Sadomasochisme.com

Un blog propulsé par

"50 Nuances de Grey" : Je pratique le SM. Ce film en présente une version malsaine

"50 Nuances de Grey", succès littéraire transposé au cinéma, dépeint l’histoire d’un couple adepte du SM. Mais dans la réalité, cette pratique sexuelle ressemble-t-elle à celle exposée dans cette fiction ? Emilie pratique le BDSM (bondage, domination, sadomasochisme...) depuis longtemps. Pour elle, le BDSM y est présenté comme un refuge pour des anormaux.

Je pratique le BDSM (Bondage, discipline, domination, soumission, sadomasochisme) depuis longtemps.

La quasi-totalité de ma vie sexuelle d’adulte en a été teintée, et à chaque fois que j’en entends parler dans l’industrie du divertissement, c’est pour le caricaturer, pour ne pas dire défigurer.

C’est donc avec un certain scepticisme que j’ai lu ce fameux-livre-dont-tout-le-monde-parle.

Le BDSM qui m’amuse est absent de l’oeuvre

Première observation, "50 Nuances de Grey" n’est pas un livre sur l’univers BDSM. Celui que je pratique, celui qui m’amuse, celui dans lequel je m’épanouis, est totalement absent de ce livre.
N’étant pas amatrice de romance à l’eau de rose, je m’abstiendrai de critiquer l’histoire en elle-même, mais je serai plus sévère sur la façon dont elle nous est vendue.

Je ne jugerai pas plus les intentions de l’auteur, car de très grands noms de la littérature ont exploré des pratiques extrêmes ou malsaines. Pour autant, le livre s’adressant à des néophytes, un avertissement en préface mettant en exergue la nocivité des comportements présentés aurait été des plus salutaires.

"50 Nuances de Grey" raconte l’histoire d’une jeune femme qui essaye de changer (pour ne pas dire sauver) un homme, en faisant pression pour qu’il perde ses vices.

La dynamique du récit est d’ailleurs très classique : le héros ténébreux va initier l’héroïne au sexe et elle va lui apprendre à aimer en retour. C’est "La Belle et la Bête" en version non-censurée (bien que les pratiques se limitent à quelques tapes légères).

L’expression d’une violence mal canalisée

L’auteure aurait pu choisir un héros tourmenté par l’alcool ou les jeux d’argent, mais elle a choisi de lui faire aimer une version malsaine du BDSM. Il n’a aucune place spécifique, il aurait pu être remplacé par tout autre secret inavouable.

Au lieu d’être un jeu pour pimenter sa vie sexuelle entre adultes consentants, il y est l’expression d’une violence mal canalisée. Le héros relève en effet de la psychiatrie, ce qui est tout à fait compréhensible au vu de son histoire personnelle.

Nous avons en effet droit à tous les poncifs du genre : il a été battu par ses parents lorsqu’il était très jeune, puis placé en famille d’accueil après que sa mère ait décédé suite à une overdose. Pour enfoncer le clou, il a ensuite été violé pendant son adolescence par une pédophile.

À cause de toutes ces épreuves, il n’a pu apprendre à aimer de manière conventionnelle. Le BDSM est alors présenté comme un refuge pour des anormaux en attente de rédemption.
Autant vous dire que je ne me reconnais pas dans ce portrait. Une relation BDSM n’est pas destructrice, elle n’est pas un enchaînement de violence usant la victime jusqu’à ce qu’elle s’en aille, comme à la fin du premier tome du livre.

Le BDSM est excessif et libérateur

Pousser une relation jusqu’à la folie n’est pas un phénomène nouveau en littérature.

Une des références préférées du monde BDSM est "Histoire d’O" et elle ne parle pas non plus d’une version saine des jeux. Les tourments que subit l’héroïne sont intolérables et relèvent des pratiques criminelles. Pourtant il existe régulièrement des soirées pour recréer son ambiance.

C’est là tout le paradoxe : le monde BDSM réel met en scène des scénarios délirants, il est excessif par intention et c’est en cela qu’il est libérateur.

Certains font du saut en parachute pour se sentir vivants, d’autres vont voir des films d’horreur au cinéma. Nous, nous préférons une cravache et quelques tapes sur les fesses. Nous recherchons des émotions fortes ou inhabituelles, pour nous en servir comme aphrodisiaque.

