Sadomasochisme.com

Un blog propulsé par

Cinquante Dunkerquoises anonymes posent en mode «50 nuances de grey»

Comme les Dunkerquoises sont belles. Surfant sur l’enthousiasme que suscite la sortie au cinéma du film «Cinquante nuances de grey», de la réalisatrice britannique Sam Taylor-Wood, un photographe «semi-professionnel» du littoral expose ses images de «boudoir à consonance SM» (Sado Maso) au casino de Dunkerque.

L’expo s’intitule «50 shades project». Elle est visible depuis lundi et jusqu’à samedi soir sur la mezzanine du casino. Le project a mûri dans la tête de Laurent il y a quelques mois. «Ma compagne et ses amies avaient toutes lu le livre et m’en parlaient tout le temps, déclare-t-il. Je l’ai lu à mon tour, et j’ai eu l’idée de réaliser cette série de photos.»

Laurent photographie plus habituellement les sports mécaniques, «là, le décor change radicalement», s’amuse-t-il. En cinq mois, Laurent et sa compagne ont réalisé une série de cinquante portraits anonymes de femmes dont aucune n’est mannequin professionnel: «Nous n’avions aucun critère de sélection, toutes les femmes qui se présentaient à nous étaient les bienvenues. Et surtout, pas de retouches sur ordinateur», clame l’artiste. Le couple a très bien fait fonctionner le bouche-à-oreille: «Les premiers modèles étaient des amies, puis des amies d’amies et ainsi de suite».

Cravache, menottes et lingerie fine

Pour coller avec le thème qu’il s’était imposé, Laurent a mis en scène ces anonymes Dunkerquoises en tenue légère avec quelques accessoires: cravache, menottes, liens, fouets... «Les séances se déroulaient chez les modèles, explique le photographe. Nous choisissions ensemble les poses, la lingerie et les accessoires».

Tout est dans la suggestion et jamais dans la vulgarité. «C’est pour cela que le projet a été tout de suite accepté», affirme-t-on du côté du casino. Néanmoins, les 50 images ont trouvé leur place en mezzanine, «pour ne pas que les enfants tombent dessus», glisse-t-on à la direction du lieu.

"50 Nuances de Grey", la critique : autant en emporte le fouet !

L’adaptation du premier tome de "50 Nuances de Grey" sort aujourd’hui en France, deux jours avant les Etats-Unis. Metronews a vu le film le plus attendu du moment. Du grand cinéma ? Peut-être pas... Un bon divertissement ? Assurément. Et même un peu plus.

50 Nuances de Grey ? Si vous vivez sur la planète Mars, rappelons que le film de la réalisatrice britannique Sam Taylor-Johnson, inspiré du premier tome de la trilogie érotique de sa compatriote E.L. James, raconte la rencontre entre Christian Grey, un playboy milliardaire, et Anastasia Steele, une étudiante en littérature, qui vient l’interviewer pour le journal de la fac à la place de sa coloc, souffrante ce jour-là. Comme ça tombe bien. Il est sûr de lui, courtois mais un brin crispé. L’ex-mannequin Jamie Dornan lui prête son regard d’acier et sa plastique impeccable. Elle est gauche, se mordille les lèvres et rougit à la moindre occasion. Dakota Johnson, la fille de Don Johnson et Melanie Griffith, lui offre sa sensibilité à fleur de peau. Son humanité.

"Je ne fais pas l’amour. Je baise"

A l’écran, leur premier tête à tête, tout en haut d’une tour surdimensionnée hautement symbolique, donne le ton de cette vraie fausse comédie romantique dans laquelle on aurait injecté un poison inédit dans ce genre de superproduction : le sadomasochisme, ce monde autrefois sulfureux auquel la presse consacre désormais des pages entières, entre deux dossiers sur les réseaux djihadistes et les salaires des footballeurs. "Je ne fais pas l’amour. Je baise. Violemment", prévient Christian, dont l’appartement de luxe dispose d’une "chambre rouge", garnie de fouets, harnais, crochets et autres ustensiles à faire pâlir DSK d’envie.

