertins de Sade, n’est-ce pas magnifique comme idée?

Samedi 11 Octobre
Exposition

Actualité BDSM

Evènements fetish

Le Kâma-Sûtra: spiritualité et érotisme dans l’art indien

À la Pinacothèque de Paris, du 02 octobre 2014 au 11 janvier 2015

Avertissement<br />
<br />
L’exposition Le Kâma-Sûtra: spiritualité et érotisme dans l’art indien présente des oeuvres susceptibles de choquer certains visiteurs. Elle est déconseillée aux plus jeunes.Pour la saison automne-hiver 2014-2015, la Pinacothèque de Paris présente une exposition hors du commun : Le Kâma-Sûtra : spiritualité et érotisme dans l’art indien

Attribué à un brahmane qui l’aurait écrit au IVe siècle de notre ère, le Kâma-Sûtra constitue l’un des textes majeurs de l’hindouisme médiéval et n’est pas un livre pornographique ainsi qu’il est souvent présenté en Occident. Il est divisé en sept sections (adhikarana) : la société et les concepts sociaux, l’union sexuelle, à propos de l’épouse, à propos des relations extra-maritales, à propos des courtisanes, à propos des arts de la séduction.

Près de 350 œuvres exceptionnelles dont celles de la collection de Shriji Arvind Singh Mewar, maharana 
d’Udaipur et la remarquable collection de Beroze et Michel
 Sabatier - sculptures, peintures, miniatures, objets de la vie
 quotidienne, « livres de l’oreiller », ouvrages illustrés que l’on 
offrait aux jeunes mariés jusqu’au XIXe siècle afin de faire 
leur éducation érotique -, organisées selon les sept sections du Kâma-Sûtra, sont présentées par la Pinacothèque de Paris.

L’exposition, déconseillée aux mineurs, explique l’esthétique érotique propre à la vie culturelle indienne et à l’hindouisme. Elle tente également de comprendre pourquoi le monde occidental porte un regard si déformé sur ce livre singulier.

Avertissement

L’exposition Le Kâma-Sûtra: spiritualité et érotisme dans l’art indien présente des oeuvres susceptibles de choquer certains visiteurs. Elle est déconseillée aux plus jeunes.

 
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256 257 258 259 260 261 262 263 264 265 266 267 268 269 270 271 272 273 274 275 276 277 278 279 280 281 282 283 284 285 286 287 288 289 290 291 292 293 294 295 296 297 298 299 300 301 302 303 304 305 306 307 308 309 310 311 312 313 314 315 316 317 318 319 320 321 322 323 324 325 326 327 328 329 330 331 332 333 334 335 336 337 338 339 340 341 342 343 344 345 346 347 348 349 350 351 352 353 354 355 356 357 358 359 360 361 362 363 364 365 366 367 368 369 370 371 372 373 374 375 376 377 378 379 380 381 382 383 384 385 386 387 388 389 390 391 392 393 394 395 396 397 398 399 400 401 402 403 404 405 406 407 408 409 410 411 412 413 414 415 416 417 418 419 420 421 422 423 424 425 426 427 428 429 430 431 432 433
Sadomasochisme.com
est un recueil d'actualités et de curiosa se rapportant à l'univers du fétichisme et du sado-masochisme. Il est proposé par Dress.fr, le portail de référence de la communauté BDSM.

une info BDSM
à signaler ?

Accès
par mots clés

50 Nuances plus claires Accessoires Actualité BDSM Afrique Fetish Algerie Alice Dellal Alice Dellal Allemagne Fetish Angleterre Fetish Aquino Arabie Seoudite Argentine fetish Arte Asie fetish Aubade Australie fetish Autriche Baillon BD et BDSM BDSM Suisse Beautiful Bastard Belgique Belgique fetish Berlin fetish Bielorussie Body Art Bondage Bra Super Cool Bresil fétish Brighelli Brigitte Lahaie Bustier Calendrier Cambodge Canada Fetish Canal Plus Cauet Chantal Thomass Chaussures et fétichisme Chine Cinéma Cinema et fétichisme Cinquante nuances de grey Cinquante Nuances Plus Claires Cinquante nuances plus sombres Clara Morgane Clubs fetish Confession Corset Cougar Cris et Chuchotements Croisière élastique Cuisine Cuissardes Culottes Dakota Johnson Danemark fetish Danse Dating Défilés fetish Dessins fetichistes Domination Echangisme EL James ELLE Elodie Frege Ernest Chaussures Espagne fetish Etam Etats-Unis Fetish Europe 1 Eva Longoria Evènements fetish Exhibitionnisme Exposition Facebook Fantasme Fappening Fessée Fétichisme Fifty Shades of Grey Flagellation Football Gaultier Gay Godemichet Gothique Gourmandise Grece Groland Guépière Happening Hélène Fillières Heloise Ouille Histoire d O Hongrie Fetish Humour Hustler Ikea Inde fetish Insolite Instagram Iran Irlande fetish Islam Italie fetish James Foley Jamie Dornan Japon fetish Julie Gayet Justice Kate Middleton Kim Basinger Kim Kardashian Kyrel La Perla La Rochefoucauld Lady Gaga Laetitia Casta Latex Lea Seydoux Législation et BDSM Lingerie Lisa Hilton Littérature SM Londres Fetish Louane LUI LUI Lyon M6 Madonna Maestra Maitresse Malaisie Mangas Mannix Marie Claire Masochisme Massages Médecine Media Melania Trump Menottes Meredith Wild Mexique fetish Middleton Mila Kunis Miley Cyrus Miss France Mode et fétichisme Monaco Moscou Mourthe Musique Nabilla Naturisme New York Fetish Newton Nobuyoshi Araki Nombril Norvege Nuit Démonia Nuit Elastique Nuit Extraime Orangina Orties Osez Palmolive Parodie Pays Bas People Pérou fetish Photo Photos Volées Pied Piercing Pinces Pippa Piques Playboy Poésie et Fétichisme Politique Pologne fetish Pony Girl Pony girls Portugal fetish Pratiques BDSM Pub Qatar Radio Religion Reveillon Rihanna Roumanie Russie fetish Sade Sadisme Sadomasochisme San Francisco Selfie Sévérité Sex Shop Sextoys Sexualité Shibari Shopping BDSM Shy m Simenon Site Web Sketch Slovenie fetish SmoothGroove Soirées fetish Sondage Sophie Marceau Soumission Soyons précis ! Spectacle fétichiste Sport Style Suède fetish Suisse Fetish Suspension Sylvia Day Sylvia Kristel Tatouage Télévision Texas fetish Texto Transexuel Tumblr Tweeter Ukraine Vasconcelos Venezuela Vina Jackson Yoga Zahia Zentai

À Propos
des auteurs

Whynot
est un dominateur raffiné et sevère. Connaisseur depuis de très nombreuses années du milieu SM et des soirées fétichistes. Du Genêt d’Or à L’Ochidée Noire
L’Hotesse
est soumise ou dominatrice au gré des rencontres. Adepte du BDSM et du fétichisme depuis toujours. Prétresse du 3C Cérébrale, curieuse, cougar.
Curieux
est un professionnel du web amateur de fétichisme.

découvrez
Dress.fr

Dress.fr est le site de référence de la communauté fétichiste et bdsm francophone depuis 1997.
Ils étaient présents cette semaine sur Dress.fr et vivent tout près de chez vous :