"50 Nuances de Grey" pourrait servir de toile de fond à une soirée, je le concède, à la différence que les participants auraient conscience des limites à ne pas dépasser. Par contre ne croyez pas une seule seconde qu’une telle relation est souhaitable comme mode de vie.

Contrairement à ce que présente "50 Nuances de Grey", la plupart des pratiquants du BDSM sont dans un couple stable. La seule distinction se fait dans l’intimité. Nous savons séparer jeu et réalité. Tout comme le sexe "vanille", le BDSM a une place limitée dans une vie de couple.

Le plaisir est dans la transgression

Ce que vous ne voyez pas, et qui n’est pas le moins du monde abordé dans le livre, ce sont les soirées complices, à discuter avec nos partenaires sur ce que nous pourrions faire la prochaine fois. Le BDSM réel repose sur une communication efficace.

Alors, bien sûr, lorsque votre conjoint vous annonce qu’il aimerait être travesti en soubrette avant d’être sodomisé à l’aide d’un sextoy, cela peut paraître surréaliste. Pourtant un tel aveu est positif.

Nous avons tous nos fantasmes inavouables et les réaliser avec la personne que nous aimons ne peut qu’être bénéfique pour notre épanouissement.

Personne n’est blessé, contrairement à "50 nuances de Grey". Personne ne part en pleurant, en traitant l’autre de malade ayant besoin de soins (ce qui est vrai dans le contexte du livre). Dans la réalité la complicité entre les partenaires précède les jeux, le BDSM est un complément à l’amour pas un palliatif.

Bien sûr ce roman reprend certains codes du milieu, par exemple les nombreuses règles à respecter qui ont été l’occasion de nombreuses critiques.

Ce qu’il faut comprendre, c’est que dans la pratique BDSM courante, ces règles ne sont pas prises au sérieux, elles ne sont que des prétextes pour punir, voire un moyen de communication détourné entre dominant et dominé.

Lorsque je cravache mon partenaire pour le forcer à reconnaître qu’il m’est inférieur, ce n’est que du vent. Lorsqu’il cède, il me signale, sans casser l’immersion, qu’il a atteint ses limites et qu’il est temps de consommer l’excitation qui est montée. Il n’est absolument pas question de le déshumaniser.

D’ailleurs, si vous croyez que le BDSM invite les femmes à devenir des objets, c’est que vous n’avez jamais rencontré une soumise, une vraie, pas celle que voudrait avoir le héros du livre.

Dans la réalité, il n’y a pas plus espiègle et rebelle. Comment un dominant pourrait-il s’amuser avec un soumis respectant les règles ? Le plaisir est dans la transgression, dans l’interdit. Le BDSM réel est une grosse bêtise que font les couples pour se rendre heureux.

Mercredi 25 Février
People

Exhibitionnisme

Photo

Oups, Emma Stone montre sa petite culotte aux Oscars!

Voilà, il fallait un incident sexy pour cette distribution 2015 d’Oscars. Cette année, c’est Emma Stone qui, avec sa robe trop échancrée, nous exhibe sa petite culotte

Mercredi 25 Février
People

Cinéma

Exhibitionnisme

Photo

Aurélie Houguenade , la comédienne impudique du film 4,48

Aurélie Houguenade est l’héroine du film de Jacky Katu, 4.48

Comment avez-vous été choisi pour le film ?

Je suis allé avec Jacky Katu voir un film de Catherine Corringer et je lui ai proposé de faire un film sur Sarah Kane.
Il m’a répondu : « OK, dans un an on fait le film ».
Cela a provoqué beaucoup d’angoisse chez moi. Je me suis dit : Ohlala ! un film sur Sarah Kane c’est peut-être pas une bonne idée… Mais en même temps je trouvais qu’un an c’était très long à attendre.

Effectivement on a commencé le tournage un an après.

Quel est votre rôle dans le film ?

C’est le rôle d’Anaïs, elle fait du théâtre, elle passe un casting pour jouer le rôle de « 4.48 » Psychose de Sarah Kane. Une pièce sur la folie. Progressivement , elle s’identifie à Sarah Kane et finit par perdre le sens de la réalité.

Est-ce que vous allez faire un prochain film avec JK ?