Tout le suspense du film réside dans l’équilibre précaire qui s’instaure entre les deux protagonistes, une fois les masques tombés. Anastasia, qui n’a jamais vu le loup, se laisse tenter par les jeux sexuels de son prince charmant... en rêvant secrètement d’une relation "normale". Christian, lui, semble incapable d’envisager une vie à deux autrement que dans un rapport dominateur-soumise. D’où le fameux contrat que les amants négocient âprement jusqu’au moindre détail ("c’est quoi un plug anal ?", demande la jeune femme, provoquant l’hilarité de la salle). C’est l’un des meilleurs moments du film.

Et les scènes de sexe dans tout ça ? Moins explicites que dans bien des séries télé actuelles. Mais certainement plus troublantes que l’interdiction aux moins de 12 ans ne le laisse croire. Car derrière le vernis d’une bluette glamour, c’est une véritable tragédie, moderne, complexe, parfois dérangeante, qui se noue devant nos yeux. Avec dans le rôle du prince charmant un psychopathe au sourire carnassier, et de la princesse une nunuche qui étudie la poésie anglaise du XIXe siècle à l’ère des réseaux sociaux. Le sexe sans amour ? C’est ce que propose Christian. Aimer à en souffrir ? C’est la malédiction d’Ana. Ces deux-là ont encore deux suites pour trouver un terrain d’entente.

Une interdiction aux moins de 12 ans qui se discute

En France, 50 Nuances de Grey est interdit aux moins de 12 ans. "Ce n’est pas un film qui, à mon avis, peut choquer beaucoup de monde", a expliqué dans Premiere Jean-François Mary, le président de la commission de classification des œuvres cinématographiques du CNC. D’après lui, le personnage d’Anastasia Steele n’est "pas du tout dans une position de soumission". De là à laisser des mineurs regarder Jamie Dornan fouetter Dakota Johnson sur grand écran, entre deux poignées de pop corn... En Grande-Bretagne, une commission similaire a interdit le film aux moins de 18 ans tandis qu’aux Etats-Unis, les moins de 17 ans devront être accompagnés d’un adulte.

Journal ELLE : Sadomasochisme : ce qu’il faut savoir avant de se lancer

Le film événement « 50 Nuances de Grey », qui sort en salles aujourd’hui, aborde le thème de la domination et du masochisme. Mais de quoi parle-t-on exactement ? Gala Fur, auteure de nombreux ouvrages* sur l’univers SM, nous explique ce qu’est vraiment le sadomasochisme et comment en parler avec son partenaire. Interview.

ELLE.fr. Comment expliquer ce désir chez certaines personnes d’être dominé(e) ou dominant(e) avec son/sa partenaire ?

Gala Fur. Cette pulsion est présente en général chez la personne bien avant qu’elle soit en couple. On peut très bien ne pas en être conscient et découvrir au cours de sa vie que l’on est attiré par ces pratiques. Dans un couple, la personne qui a envie de vivre une expérience sadomasochiste (SM) en parle à l’autre : si l’autre aime ça, la relation devient une complicité très fructueuse. Le SM à l’intérieur d’un couple, lorsqu’il est bien vécu, est un moyen de devenir extrêmement tolérant, d’accorder beaucoup de liberté à l’autre. Il s’agit de s’octroyer des fantasmes réciproquement dans une relation de franchise. Dans une relation SM épanouie, la confiance est très importante.