J’espère. Ca vaudrait le coup d’en faire un autre parce que l’on s’entend bien. Et j’aime bien son univers. De toute façon, il m’a promis que je jouerais dans son prochain film. C’est donc oui

Dakota John­son plaquée par son petit ami à cause de 50 Nuances de Grey

Si Dakota John­son connaît un succès incroyable au cinéma avec 50 nuances de Grey, coté c½ur, c’est moins ça. L’ac­trice a été larguée par son compa­gnon, Matthew Hitt.

À Holly­wood, le prix du succès est parfois très lourd à payer.

Dakota John­son, 25 ans, vient d’en faire l’amère expé­rience. L’ac­trice qui cartonne actuel­le­ment au cinéma dans l’adap­ta­tion du roman 50 Shades of Grey connaît une grosse décon­ve­nue senti­men­tale.

En couple depuis quelques mois avec Matthew Hitt, un musi­cien mannequin écos­sais d’une ving­taine d’an­nées, la jeune femme s’est tout simple­ment fait larguer selon les infor­ma­tions d’US Weekly.

Son amou­reux n’au­rait pas supporté la folie média­tique autour de la sortie de 50 nuances de Grey. « Sa vie à elle est deve­nue complè­te­ment dingue et il n’a pas voulu faire partie de tout ça », a commenté un ami du couple au maga­zine.

Matthew Hitt aurait décidé de quit­ter Dakota il y a quelques semaines. Une rupture qui s’est visi­ble­ment faite en douceur. « Ce n’était pas une sépa­ra­tion doulou­reuse », a affirmé une source à l’heb­do­ma­daire améri­cain.

Dakota John­son, qui est la fille de Mela­nie Grif­fith et Don John­son, a réussi à rester hyper pro malgré la fin de son histoire d’amour, défi­lant très sexy et avec le sourire sur les tapis rouges du monde entier. Une vraie comé­dien­ne…

Mexique: Menottée après s’être masturbée devant «50 Nuances de Grey»

Malgré les critiques mitigées de 50 Nuances de Grey, beaucoup de spectateurs ne boudent pas leur plaisir dans les salles. Une jeune mexicaine l’a même montré de façon un peu trop explicite au goût de certains spectateurs d’un cinéma de Sinaloa, à l’ouest du Mexique. Ceux-ci ont été surpris de voir leur voisine du 12e rang… se masturber pendant la séance, rapporte le journal La Verdad.
La police a été prévenue par les spectateurs

Le spectacle offert par cette cinéphile de 33 ans, qui gommait ainsi les frontières entre la fiction à l’écran et la réalité, a peut-être troublé encore davantage les spectateurs quand la police, prévenue par leurs soins, lui a passé les menottes avant de l’escorter hors de la salle. La femme, qui n’est pas mariée, croit bon de préciser le journal, a été arrêtée pour indécence publique.

Mardi 24 Février
People

Exhibitionnisme

Photo

Natacha Régnier nue pour une séance photos sur la plage

Natacha Régnier a rencontré le succès en 1998 avec le prix d’interprétation féminine au Festival de Cannes pour le rôle de Marie Thomas dans La Vie rêvée des anges d’Erick Zonca1.

Cette actrice belge vient de poser nue lors d’une séance organisée sur une grande plage.

Elle se fait plutôt discrète même si elle continue à tourner pour le cinéma ou la télévision, notamment pour la Série Falco sur TF1.

 
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256 257 258 259 260 261 262 263 264 265 266 267 268 269 270 271 272 273 274 275 276 277 278 279 280 281 282 283 284 285 286 287 288 289 290 291 292 293 294 295 296 297 298 299 300 301 302 303 304 305 306 307 308 309 310 311 312 313 314 315 316 317 318 319 320 321 322 323 324 325 326 327 328 329 330 331 332 333 334 335 336 337 338 339 340 341 342 343 344 345 346 347 348 349 350 351 352 353 354 355 356 357 358 359 360 361 362 363 364 365 366 367 368 369 370 371 372 373 374 375 376 377 378 379 380 381 382 383 384 385 386 387 388 389 390 391 392 393 394 395 396 397 398 399 400 401 402 403 404 405 406 407 408 409 410 411 412 413 414 415 416 417 418 419 420 421 422 423 424 425 426 427 428 429 430 431 432 433
Sadomasochisme.com
est un recueil d'actualités et de curiosa se rapportant à l'univers du fétichisme et du sado-masochisme. Il est proposé par Dress.fr, le portail de référence de la communauté BDSM.

une info BDSM
à signaler ?