ELLE.fr. Existe-t-il des conseils pour aborder le sujet de ces jeux sexuels avec son/sa partenaire

Gala Fur. C’est important de lire des manuels, des guides sur les jeux et le SM pour savoir où ils vont. Je pense qu’il faut avoir une prise de conscience. C’est déjà un premier pas d’offrir un de ces guides à son conjoint ou sa compagne quand on a envie de jouer et de voir sa réaction. Ce qui aide aussi, c’est d’aller, en couple, dans une boutique d’accessoires pour voir comment l’autre réagit face à ces objets. Mais vous pouvez, un soir, lui demander : « Et si je te donnais carte blanche ce soir, qu’exigerais-tu de moi ? » C’est une très bonne façon d’aborder le sujet dans un couple.

ELLE.fr. Avant de se lancer dans l’expérience « BDSM », faut-il mettre en place des règles avec son/sa partenaire ? Lesquelles ?

Gala Fur. Une chose importante : il faut un consentement absolu des deux partenaires avant de se lancer dans une expérience SM. Le couple doit parler avant des pratiques qu’ils vont effectuer. La parole est très importante. Si le partenaire n’a pas envie d’avoir les mains attachées ou les yeux bandés, il faut le définir à l’avance. Il s’agit ensuite de guider l’autre pour qu’il procure le plaisir souhaité. Il faut également mettre en place un mot d’arrêt, c’est-à-dire un signe pour dire que l’on veut stopper le jeu, l’arrêter. Il y a beaucoup de mots d’arrêt. Aux Etats-Unis, le mot d’arrêt traditionnel est « mayday », mais c’est très militaire. En France, on peut dire « rouge », « fraise » ou encore« pouce ». Ces accords entre les deux personnes écartent une atmosphère d’angoisse ou de stress. Ne pas savoir comment cela va se dérouler ou comment arrêter le jeu ne permet pas le lâcher-prise et la confiance nécessaires à ces pratiques.

ELLE.fr. Une inversion des rôles dominant/dominé dans le couple est-elle possible ?

Gala Fur. Le « switch », c’est ainsi que l’on appelle cette inversion des rôles, est tout à fait possible. Mais faire changer un homme dominateur en dominé, c’est très difficile. Certains hommes ont beaucoup d’ego et l’ego est un ennemi du sadomasochisme. Pour certains dominateurs, changer de rôles est hors de question. A l’intérieur d’un jeu SM, il est très facile qu’une fessée, par exemple, change de sens.

ELLE.fr. Peut-on imaginer qu’une femme dominante au travail aime la soumission dans l’intimité ?

Gala Fur. Oui, on serait surpris de certains profils, mais c’est pareil pour les femmes et les hommes. Quand on est dans le contrôle et la concentration toute la journée au travail, on peut avoir envie, le soir, de se laisser faire et d’être dirigé sous la gouverne d’une autre personne. Il s’agit de lâcher-prise en fait. Ce qui peut stimuler certaines personnes, c’est de supprimer un sens ou la motricité. Avoir les yeux bandés ou les mains attachées crée une contrainte mais donne une toute autre perception à la relation sexuelle.

ELLE.fr. La domination et le sadisme, est-ce vraiment la même chose ?

Gala Fur. Le sadisme n’est pas dans l’empathie et n’a pas besoin du consentement de l’autre. Alors que dans le masochisme, il y a des accords, des limites prédéfinis par le couple. Le marquis de Sade, par exemple, ne s’embarrassait pas de demander le consentement de ses esclaves, il n’y avait pas de mots d’arrêt, de signes pour stopper le « jeu ». On parle d’abord d’une relation de domination avant de parler d’une relation sadomasochiste. Dans cette dernière, il peut y avoir une notion de douleur. Aux États-Unis, on définit très bien le « top space » et le « soft space ». Le premier, c’est l’état d’esprit d’une personne qui a complètement le contrôle de la situation. L’autre terme est l’état de lâcher-prise dans la position de soumission. Mais précisons aussi que le masochisme, c’est le consentement des deux partenaires, il y a un contrat moral. Le sadisme, c’est le contraire. Les gens ne doivent pas faire l’amalgame.

ELLE.fr. Il y a eu une évolution dans les pratiques SM ?

Gala Fur. Oui. Les yeux bandés ou les mains attachées sont des pratiques beaucoup plus à la mode que le fouet, par exemple. Les châtiments corporels étant de plus en plus bannis de notre société. Les séances de martinets sont donc moins demandées. Il n’y a plus la recherche de ces expériences corporelles extrêmes qu’il y avait avant. En revanche, le bondage, la corde, sont très à la mode. Il y a beaucoup de personne qui, en sortant du travail, se rendent dans des lieux réservés au bondage.

ELLE.fr. Pensez-vous que la sortie du film « 50 nuances de Grey » donnera envie aux couples non-initiés de tenter l’expérience SM ? Et est-ce un bon exemple ?

Gala Fur. Après la sortie du livre, les ventes d’objets SM (menottes, bandeaux) ont beaucoup augmenté dans les magasins spécialisés. Il y a eu un effet, les gens ont eu envie de « jouer ». Grâce au livre, beaucoup de personnes ont découvert que le SM pouvait être pratiqué par eux. Avant, ces pratiques étaient considérées comme extrêmes et dangereuses. Cette trilogie a considérablement banalisé ces pratiques. Mais l’histoire du livre en elle-même est un peu décevante. Elle aurait pu se dérouler dans les années 20 : un homme riche rencontre une jeune femme, il lui propose du travail et la prend en charge. C’est un schéma très classique, pas très moderne. Mais c’est la mode des romances légèrement épicées, comme les livres d’Harlequin il y a quelques années. En revanche, j’attends avec impatience le film avec Emmanuelle Béart, « La Maitresse ».

Osez tout savoir sur le SM", Gala Fur, Editions La Musardine.

Les suites de "50 Nuances de Grey" vont être adaptées au cinéma !

Les fans attendaient l’annonce officielle, Sam Taylor-Johnson l’a faite vendredi dernier.

MTV explique que la réalisatrice du premier volet de "50 nuances de Grey" a annoncé, lors d’une projection du film, que le roman à succès connaîtrait deux suites au cinéma.

Les ouvrages "50 nuances plus sombres" et "50 nuances plus claires" seront diffusés sur grand écran dans les prochaines années.

Pour rappel,le film "50 nuances de Grey", qui explose déjà les records de préventes aux Etats-Unis, sort aujourd’hui dans les salles françaises.

Mercredi 11 Février
Exhibitionnisme

Télévision

D8 annonce la diffusion d’une émission de rencontres avec des candidats nus sur une ile déserte en Prime !

Ce devait être l’évènement dans le domaine de la télé-réalité, l’émission qui allait pousser le programme là où les autres n’osaient pas aller...

La télé-réalité Adam & Eve est l’un des formats qui a fait le plus parlé de lui à travers le monde ces derniers mois.

"Adam looking for Eve" , grand succès aux Pays-Bas avec une case horaire dont les audiences ont été multipliées par 3, fait se rencontrer des célibataires entièrement nus sur une île paradisiaque, puis ils se rhabillent, l’idée étant de vérifier s’ils se plaisent autant avec leurs vêtements que sans.

Des filles sont donc isolées sur île et vivent nues , des hommes arrivent en bateau, se déshabillent, se jettent à l’eau et partent à la rencontre des filles.

Adaptée également aux États-Unis et en Allemagne, l’émission est diffusée depuis le 21 octobre dernier en Espagne sur la chaine Cuatro.

Le lancement a séduit 2.82 millions d’Espagnols, selon le site Toute la télé , soit 14.8% de part de marché.

Des audiences multipliées par trois sur cette case sur cette chaine.

En France , c’est la chaine D8 qui est en train de tourner des épisodes inédits, mais attention, la version ne sera pas tout à fait la même.