Accès
par mots clés

50 Nuances plus claires Accessoires Actualité BDSM Afrique Fetish Algerie Alice Dellal Alice Dellal Allemagne Fetish Angleterre Fetish Aquino Arabie Seoudite Argentine fetish Arte Asie fetish Aubade Australie fetish Autriche Baillon BD et BDSM BDSM Suisse Beautiful Bastard Belgique Belgique fetish Berlin fetish Bielorussie Body Art Bondage Bra Super Cool Bresil fétish Brighelli Brigitte Lahaie Bustier Calendrier Cambodge Canada Fetish Canal Plus Cauet Chantal Thomass Chaussures et fétichisme Chine Cinéma Cinema et fétichisme Cinquante nuances de grey Cinquante Nuances Plus Claires Cinquante nuances plus sombres Clara Morgane Clubs fetish Confession Corset Cougar Cris et Chuchotements Croisière élastique Cuisine Cuissardes Culottes Dakota Johnson Danemark fetish Danse Dating Défilés fetish Dessins fetichistes Domination Echangisme EL James ELLE Elodie Frege Ernest Chaussures Espagne fetish Etam Etats-Unis Fetish Europe 1 Eva Longoria Evènements fetish Exhibitionnisme Exposition Facebook Fantasme Fappening Fessée Fétichisme Fifty Shades of Grey Flagellation Football Gaultier Gay Godemichet Gothique Gourmandise Grece Groland Guépière Happening Hélène Fillières Heloise Ouille Histoire d O Hongrie Fetish Humour Hustler Ikea Inde fetish Insolite Instagram Iran Irlande fetish Islam Italie fetish James Foley Jamie Dornan Japon fetish Julie Gayet Justice Kate Middleton Kim Basinger Kim Kardashian Kyrel La Perla La Rochefoucauld Lady Gaga Laetitia Casta Latex Lea Seydoux Législation et BDSM Lingerie Lisa Hilton Littérature SM Londres Fetish Louane LUI LUI Lyon M6 Madonna Maestra Maitresse Malaisie Mangas Mannix Marie Claire Masochisme Massages Médecine Media Melania Trump Menottes Meredith Wild Mexique fetish Middleton Mila Kunis Miley Cyrus Miss France Mode et fétichisme Monaco Moscou Mourthe Musique Nabilla Naturisme New York Fetish Newton Nobuyoshi Araki Nombril Norvege Nuit Démonia Nuit Elastique Nuit Extraime Orangina Orties Osez Palmolive Parodie Pays Bas People Pérou fetish Photo Photos Volées Pied Piercing Pinces Pippa Piques Playboy Poésie et Fétichisme Politique Pologne fetish Pony Girl Pony girls Portugal fetish Pratiques BDSM Pub Qatar Radio Religion Reveillon Rihanna Roumanie Russie fetish Sade Sadisme Sadomasochisme San Francisco Selfie Sévérité Sex Shop Sextoys Sexualité Shibari Shopping BDSM Shy m Simenon Site Web Sketch Slovenie fetish SmoothGroove Soirées fetish Sondage Sophie Marceau Soumission Soyons précis ! Spectacle fétichiste Sport Style Suède fetish Suisse Fetish Suspension Sylvia Day Sylvia Kristel Tatouage Télévision Texas fetish Texto Transexuel Tumblr Tweeter Ukraine Vasconcelos Venezuela Vina Jackson Yoga Zahia Zentai

À Propos
des auteurs

Whynot
est un dominateur raffiné et sevère. Connaisseur depuis de très nombreuses années du milieu SM et des soirées fétichistes. Du Genêt d’Or à L’Ochidée Noire
L’Hotesse
est soumise ou dominatrice au gré des rencontres. Adepte du BDSM et du fétichisme depuis toujours. Prétresse du 3C Cérébrale, curieuse, cougar.
Curieux
est un professionnel du web amateur de fétichisme.

découvrez
Dress.fr

Dress.fr est le site de référence de la communauté fétichiste et bdsm francophone depuis 1997.
Ils étaient présents cette semaine sur Dress.fr et vivent tout près de chez vous :