« On a pris des gens normaux, pas des garçons bodybuildés ou des nanas refaites, car, pour incarner le mythe d’Adam et Eve, il ne faut pas de corps trop sculptés », explique Xavier Gandon, de D 8 dans le Parisien.

Parmi les candidats, explique Xavier Gandon, pas mal de naufragés des sites de rencontre sur Internet, souvent déçus quand ils rencontrent la personne en vrai. « Et aussi des gens désireux de s’affranchir des conventions sociales, de retourner à la nature», ajoute-t-il.

Mais ce que l’on apprend surtout dans cet article, c’est que D8 a renoncé à aller jusqu’au bout du concept, car
contrairement à de nombreux autres pays, en France, les sexes seront floutés.

Il faut d’ailleurs noter que si le concept a été un succès c’est uniquement dans les pays où tout a été montré sans aucune censure

Car, au final on ne verra pas beaucoup plus que ce qu’on peut voir aujourd’hui dans plusieurs émissions.

Ainsi, rien que la semaine dernière, on a pu voir un ancien candidat de télé-réalité nu dans Hollywood Girls (ICI) et jeudi un candidat de "Bienvenue chez nous" se mettre également nu sur TF1 (ICI).

50 Nuances de Grey en version Lego

Le film le plus attendu de ce début d’année a inspiré des amateurs qui ont mis en ligne un remix de la bande-annonce officielle, en utilisant uniquement les jouets de construction.

La veille de la sortie du film de Sam Taylor-Wood,50 Nuances de Grey, les internautes rivalisent d’imagination pour écourter l’attente qui se fait de plus en plus pesante. Le spécialiste des remakes Lego, Antonio Toscano a publié une vidéo de la bande-annonce version Lego sur YouTube.

La vidéo, qui dure 2 minutes et 13 secondes, est drôle et décalée. Les scènes sont rejouées avec les figurines Lego. Elles sont identiques à celles présentées dans la vraie bande-annonce mais font disparaître la tension sexuelle du trailer original pour laisser place à la dérision sans laisser cette parodie tomber dans le ridicule. Le clip s’achève en parodiant également le nom anglais du film, Fifty Shades of Grey, qui apparaît à la fin de la bande originale. Dans le clip de Lego, le film présenté s’appelle Fifty Shades of Bricks.

La sensualité de la bande originale est toutefois maintenue grâce au son. La chanson originale, Crazy in Love de Beyoncé, utilisée dans la toute première bande-annonce a été conservée. Les voix des deux acteurs Jamie Dornan et Dakota Johnson qui interprètent Christian Grey et Anastasia Steele ont également été gardées conservées dans ce clip.

 
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256 257 258 259 260 261 262 263 264 265 266 267 268 269 270 271 272 273 274 275 276 277 278 279 280 281 282 283 284 285 286 287 288 289 290 291 292 293 294 295 296 297 298 299 300 301 302 303 304 305 306 307 308 309 310 311 312 313 314 315 316 317 318 319 320 321 322 323 324 325 326 327 328 329 330 331 332 333 334 335 336 337 338 339 340 341 342 343 344 345 346 347 348 349 350 351 352 353 354 355 356 357 358 359 360 361 362 363 364 365 366 367 368 369 370 371 372 373 374 375 376 377 378 379 380 381 382 383 384 385 386 387 388 389 390 391 392 393 394 395 396 397 398 399 400 401 402 403 404 405 406 407 408 409 410 411 412 413 414 415 416 417 418 419 420 421 422 423 424 425 426 427
Sadomasochisme.com
est un recueil d'actualités et de curiosa se rapportant à l'univers du fétichisme et du sado-masochisme. Il est proposé par Dress.fr, le portail de référence de la communauté BDSM.

une info BDSM
à signaler ?

Accès
par mots clés

50 Nuances plus claires Accessoires Actualité BDSM Afrique Fetish Algerie Alice Dellal Alice Dellal Allemagne Fetish Angleterre Fetish Aquino Arabie Seoudite Argentine fetish Arte Asie fetish Aubade Australie fetish Autriche Baillon BD et BDSM BDSM Suisse Beautiful Bastard Belgique Belgique fetish Berlin fetish Bielorussie Body Art Bondage Bra Super Cool Bresil fétish Brighelli Brigitte Lahaie Bustier Calendrier Cambodge Canada Fetish Canal Plus Cauet Chantal Thomass Chaussures et fétichisme Chine Cinéma Cinema et fétichisme Cinquante nuances de grey Cinquante Nuances Plus Claires Cinquante nuances plus sombres Clara Morgane Clubs fetish Confession Corset Cougar Cris et Chuchotements Croisière élastique Cuisine Cuissardes Culottes Dakota Johnson Danemark fetish Danse Dating Défilés fetish Dessins fetichistes Domination Echangisme EL James ELLE Elodie Frege Ernest Chaussures Espagne fetish Etam Etats-Unis Fetish Europe 1 Eva Longoria Evènements fetish Exhibitionnisme Exposition Facebook Fantasme Fappening Fessée Fétichisme Fifty Shades of Grey Flagellation Football Gaultier Gay Godemichet Gothique Gourmandise Grece Groland Guépière Happening Hélène Fillières Heloise Ouille Histoire d O Hongrie Fetish Humour Ikea Inde fetish Insolite Instagram Iran Irlande fetish Islam Italie fetish James Foley Jamie Dornan Japon fetish Julie Gayet Justice Kate Middleton Kim Basinger Kim Kardashian Kyrel La Perla La Rochefoucauld Lady Gaga Laetitia Casta Latex Lea Seydoux Législation et BDSM Lingerie Lisa Hilton Littérature SM Londres Fetish Louane LUI LUI Lyon M6 Madonna Maestra Maitresse Malaisie Mangas Mannix Marie Claire Masochisme Massages Médecine Media Melania Trump Menottes Meredith Wild Mexique fetish Middleton Mila Kunis Miley Cyrus Miss France Mode et fétichisme Monaco Moscou Mourthe Musique Nabilla Naturisme New York Fetish Newton Nobuyoshi Araki Nombril Norvege Nuit Démonia Nuit Elastique Nuit Extraime Orangina Orties Osez Palmolive Parodie Pays Bas People Pérou fetish Photo Photos Volées Pied Piercing Pinces Pippa Piques Playboy Poésie et Fétichisme Politique Pologne fetish Pony Girl Pony girls Portugal fetish Pratiques BDSM Pub Qatar Radio Religion Reveillon Rihanna Roumanie Russie fetish Sade Sadisme Sadomasochisme San Francisco Selfie Sévérité Sex Shop Sextoys Sexualité Shibari Shopping BDSM Shy m Simenon Site Web Sketch Slovenie fetish SmoothGroove Soirées fetish Sondage Sophie Marceau Soumission Soyons précis ! Spectacle fétichiste Sport Style Suède fetish Suisse Fetish Suspension Sylvia Day Sylvia Kristel Tatouage Télévision Texas fetish Texto Transexuel Tumblr Tweeter Ukraine Vasconcelos Venezuela Vina Jackson Yoga Zahia Zentai

À Propos
des auteurs

Whynot
est un dominateur raffiné et sevère. Connaisseur depuis de très nombreuses années du milieu SM et des soirées fétichistes. Du Genêt d’Or à L’Ochidée Noire
L’Hotesse
est soumise ou dominatrice au gré des rencontres. Adepte du BDSM et du fétichisme depuis toujours. Prétresse du 3C Cérébrale, curieuse, cougar.
Curieux
est un professionnel du web amateur de fétichisme.

découvrez
Dress.fr

Dress.fr est le site de référence de la communauté fétichiste et bdsm francophone depuis 1997.
Ils étaient présents cette semaine sur Dress.fr et vivent tout près de chez vous :